SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 

Le Seigneur Jésus Christ viens avec Sa rétribution 6 novembre, 2016

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:56

42-Beato%20Angelico_GU

Le Seigneur Jésus Christ dit : « Voici, Je viens bientôt, et Ma rétribution est avec Moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre » Apocalypse 22 : 12

Quand l’Eternel notre Dieu créa le monde et ses habitants, Son plan n’était pas que Ses créatures soient réduites à l’état d’esclaves du péché comme nous le sommes tous aujourd’hui. Dieu voulait et veut que l’homme soit à Son image tant physique que moral, exempte de toute trace de péché et non sujet à la mort. Malheureusement, nos premiers parents ont failli à l’épreuve d’obéissance qui a été mise devant eux. Plutôt que de garder ferme ce que l’Eternel avait défendu, ils ont préféré écouter la voix du tentateur et tomber dans ses tromperies. Cette désobéissance leur a couté la vie éternelle car dans Sa sagesse infinie, l’Eternel notre Dieu savait qu’aucun pécheur ne doit vivre éternellement. Aujourd’hui, nous pouvons voir, nous autres qui vivons dans les derniers jours de ce monde, combien le péché a détruit la terre et avilit l’homme au cours de ses quelques 80 années de vie en moyenne. Combien plus cela aurait été si l’homme était resté immortel !

La voie de la rébellion contre les préceptes de l’Eternel n’a pas été ouverte par Adam et Eve. En remontant l’histoire, les Saintes Ecritures racontent que c’est Lucifer qui est l’auteur du péché. Alors qu’il était un ange parfait et intègre dans ses voies, un chérubin protecteur et estimé de tous (Ezéchiel 28 : 14, 15), son cœur finit par se détourner de Dieu pour chérir le moi. Son orgueil a pris le dessus (v. 17) et sa soif de pouvoir n’eut plus de limite au point qu’il voulut siéger à la place de l’Eternel (Esaïe 14 : 13, 14). Mais aucune créature ne peut prendre la place du Créateur ; un être créé et limité ne peut s’asseoir à la place de l’Etre infini et du tout puissant ; aucun autre gouvernement ne sera aussi sage et parfait que Celui établi par Dieu Lui-même. Mais Lucifer, ne voulant pas se repentir de sa rébellion, fit la guerre contre Son Créateur. Lui et les anges qui se sont unis à lui ne furent pas les plus forts (Apocalypse 12 : 7, 8). « Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui » (v.9).

Assoiffés de vengeance, Satan et ses anges s’assurent aujourd’hui que d’autres créatures de l’Eternel se dressent contre le Créateur par une désobéissance contre Ses Saints préceptes. Les Commandements de Dieu étant, en effet, le fondement de Son gouvernement parfait et bien ordonné, remettre en doute la perfection de ceux-ci devant l’univers justifierait leur rébellion et leur vouloir de les changer selon leur volonté. De la même manière que Satan a entrainé le tiers des anges dans sa rébellion et dans sa chute (Révélation 12 : 4), il a aussi poussé Adam et Eve à désobéir les ordres de l’Eternel. « L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2 : 16, 17). « Vous ne mourrez point, insinua Satan ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal » (Genèse 3 : 4, 5). A l’instant où le premier péché fut même consommé, nos premiers parents furent sujets à la mort (v.19). La souffrance, les douleurs et les maladies allaient devenir leur lot (v. 16 – 19). Et le premier sacrifice pour expier leur péché a été immolé (v.21). L’arbre de vie pouvait encore leur redonner accès à la vie éternelle mais le péché ne peut perpétuer éternellement (v.22 – 24). Adam et Eve furent alors chassés du paradis, le jardin d’Eden.

Des millénaires se sont écoulés depuis la chute de nos premiers parents mais les tactiques de Satan et des anges déchus sont toujours restées les mêmes : renverser le gouvernement de Dieu en ébranlant ses fondements et en poussant les hommes dans la rébellion. Aujourd’hui, la majorité des enseignements affirment que les Dix commandements de Dieu sont abolis et que nous vivons dans une ère de liberté. Mais à quoi aurait donc servit l’immense sacrifice du Seigneur Jésus Christ si finalement, ces fameux Dix commandements pouvaient être abolis ? Le Seigneur Jésus Christ Lui-même a strictement affirmé que : « Ne croyez pas que Je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, Je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé » (Matthieu 5 : 17, 18).

Ses propos sont clairs et indiscutables. Tous ceux qui enseignent autres choses que les enseignements du Divin maitre n’est point de Lui. En accomplissant la loi, le Seigneur Jésus Christ a, en effet, montré par là qu’il est tout a fait possible à un homme de père et de mère de vivre dans l’entière soumission aux Commandements de l’Eternel. Ce qui contredit directement les propos de Lucifer qui voulait montrer que les Saints Commandements de l’Eternel sont impossibles à garder. Par Sa vie d’entière obéissance et de soumission aux Commandements de l’Eternel, Jésus Christ a prouvé à l’univers la justice de la loi de Dieu et a dénoncé les fausses accusations de Satan contre le bon fondement du gouvernement de Dieu. Par Son sacrifice, le Seigneur Jésus Christ a servi d’expiation à tous ceux qui veulent recevoir Ses mérites et se détourner de leur voie de pécheur et de rebelle. La mort du Seigneur a aussi démasqué la cruauté de Satan et ses véritables intentions de faire périr le Fils même de l’Eternel. Et par Sa résurrection, le Seigneur Jésus Christ a vaincu la malédiction du péché qui est la mort dans laquelle tous les fils d’Adam sont plongés. Dans Son Amour infini, Dieu l’Eternel a consenti à donner Son Fils pour la rédemption des hommes et le Seigneur Jésus Christ a promis de donner la vie à tous ceux qui Le reçoivent comme Sauveur et Maitre.

Les temps ne seront pas toujours favorables à tous ceux qui veulent persévérer dans les Dix Commandements de l’Eternel. La Révélation l’a annoncé d’avance que Satan s’en prendra à tous ceux qui veulent s’accrocher aux véritables enseignements du Christ : « Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre au restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus » (Apocalypse 12 : 17). Mais le Seigneur appelle à la persévérance de Son Saint peuple qui garde les Commandements de Dieu et la foi en Jésus Christ (Apocalypse 14 : 12). Ceux qui se détourneront des enseignements du Christ et de Ses Commandements pour adhérer à d’autres enseignements et commandements qui ne sont point de Lui recevront la marque de la bête et boiront la coupe du vin de la colère de Dieu ; comme il est écrit : « … Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom » (Apocalypse 14 : 9 – 11).

« C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus » (v.12)

 

 

CRISTIANI PESCATORI DI UOMINI 5 novembre, 2016

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 10:57

 Esper1

Benedetto sia l’uomo che confida nell’Eterno, e la cui fiducia é l’Eterno! (Geremia 17:7) 

MISSIONE  CRISTIANI  PESCATORI  DI  UOMINI

 Gesù disse.  » Io vi farò pescatori di uomini » Matteo 4:19

 Periodico di Salvatore Comisi              N°   001

  XXXXXXXXXXX 

P R O C L A M A Z I O N E  DELL’ E V A G E L O       

GESU’ CRISTO HA VINTO SATANA

Tu che, forse senza saperlo, sei lontano da DIO, rifletti e  vieni al SALVATORE, il FIGLIO DI DIO che si é offerto in sacrificio, al martirio della croce, per salvare TUTTI coloro che lo accettano come SIGNORE E DIO. Il CREATORE e SIGNORE dell’universo  vuole salvarti. Egli é disposto a perdonare TUTTI i tuoi peccati, come lo ha fatto per me, ed a concederti lo SPIRITO SANTO che ti guiderà nella via che Gesù Cristo ci ha indicata.    

Non pensare che il mio solo scopo sia quello di convincerti a cambiare vita,  il mio compito non é solo quello di portarti  a scegliere DIO ansiché Satana. Un tale passo può essere fatto da te, solo se lo vuoi, solo se ami veramente Gesù Cristo.

La convinzione di essere un peccatore e la forza per deciderti ad amarlo, può dartela solo lo SPIRITO SANTO. Ciò che io faccio  è il semplice annunzio dell’Evangelo di Cristo affinché tu sappia che EGLI TI AMA e ti vuole  L I B E R O  di accettarlo o rifiutarlo.

« Perché se io evangelizzo, non ho da trarne vanto, poiché NECESSITA’ me n’è imposta; e  guai a me se non evangelizzo!  » dice S. Paolo in 1 Corinzi 9:16. Questa necessità viene dal fatto che molti sono in pericolo di morte, MORTE   ETERNA ! Nella sofferenza infernale.

S. Paolo scrive:  » Non hanno aperto il cuore all’amore della verità per essere salvati. E perciò Iddio manda loro efficacia d’errore onde credano alla menzogna, affinché tutti quelli che NON han creduto alla verità, ma si son compiaciuti nell’iniquità, siano giudicati.

2 Tessalonicesi 2:11-12  APRI IL TUO CUORE A GESU’ ED EGLI TI SALVERA’

Necessità me n’é imposta, perché forse, tu credi di adorare e servire DIO mentre invece adori e servi il diavolo che ti ha accecato e reso incapace di distinguere la voce di DIO dalla voce del diavolo che ti  spinge contro il tuo SIGNORE.

Dopo questo annuncio, la tua sarà una scelta libera e personale (per l’UNO o per l’altro). DIO  non ha mai obbligato nessuno a fare la SUA volontà, allora, se non Lo ascolti, non ti aspettare alcun aiuto da DIO, quel DIO che tu tradisci volontariamente, ma sappi che,  se un giorno  TU  ti pentirai sinceramente DIO ti accoglierà e t’aiuterà.

Scrive ancora S. Paolo in 2 Timoteo 3:1 e seguenti: « Or sappi questo, che negli ultimi giorni verranno dei tempi difficili; perché gli uomini saranno egoisti, amanti del danaro, vanagloriosi, superbi, bestemmiatori, disubbidienti ai genitori, ingrati, irreligiosi, senza affezione naturale, mancatori di fede, calunniatori, intemperanti, spietati, senza amore per il bene, traditori, temerari, gonfi, amanti del piacere anziché di DIO, aventi le forme della pietà, ma avendone rinnegata la potenza. « 

Non c’é bisogno di essere molto intelligenti per capire che siamo proprio in quegli ultimi tempi che S. Paolo profetizzava 2000 anni fa. Sta a noi scegliere chi onorare e servire, perché nessuno può dire di non avere un signore e padrone: DIO o Satana. Scegli DIO accettando il sacrificio fatto da GESU’ CRISTO affinché i tuoi peccati possano essere perdonati, e avrai il PARADISO e non l’inferno. Ed in quanto figliolo di DIO hai diritto alla SUA protezione contro gli attacchi satanici.

 CRISTO TI AMA, VUOI AMARLO ANCHE TU ?

Il solo mezzo per conoscere il DIO unico: PADRE FIGLIO SPIRITO SANTO, è di leggere la Sua Divina Parola : LA SACRA BIBBIA.

La Bibbia non è un libro, ma diversi libri, e l’uso del singolare sottolinea che la diversità  degli  scrittori  ricopre una  meravigliosa  unità  rivelando  una guida intelligente,  DIO  che  non  cessa  di operare durante più di mille  anni  di redazione  dove ci parla, attraverso l’ispirazione della  SUA     Parola rivelatrice. 

Per  RIVELAZIONE  non  s’intende  solo la  comunicazione di AUTO – RIVELAZIONE, cioè Dio che rivela se stesso agli uomini.

L’ISPIRAZIONE, nel senso religioso del termine, si traduce con un fatto di  ordine psicologico: La presa di possessione completa dell’anima umana dallo Spirito di Dio. In questo fenomeno, Dio fa passare il Suo Spirito Santo nello spirito dell’uomo ch’é in un’atmosfera propizia a ricevere il divino in un’azione rivelatrice,  tutte  le  rivelazioni  nel  senso biblico sono il prodotto dell’ispirazione,  Dio mette  il suo  Spirito  nell’uomo per istruirlo di quelle verità che ignora. Dio culmina la Sua opera di rivelazione nella persona di GESU’ CRISTO, Egli é lo strumento per  eccellenza  della  rivelazione  ed in Lui, tutto quello che doveva essere detto é stato detto. Oggi  al credente viene rivelato GESU’ CRISTO.

Secondo S. Paolo (2 Timoteo 3:16-17) « Ogni Scrittura (della Bibbia) é ispirata da Dio e utile ad insegnare, a riprendere, a correggere a educare alla giustizia,  affinché l’uomo di Dio sia compiuto, appieno fornito per ogni buona opera »

L’arma del cristiano è la BIBBIA, raccolta di 66 libri e si divide in:    VECCHIO   e   NUOVO TESTAMENTO

IL VECCHIO TESTAMENTO è  composto di 39 libri così suddivisi:

PENTATEUCO: 5 libri di Mose: Genesi, Esodo, Levitico, Numeris, Deuteronomio

I LIBRI STORICI:  Giosuè, Giudici, Ruth, 1 e 2 Samuele, 1 e 2 Re, 1 e 2 Cronache, Esdra, Nehemia, Ester.

I LIBRI POETICI: Giobbe,  Salmi,  Proverbi, Ecclesiaste, Cantico dei Cantici.

I LIBRI PROFETICI:  Isaia,  Geremia,  Lamentazioni,  Ezecchiele,  Daniele,  Osea, Gioele,  Amos,  Abdia,  Giona,  Michea,  Nahum,  Abacuc, Sofonia, Aggeo, Zaccaria, Malacchia.  (L’ultimo libro del Vecchio Testamento é del Profeta Malacchia 433 – 432  A C )

I LIBRI DEL NUOVO TESTAMENTO Sono  27:

EVANGELI: S. Matteo,  S. Marco,  S. Luca, S. Giovanni.

RACCONTI: Un solo libro: FATTI  o  ATTI  DEGLI  APOSTOLI.

EPISTOLE di S. PAOLO:  (sono 13):   Ai Romani,   1 e 2 Corinzi,  Galati, Efesini, Filippesi, Colossesi, 1 e 2 Tessalonicesi, 1 e 2 Timoteo, Tito, Filimone.  

L’Epistola  Agli  EBREI  (di anonimo) viene attribuita a S. Paolo.     

Altre epistole sono: 1 e 2 di S. Giacomo, 1 e 2 di S. Pietro, S. Giuda e 1, 2, e 3 di S. Giovanni.

IL LIBRO PROFETICO: che chiude la raccolta é L’APOCALISSE.

Mio caro amico, mia cara amica che mi hai letto fino a qui, voglio chiudere questo  mio  scritto invitandoti a procurarti una copia della Sacra Bibbia perché essa è  il solo  nutrimento spirituale che  non perisce mai, ma che anzi fa del bene all’anima ed  a tutto  il tuo essere. 

Io non ti do l’indirizzo di una Chiesa Cristiana, perché su questo sta a te di decidere e scegliere, ma ti chiedo di leggere la Bibbia, la parola di Dio, che é stata scritta per ispirazione Divina ed é perciò comprensibile per tutti.                        

La  PAROLA   di   DIO  può  condurti alla  salvezza della  tua  anima, preziosissima  ai   SUOI  occhi.  Essa ti  farà avere  quel rapporto personale con il tuo SALVATORE che un giorno, quando sarà la tua ora ti condurrà nel cielo con i suoi angeli.      

Leggila  attentamente   tutti i giorni  con fede. Medita e chiedi a Dio di mandarti lo Spirito Santo, il quale ti guiderà nella comprensione di essa e nella  sua assimilazione.       LO SPIRITO SANTO, ti convincerà ad accettare GESU’ CRISTO quale tuo Signore e SALVATORE e così riceverai il dono NON meritato della VITA ETERNA.

Se ci saranno delle cose che tu non riesci a capire, non ti devi preoccupare, Dio si rivela ad ogn’uno di noi a poco a poco, sappi per certo che non tutto ti sarà rivelato in un giorno, come non potrai mai bere una grossa botte di vino in un solo giorno.

Partager cet article

 

 

La Bibbia é scrittura completa 4 novembre, 2016

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 16:18

CACGT8N9CALTH8M0CAIDMNCOCA9TR8RXCA164S5HCAOXRWM2CAROWKPMCA4

La completezza della Bibbia Dal sito : butindaro.interfree.it

La Bibbia contiene tutto ciò che l’uomo ha bisogno di credere per essere salvato e che noi credenti abbiamo bisogno di sapere per piacere a Dio con tutta la nostra condotta, oltre che le predizioni di cose future che sono indispensabili conoscere in vista della fine di ogni cosa per essere salvati.

Prendiamo inizialmente gli scritti del Nuovo Testamento.

Paolo dice ai Romani che per essere salvati si devono fare queste cose: « Se con la bocca avrai confessato Gesù come Signore, e avrai creduto col cuore che Dio l’ha risuscitato dai morti, sarai salvato » (Rom. 10:9); e nel Nuovo Testamento ci sono molti passi che parlano della signoria di Cristo e del fatto che Dio l’ha risuscitato dai morti. Quindi se un peccatore apre un Nuovo Testamento e legge la storia di Gesù di Nazaret (scritta da Matteo o da Luca o da Marco o da Giovanni) e l’accetta così come è scritta viene salvato all’istante da Dio.

Anche nel caso egli leggesse solo una epistola di Paolo e confessasse che Gesù è il Signore e credesse col cuore che Dio l’ha risuscitato dai morti egli verrebbe salvato all’istante da Dio. E se per caso egli avesse solo gli Scritti dell’Antico Patto? Bene, diciamo che anche in questo caso egli può essere salvato perché la legge, i Salmi e i profeti parlano di Gesù di Nazaret.

Nei Salmi e nei profeti per esempio sono trascritte le sofferenze del Cristo per i nostri peccati, nel salmo sedicesimo Davide parla della risurrezione del Cristo; quindi se uno crede che quelle parole si sono adempiute in Gesù di Nazaret, di cui egli ha udito parlare, egli viene salvato dai suoi peccati. Ricordatevi che l’eunuco quando Filippo lo sentì parlare stava leggendo il profeta Isaia, e che Filippo da quel passo della Scrittura gli annunciò Gesù, e l’eunuco fu salvato (cfr. Atti 8:26-38). Ancora non c’erano gli Scritti di Matteo, Marco, Luca e Giovanni che parlano della venuta di Cristo della sua morte e risurrezione e di come in lui si sono adempiute le Scritture; eppure Filippo da quel passo di Isaia gli annunciò lo stesso Gesù che predichiamo noi, e quell’eunuco fu salvato.

Anche l’apostolo Paolo a Roma annunciò ai Giudei che Gesù era il Cristo traendo i suoi ragionamenti dalle Scritture dell’Antico Patto ed alcuni restarono persuasi e furono salvati (cfr. Atti 28:23-24). A dimostrazione questo che anche solo con gli Scritti dell’Antico Patto si può annunciare ai Giudei la morte e la risurrezione di Cristo e persuaderli che Gesù è il Cristo (naturalmente per far questo è necessario conoscere bene le Scritture dell’Antico Patto e quelle del Nuovo). Quindi dei Giudei possono rimanere persuasi che Gesù di Nazaret è il Messia morto per i nostri peccati e risuscitato per la nostra giustificazione sentendo parlare accuratamente delle cose relative a Gesù solo con la legge, i Salmi e i profeti.

Niente di cui meravigliarsi ben sapendo che l’Evangelo fu promesso da Dio negli Scritti dell’Antico Testamento (cfr. Rom. 1:2-3); tanto è vero che Gesù quando apparve ai due che erano sulla via di Emmaus « cominciando da Mosè e da tutti i profeti, spiegò loro in tutte le Scritture le cose che lo concernevano » (Luca 24:27), e quando apparve ai suoi discepoli disse loro: « Così è scritto, che il Cristo soffrirebbe, e risusciterebbe dai morti il terzo giorno, e che nel suo nome si predicherebbe ravvedimento e remission dei peccati a tutte le genti, cominciando da Gerusalemme » (Luca 24:46-47).

Va detto ora qualcosa circa il mistero di Dio occulto sin dalle più remote età, ma manifestato ai santi del Signore nella pienezza dei tempi. Mi riferisco al fatto che i Gentili sono eredi con i Giudei, e membri di un medesimo corpo con loro perché Cristo sulla croce ha fatto morire l’inimicizia che esisteva fra loro e Dio e quella che esisteva fra i Giudei e i Gentili; ossia come dice Paolo: « Ha abbattuto il muro di separazione con l’abolire nella sua carne la causa dell’inimicizia, la legge fatta di comandamenti in forma di precetti » (Ef. 2:14-15). Questo mistero infatti è strettamente collegato al messaggio della salvezza perché con la sua rivelazione Dio ha manifestato che Egli « vuole che tutti gli uomini siano salvati » (1 Tim. 2:4), e non solo i Giudei.

E’ evidente che fino a che Cristo non morì sulla croce e lo Spirito Santo non rivelò questo mistero ai santi apostoli e profeti, questo mistero rimase nascosto. Sì, nelle Scritture dell’Antico Patto vi erano molti versi che predicevano in svariate maniere che i Gentili un giorno sarebbero entrati a far parte del popolo di Dio per cui Dio non si sarebbe vergognato di chiamarli suo popolo, ma questi passi erano coperti da un velo per cui ancora non venivano intesi. Ma quando il Signore aprì la mente per intenderli allora le cose furono chiare agli occhi di Giudei e Gentili; Dio aveva deciso di chiamare i Gentili a far parte del suo popolo. E come poté adempiersi questa predizione di Dio? Mediante la morte sulla croce di Cristo Gesù. Infatti, come ho detto prima, egli morendo sulla croce abbatté il muro di separazione, costituito dalla legge di Mosè, che divideva Giudei e Gentili da Dio, e i Giudei dai Gentili.

E banditore di questo mistero fu costituito Paolo da Tarso il quale nelle sue epistole ne parla in svariate maniere. Le sue epistole sono dunque necessarie per intendere la gloria di questo mistero. Il piano della salvezza che Dio aveva formato in se stesso avanti la fondazione del mondo è stato dunque fatto conoscere a tutte le nazioni.  Per piacere a Dio. Paolo dice a Timoteo che ogni Scrittura è ispirata da Dio « e utile ad insegnare, a riprendere, a correggere, a educare alla giustizia, affinché l’uomo di Dio sia compiuto, appieno fornito per ogni opera buona » (2 Tim. 3:16-17): quindi per essa noi possiamo essere resi compiuti.

Consideriamo gli Scritti del Nuovo Testamento; in essi ci sono i precetti per i mariti e per le mogli, per i figli e per i genitori, per i servi e per i padroni, per i conduttori e per i fedeli, in essa ci sono diversi riferimenti alla preghiera, al digiuno, alla lode, alla elemosina e ad ogni altra opera buona, ai miracoli e alle rivelazioni e a tante altre cose; in verità essi sono in grado di renderci compiuti in ogni bene e renderci savi in Cristo. E non è che questo discorso non può essere fatto per gli Scritti dell’Antico Patto perché anche in essi ci sono tanti precetti per tutti noi, non importa la posizione che ricopriamo nel corpo di Cristo o se siamo maschi o femmine, genitori o solo figli, la cui osservanza porta onore a Dio; in essi ci sono tante storie che ci esortano ad avere fede in Dio per ottenere rivelazioni, guarigione, doni, ecc., ed oltre che fede in Dio anche pazienza per ottenere l’adempimento delle promesse di Dio. Paolo dice ai Romani che « tutto quello che fu scritto per l’addietro, fu scritto per nostro ammaestramento, affinché mediante la pazienza e mediante la consolazione delle Scritture, noi riteniamo la speranza » (Rom. 15:4).

Naturalmente, va detto che per quanto riguarda diverse cose (precetti su cibi, su giorni, sulla circoncisione, ecc.,) per evitare di ricadere sotto la legge di Mosè sono necessari gli insegnamenti degli apostoli che spiegano che quelle cose sono ombra di cose che dovevano avvenire e quindi non vanno più osservate. Ma Dio, che ben sapeva tutto ciò, a suo tempo ha provveduto l’insegnamento che completa quello antico.  La conoscenza delle cose future.

Per quanto riguarda gli avvenimenti che devono accadere prima del ritorno di Cristo, al suo ritorno, e dopo il suo ritorno, ci sono scritti nella Bibbia così tanti riferimenti che possiamo dire di non avere bisogno di sapere di più. Basta leggere le parole concernenti gli avvenimenti ultimi pronunciate da Gesù sul monte degli Ulivi prima di essere arrestato ed in altre circostanze, quelle scritte da Paolo, da Pietro, da Giovanni, e quelle pronunciate dagli antichi profeti secoli prima della venuta di Cristo (Isaia, Ezechiele, Daniele, Gioele, Zaccaria, Malachia) per rendersi conto di questo. Stando dunque così le cose a riguardo degli Scritti sacri è evidente che ci fu un tempo nel quale essi erano ancora incompleti perché mancavano gli Scritti del Nuovo Testamento che dovevano completare quelli dell’Antico. Possiamo quindi dire che alle Scritture (qui mi riferisco a quelle dell’Antico Patto già disponibili prima dell’apparizione di Cristo) la parte che mancava affinché divenissero complete era quella concernente la venuta di Cristo.

Ed infatti una volta che Cristo apparve e compì l’opera del Padre suo trasmettendo le sue parole e morendo sulla croce per i nostri peccati e risuscitando il terzo giorno (e la sua vita e i suoi insegnamenti e le sue predizioni furono messi per iscritto), e gli apostoli dopo di lui trasmisero per iscritto da parte di Dio altri insegnamenti e altre predizioni utili alla Chiesa, allora le Scritture furono rese complete. La Bibbia così composta è la finale rivelazione di Dio all’uomo. Non manca proprio nessun scritto per renderla completa perché già lo è.

Guai a chi aggiunge altri scritti ad essa; Gesù Cristo a Giovanni sull’isola di Patmos attestò infatti: « Io lo dichiaro a ognuno che ode le parole della profezia di questo libro: Se alcuno vi aggiunge qualcosa, Dio aggiungerà ai suoi mali le piaghe descritte in questo libro » (Ap. 22:18). Qualcuno forse obbietterà che queste parole si riferiscono esclusivamente al libro della Rivelazione, ma non è così. Come potremmo infatti affermare che sia lecito aggiungere qualcosa alla Bibbia nel suo insieme tranne che al libro della Rivelazione solo perché quelle parole di Gesù sono scritte alla fine di questo specifico libro della Bibbia? Ma non è forse scritto nella legge: « Non aggiungerete nulla a ciò che io vi comando, e non ne toglierete nulla… » (Deut. 4:2)? Quindi, l’ordine di non aggiungere nulla, pena la punizione descritta nel libro della Rivelazione, riguarda anche la Bibbia nel suo insieme e non solo il libro della Rivelazione; e poi quand’anche uno aggiungesse delle parole solo al libro della Rivelazione implicitamente le aggiungerebbe alla Bibbia perché l’Apocalisse è parte della Bibbia.

Oltre la Bibbia non esiste sulla faccia di tutta la terra un altro libro che può essere definito sacra Scrittura come la Bibbia; tutti coloro che pretendono di possedere dei libri sacri (oltre la Bibbia o al posto della Bibbia) definendoli sacre Scritture sono stati sedotti dal serpente antico e seducono gli altri. Alcuni (i Mormoni per esempio) attaccano la completezza della Bibbia dicendo che nel corso dei secoli furono tolte dal libro molte cose chiare e preziose. Ma ciò non corrisponde al vero perché le molte copie dei manoscritti dell’Antico Testamento che esistono variano solo in certe cose minime quali l’ortografia delle parole, l’omissione di una frase qui e là. Nell’insieme si può dire che nessuna parte dei Libri dell’Antico Testamento esistenti al tempo di Gesù e degli apostoli è andata perduta ma che noi possediamo quegli stessi Libri dell’Antico Testamento che possedevano gli Ebrei senza nessuna parte fondamentale mancante.

Una conferma dell’attendibilità dei Libri dell’Antico Testamento così come li abbiamo noi ora dopo migliaia di anni dalla loro stesura è venuta dal ritrovamento nel 1947 dei manoscritti tra i rotoli del Mar Morto che generalmente datano dal 200 circa al 50 a.C. Ebbene questi manoscritti contengono porzioni di ogni Libro dell’Antico Testamento eccetto Ester, e gli studi hanno rivelato che questi documenti così antichi sono sostanzialmente identici al testo dell’Antico Testamento che noi possediamo. Anche per quanto riguarda i manoscritti del Nuovo Testamento, i più vecchi dei quali risalgono al secondo secolo dopo Cristo, la situazione è sostanzialmente la medesima. Le variazioni che si possono riscontrare in essi, che sono copie degli originali o copie delle copie fatte dagli originali, sono di una importanza relativa perché riguardano questioni di ortografia, l’ordine delle parole, il tempo di alcuni verbi, e così via; ma in essi non mancano parti importanti del testo originale, e le variazioni esistenti non intaccano le dottrine fondamentali della Bibbia.

Una conferma a ciò che stiamo dicendo in difesa dell’Antico e del Nuovo Testamento così come li abbiamo oggi nella Bibbia viene dalla versione latina della Bibbia denominata Vulgata che risale al quarto secolo dopo Cristo e che fu fatta da Girolamo, (che è la versione della Bibbia adottata ufficialmente dalla chiesa cattolica romana con il concilio di Trento): in essa non mancano parti ‘chiare e preziosissime’ degli antichi manoscritti. Vero è che in essa sono presenti dei passi tradotti malamente da Girolamo, ma in essa non mancano ‘parti chiare e preziosissime’ della Bibbia da ritenerla una versione della Bibbia ‘mutilata’ di parti fondamentali, non sufficiente dunque per la salvezza.

Partager cet article
 

 

MESSAGE DE DIEU POUR NOUS 8 octobre, 2016

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:43

Copie de mano

La lumière mettra à jour les œuvres   (Publié le 5 septembre 2016 par The worker)

« … car le jour fera connaître l’œuvre de chacun, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. » 1 Corinthiens 3:13 Le temps va venir où tous les fils et les filles d’Adam devront rendre des comptes pour toutes les œuvres qu’ils ont accomplies sous le soleil. Bien ou mal, toute chose sera dévoilée au grand jour même les actes faits dans les lieux cachés, même les pensées les plus secrètes.

Ce sont les ténèbres qui couvrent encore aujourd’hui notre monde qui permettent encore aux impies de poursuivre leurs voies et qui aveuglent les méchants de leurs iniquités. Ils œuvrent, méditent le mal dans le silence loin de la vue des hommes. Mais ils oublient que Celui qui maintient ce monde par Sa main puissante, Celui qui fait briller le soleil aussi bien sur le juste que sur le méchant, Celui qui fait souffler le vent depuis une extrémité de la terre jusqu’à une autre, n’est pas un homme aux facultés limitées.

L’Eternel notre Dieu est le Dieu vivant, Il est le Créateur omniprésent, omniscient et omnipotent. Rien de tout ce qui peut se faire sous le soleil ne peut Lui être caché. Il « sonde tous les cœurs et pénètre tous les desseins et mobiles de toutes les pensées. » (1 Chronique 28:9) Nombreux sont pourtant ceux qui se moquent de l’Eternel, du Dieu grand et redoutable devant qui, même les saints anges font preuve d’une parfaite révérence.

Ces hommes, bien pire que les incrédules et les rebelles, professent être du Seigneur Jésus Christ et suivre la voie de Ses disciples, et pourtant œuvrent pour les pauvres voire pour l’église pour se faire un nom devant les hommes. A vue d’homme, cela pourrait être admirable et louable. Mais l’Eternel notre Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ ne voit pas les choses à la manière des hommes, Il ne regarde pas ce qui est à l’extérieur, aussi généreuses, grandes ou dévouées que puissent paraître les œuvres des hommes.

L’Eternel sonde le cœur, reconnait ceux qui œuvrent réellement pour Lui, pour le bien, et par amour. Ceux qui prétendent faire de bonnes œuvres, en vue de leurs propres gloires, pour se faire justice aux yeux des autres, ceux-là Lui sont détestables. « Moi, l’Eternel, affirmait le Tout-Puissant par la plume de Jérémie le prophète, J’éprouve le cœur, Je sonde les reins pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses œuvres » (Jérémie 17:10).

L’apôtre Paul disait à ce sujet, « quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas la charité, cela ne me sers de rien. » (1 Corinthiens 13:3). Aussi, « que tout ce que vous faites se fasse avec charité ! » (1 Corinthiens 16:14) Au cours de Sa première venue sur notre terre, le Seigneur Jésus Christ avait pour une de Ses missions de clarifier le véritable sens de Ses dix Commandements, dont l’observation a été alourdie par Son peuple à l’époque. Disait-Il : « Malheur à vous, pharisien ! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes mes herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu: c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. » (Luc 11:42).

Ce que notre Seigneur Jésus Christ demande à tous ceux qui veulent être Ses disciples ce n’est pas de faire de Sa sainte loi un joug à porter ni d’accomplir des œuvres mortes, ressemblant plus à des obligations et à de faux semblants. Le Seigneur Jésus Christ demande, en plus de pratiquer la justice, d’œuvrer par amour. Après tout, les dix Commandements de Dieu sont des commandements d’amour. Le Seigneur nous demande d’aimer Dieu par dessus tout et d’aimer nos prochains comme nous mêmes (Matthieu 22:37-39).  » Le but du commandement, c’est une charité venant d’un cœur pur, d’une bonne conscience, et d’une foi sincère » (1 Timothée 1:5).

Mon frère, ma sœur en notre Seigneur Jésus Christ, continuerons-nous alors à poursuivre nos voies impies qui nous éloignent chaque jour de notre Seigneur ? Œuvrerons-nous toujours pour nous glorifier et assurer notre justice aux yeux des hommes ? Souvenons-nous pourtant que quand la Lumière viendra, viendra, et Elle va venir, toute chose sera dévoilée. « Cela importe d’autant plus maintenant car la nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière  » (Romains 13:12). Marchons honnêtement comme en plein jour et œuvrons à tout égard par amour, sans rien attendre en retour.

Car l’amour est, après tout, l’accomplissement de la loi (Romains 13:10) et il est aussi, en outre, écrit que « celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui » (1 Jean 4:16). Mon frère, ma sœur en notre Seigneur Jésus Christ, même si personne n’accordera aucune importance aux œuvres qu’on pourrait dorénavant accomplir par amour, rappelons-nous que l’Eternel notre Dieu verra chacune d’entre elles et n’en oubliera aucunes. Chaque détail sera noté dans le Livre de souvenir céleste et nos dévouements ne seront point oubliés. Car « Dieu n’est pas injuste pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour Son Nom » (Hébreux 6:10)

Publié dans Enseignements de la Bible, Vrais Chretiens

Partager cet article

 

 

SAINTETE’ 4 octobre, 2016

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 12:09

Chas

« Soyez saints, car Je suis saint, Moi, l’Eternel, votre Dieu ». Lévitique 19:2.

La sainteté n’est pas une extase, c’est un abandon total à la volonté de Dieu. C’est vivre chaque parole qui sort de sa bouche, accomplir sa volonté, se réfugier en lui dans l’épreuve, dans les ténèbres aussi bien que dans la lumière; c’est marcher par la foi et non par la vue, s’attendre à Dieu en toute confiance et se reposer sur son amour.

L’éducation, la culture intellectuelle, l’exercice de la volonté, les efforts humains, ont tous leur sphère légitime; mais ici ils sont impuissants. Ils peuvent produire une certaine correction extérieure de la conduite, mais ils ne sauraient changer le cœur, ni purifier les sources de la vie. Pour ramener l’homme de l’état de péché à celui de sainteté, il faut une puissance qui agisse du dedans, une vie nouvelle qui vienne d’en haut. Cette puissance, c’est Jésus. Sa grâce seule peut vivifier les facultés inertes de l’âme humaine, et les attirer vers Dieu et la sainteté.

La sainteté n’est offerte à personne comme un droit d’aînesse ou comme un cadeau venant d’un autre être humain. La sainteté est un don de Dieu que nous recevons grâce au Christ. Ceux qui acceptent le Sauveur deviennent fils de Dieu. Ils sont ses enfants spirituels, nés de nouveau, renouvelés par sa justice et une véritable sainteté. Leur esprit est transformé. Ils contemplent les réalités éternelles de façon plus claire. Ils sont intégrés à la famille divine; ils sont transformés à l’image de Dieu de gloire en gloire.

Autrefois ils entretenaient un amour démesuré pour eux-mêmes; à présent, ils parviennent à un amour suprême pour Dieu et le Christ. … Le secret de la sainteté consiste à accepter le Christ comme son Sauveur personnel et à suivre l’exemple de son renoncement.

Puissance de la Grâce, Ellen G. White.

 

 

Tribulations dans le monde

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:50

 Tribulations dans le monde dans religion ob_51ba9f_un-roi-se-brise

« Lorsqu’il fut dans la détresse, il implora l’Eternel, son Dieu, et il s’humilia profondément devant le Dieu de ses pères ». 2 Chroniques 33:12.

“Vous aurez des tribulations dans le monde” (Jean 16:33), dit le Christ; mais en moi vous aurez la paix. Les épreuves auxquelles le chrétien est exposé — la tristesse, l’opposition, l’opprobre — sont le moyen que Dieu a choisi pour séparer la paille du grain. Notre orgueil, notre égoïsme, nos passions mauvaises, notre amour du monde, tout cela doit être vaincu. C’est pourquoi Dieu nous envoie des afflictions pour nous éprouver et nous montrer que ces défauts sont encore dans notre caractère.

Nous devons avoir la victoire par sa puissance et par sa grâce, afin de devenir “participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise”. “Car nos légères afflictions du moment présent, dit saint Paul, produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles.” (2 Corinthiens 4:17, 18). Les afflictions, les croix, les tentations, l’adversité et nos diverses épreuves sont les instruments avec lesquels Dieu nous affine, nous sanctifie et nous prépare pour le grenier céleste.

La plupart de nos souffrances nous ont été envoyées par la sagesse de Dieu qui désire ainsi nous attirer plus près de son trône de grâce. Elles concourent à adoucir et à attendrir nos cœurs. Cette terre est le lieu de travail du Seigneur; il nous façonne afin de nous faire entrer dans les parvis célestes. Tel un chirurgien, il emploie son divin bistouri pour détacher de nos cœurs ce qu’ils ont de défectueux et d’impur; alors nous sommes aptes à occuper les places qui nous ont été préparées dans les cieux. Les épreuves et les tribulations nous fortifient et nous purifient en modelant notre caractère sur celui du Christ.

Considérons les afflictions qui nous éprouvent si cruellement comme des leçons instructives, nous enseignant à nous hâter pour remporter le prix de l’invitation solennelle que le Christ nous adresse. Soyons encouragés par la pensée que le Seigneur revient bientôt. Que cette espérance réjouisse notre cœur.

Ellen Gould White, Puissance de la Grâce

 

 

Gerusalemme per le 3 religioni monoteiste 20 août, 2016

Classé dans : Storia di Isdraele — Sentinelle Chrétienne @ 10:56

                     muro1.bmp

Perchè era importante Gerusalemme alle 3 religioni: ai Cristiani, agli Ebrei, ed ai Musulmani (nel periodo delle Crociate) ?

In realtà, Gerusalemme non era così importante per i musulmani come lo fu dopo le Crociate. I musulmani erano divisi, tra gli omayyadi d’Egitto, signori di damasco e califfi di Bagdad. La conquista di Gerusalemme spinse i signori di Damasco, più interessati, ad intervenire. Il loro scopo era quello di servirsi della riconquista di Gerusalemme per proclamarsi califfi e guide dell’Islam.

Fino ad allora, i signori musulmani erano solo dei malik, (dei re). Fu proprio la Crociata e un signore pronto a tutto, a dare l’accento religioso della Crociata. La guerra santa era un modo per descrivere lo zelo spirituale del fedele; con Saladino divenne la lotta contro i Frang, (i Franchi), come erano chiamati gli occidentali.

Gerusalemme per i cristiani è luogo di pellegrinaggio ai luoghi santi. In fondo, le Crociate sono nate perché i musulmani incominciarono, a detta dei cristiani, a vessare i pellegrini. Per gli islamici Gerusalemme era santa perché di là il profeta Maometto salì al cielo in una sua visione. Ma il loro pellegrinaggio santo è sempre e solo stato alla Mecca.

Per gli ebrei, vi erano i resti del tempio di Salomone, in cui vi era stata la presenza di Dio. Quindi luogo più santo della terra… Alla fine fu solo una grande avventura per persone disposte a cambiare vita e migliorarla, di persone sinceramente devote, di commercianti… Molti dimenticano che anche gli abitanti di quelle terre conobbero un periodo di ricchezza per gli enormi ricavi commerciali.

La riconquista di Saladino lasciò le aree costiere ai crociati, perché dei loro commerci non potevano farne a meno. Per capire la situazione, basta sapere che Al-Kamil, uno tra i successori di Saladino, offrì Gerusalemme a Federico II senza combattere… Solo l’avvento di una forte dinastia intransigente e poco interessata all’area, gli ottomani, eliminò la presenza dei cristiani nell’area. E con questo iniziò una forte decadenza per quell’area, che divenne periferica.

Quindi, al di là delle religioni, le relazioni commerciali e la cultura occidentale non poté non generare benessere nell’area, sebbene le guerre contribuissero alla morte di tanti innocenti. Anche oggi, questa considerazione dovrebbe far riflettere i politici di quell’area, perché dall’accentuzione delle differenza religiose, non se ne ricava nulla di buono, se non una apparente e monolitica leadership politica.

 

 

Tobie, un Livre Apocryphe de la Bible Catholique 4 août, 2016

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 13:19

tramonto2021

Généralité

Le livre apocryphe de Tobie, comme ceux de Ruth, Esther et Judith, a été classé parmi les livres historiques de l’Ancien Testament, mais cela n’a rien à voir avec l’histoire telle que nous l’entendons aujourd’hui, c’est à dire, comme l’historiographie. C’est en fait une sorte de conte populaire d’une «l’histoire à fin heureuse» dont le but est d’améliorer la bonne conduite et le respect des autres et de la loi.
Et ce n’est pas par hasard que Tobias est dérivé d’une racine hébraïque qui signifie «bonté» dans les textes hébreux, comme nous l’avons vu dans le cas de Ruth, les noms ont toujours une signification très particulière liée à la teneur du récit.

On pense qu’il a été écrit à l’époque des Maccabées, une ère de persécution pour le peuple juif, dans la quel était essentiel proposer les figures exemplaires de foi inébranlable et de gratitude envers le Seigneur. Évoque cependant un contexte historique beaucoup plus ancienne, celle de l’empire assyrien désormais tombée depuis longtemps, mais cette époque est rappelée seulement de façon confuse  par l’auteur du livre, qui, comme c’est le cas avec le livre de Daniel, a bien d’autres préoccupations théologiques et didactique plutôt que de racontent une histoire vraie. Le Livre de Tobie a survécu uniquement dans la version grecque, et n’est donc pas considéré comme inspiré ni par les Juifs ni par les protestants, mais est inclus dans le canon catholique.

Contenu: Un Juif exemplaire, mais malchanceux.

Le principal objectif de l’auteur est de renforcer la fidélité à la loi d’un Juif dans la diaspora, et donc contraint à vivre parmi les peuples païens qui se moquent et l’insultent. Ce but est poursuivi avec un style qui peut légitimement être appelé « romanesque », car elle est faite de rebondissements ingénieux et d’irruption du surnaturel dans la vie quotidienne, qui laisse le lecteur en haleine jusqu’à la fin heureuse.

Le protagoniste du livre, lui-même, commence à la première personne : «Moi, Tobi, je passait les jours de ma vie dans les voies de la vérité et de la justice. À mes frères et mes compatriotes, qui avaient été amenés en captivité avec moi à Ninive, dans le pays d’Assyrie, je faisais beaucoup d’aumônes. »

Le livre peut être divisé en plusieurs sections.

Dans la première partie (chapitres 1-3), nous avons l’introduction générale et l’avant fait de l’histoire, dans laquelle Tobias senior parle à la première personne de 1:3 à 3:6. Tobias est un pieux Israélite déportés à Ninive de sa patrie dans la Haute Galilée, qui grâce à sa piété religieuse, même dans les temps de persécution, a fait une carrière et a mis de côté un important pécule sous la forme de dépôt auprès d’un parent, Gabaèl, vivant dans Rage, une ville des Mèdes.

Mais la faveur de Dieu semble se détourner de l’Israélite pieux: juste pendant qu’il allait enterrer le cadavre d’un homme assassiné dans la rue ou il avait été abandonné (considéré comme une faute grave par les peuples du Moyen-Orient), il devient aveugle, parce que les excréments chauds de certains moineaux lui sont tombé sur les yeux (chapitre 2). L’aveuglement durera pendant quatre ans, et son épouse Anna doit maintenir la famille avec du travail à la tâche. Un jour, cependant, en a eu assez et il laisse échapper : « Où sont tes aumônes ? Où sont tes bonnes œuvres? Voila, on le voit bien par la façon dont tu es réduit ! »

Tobias en souffre beaucoup, et implore le Seigneur à le faire mourir, parce qu’une telle épreuve, lui semble excessive pour quelqu’un comme lui, qui a toujours observé la loi avec le plus grand soin.
Dans le même temps se développe la triste histoire de Sarah, jeune fille de Raguel, un parent de Tobit qui vit dans Ecbatane, la capitale de la Mède (chapitre 3). Elle a déjà eu sept maris, mais tous ont été tués par le démon Asmodée au cours de la nuit de noces, et même les serves se moquait d’elle et la outrageais (à ne pas la respecter). Alors, elle aussi, désespéré, élevé sa prière au Très-Haut. Les deux prières arrivent en même temps dans les oreilles de l’Éternel, qui décide de les écouter tous les deux à la fois en envoyant à leur secours l’Archange Raphaël, le guérisseur. Et à partir de là, l’histoire rentre dans le vif et prend vie.

Arrive Azaria / Raffael

 La partie centrale du texte (chapitres 4-10) est consacrée à l’histoire de Tobie Junior (souvent dans des versions est appelé le fils Tobias et son père Tobit, mais en substance, les deux noms sont les mêmes). Celui-ci  est envoyé par son père chez Gabaèl (qui est un de la famille faisant fonction de banquier) pour retirer son argent déposé avant, de façon qu’il puisse en disposer avant que son père meurt et Gabaèl reste le maître de tout. Le chapitre 4 contient beaucoup de conseils de nature de sagesse que le père donne à son fils. C’est un genre littéraire très répandue dans le Croissant fertile, voire le connue «Enseignement de Ptahhotep », contenant les conseilles d’un responsable égyptien de la cinquième dynastie à son fils pour faire une carrière, qui remonte au troisième millénaire avant JC ! Ces écrits rapprochent le texte de Tobie plus aux livres de sagesse que aux historiques.

En tout cas, dé que Tobias junior se met en marche (chapitre 5), lui s’approche un mystérieux voyageur qui se dit connaître le pays, la Mède, et est prêt à l’accompagner. Ceux-ci se présente avec le nom de Azaria, fils d’Ananias: deux noms importants, très significatifs, car ils correspondent respectivement à «Yahvé aide» et «Yahvé est bénévole, miséricordieux».

Le jeune l’homme ne s’imagine pas quel être céleste est caché sous le couvert du voyageur, même si ceci a immédiatement montré une sagesse surhumaine, en conseillant (chapitre 6) à son protégé de conserver le fiel, le cœur et le foie d’un poisson qu’il a pêché dans le grand fleuve Tigre, pour ses propriété  thérapeutique détenues. C’est toujours le même Azaria à informer Tobias junior de la triste histoire de Sara, dès qu’ils arrivent à Ecbatane.

De qu’il voit  la malheureuse fille (chapitre 7), le jeune Tobias tombe amoureux d’elle et demande qui soit célébré le mariage, étant parent. Raguel, le père de Sarah, donne son accord, mais en tout cas, il fait creuser une fosse pour enterrer le corps de celui qui sera la prochaine victime, dans le secret, dans le cas qu’Asmodée le démon qui est: «celui qui tue» décidera de revenir à l’action, afin que le énième échec de mariage de sa fille reste secret.

Au cours de la nuit de noces Tobias et Sarah disent un cantique célèbre (chapitre 8), qui est souvent lu lors des mariages catholiques. Asmodée se cache prêt à tuer, mais Azaria / Raffaele est prêt avec un exorcisme: il brûle le cœur et le foie du poisson, probablement il s’agit d’un ancien rituel juif pour conjurer le mal, et Asmodée s’enfuit pour toujours.

Tobia junior passe indemne la nuit, dans la jubilation de Sara et Raguel, et Azaria il va dans la cité de Rage pour retirer la somme déposée là par Tobia nombreuses années auparavant (chapitre 9). Enfin Tobias, Sara et Azaria sont de retour à Ninive (chapitre 10).

Epilogue d’enseignement sagesse

On arrive ainsi à la partie conclusive du livre (chapitres 11-14). Tobias senior est guéri de sa cécité dès que son fils lui applique dans les yeux le fiel du providentiel poisson (chapitre 11). A ce point, le père voudrais donner à Azaria sa récompense (chapitre 12), mais ceux-ci les prend à part, les entretient avec un autre discours de sagesse et enfin se révèle leur, et puis s’en retourne au ciel dans la crainte de nos protagonistes.

Le chapitre 13 contient un morceau de haute poésie, connu sous le Cantique de Tobie, un vrai psaume dans lequel ils se développent différents thèmes : L’exil des Juifs n’est pas un abandon par Dieu, mais la punition visant à la rédemption, tout comme la cécité de Tobie senior (13:1-6); La diaspora d’Israël parmi les nations peut être l’occasion de rendre un témoignage missionnaire du Dieu unique ( 13:7-8 ) ;

La partie finale (13:9-18) est un grand hymne à Sion, qui témoigne de l’ardent désir des Juifs de la diaspora vers la ville sainte, à travers des images de bonheur, gloire et beauté représentée, comme dans l’ Apocalypse de Jean, avec une profusion de pierres précieuses.
Enfin, le chapitre 14 contient d’autres discours de la sagesse de la vieille Tobias tourna vers son fils avant sa mort et l’épilogue, qui sent la vengeance envers les méchants Ninive (14:15) :
«Avant de mourir [Tobia junior] entendu parler des ruines de Ninive et a vu les prisonniers qui étaient déportés pour travailler dans les médias Achiacar roi des Mèdes. Puis béni Dieu pour ce qu’il a fait pour le peuple de Ninive et l’Assyrie. Avant de mourir, il pourrait alors profiter du sort de Ninive, et il bénit le Seigneur Dieu pour toujours et à jamais.  » .

Certains caractères ;   L’Archange Raphaël

Le nom de Raphaël signifie « Dieu guérit ». Dans le livre de Tobie est largement développé le thème de angélologie juive, tiré du livre de Daniel et aussi par de nombreux apocryphes. Ceci est un test de la composition de l’ouvrage très tard, parce que le angélologie et démonologie développés principalement sous l’influence des hellénistique. Dans le livre de l’Exode, en fait, il est dit (3:2) :
 » L’ange du Seigneur lui apparut [ Moïse ] dans une flamme de feu dans un buisson . Il regarda, et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait.  » Peu de temps après cependant ( 3:4-6 ) l’autre personne est complètement différente :

«Le Seigneur vit qu’il se détournait pour voir; et Dieu l’appela du milieu du buisson, et dit:  » Moïse, Moïse !  » Il répondit:  » Me voici !  » Il a dit:  » N’approche pas ! Enlève tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte !  » Et il a dit : «Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob … « . Et l’ange est encore impossible de distinguer le Seigneur, qui n’apparaît que comme la manifestation dans le monde des hommes. En outre, même dans la Genèse 18: 1-5 Le Seigneur apparaît à Abraham au chêne de Mambré , sous la forme de trois hommes, mais en 18, 22, deux d’entre eux la tête à Sodome tandis que le troisième reste avec Abraham. Pour ce dernier, il parle comme pour le Seigneur, alors que dans 19:1 les deux autres sont définis comme « les deux anges .

Une fois de plus indiscernabilité parfaite entre Dieu et ses anges, et nous sommes déjà à l’époque de la déportation à Babylone. Au moment où le livre de Tobie , la situation a radicalement changé. En Tobit 12:15 Raffaele , qui a toujours comporté comme une entité personnelle , avec sa propre volonté et non pas comme un alter ego de YHWH dit de lui : «Je suis Raphaël, l’un des sept anges qui sont toujours prêts à entrer dans la présence de la majesté du Seigneur « 
Le nombre sept est symbolique, signe de plénitude absolue, mais il peut aussi se référer au fait que la cour de Perse a été organisé de manière à ajouter aux souverains sept hauts fonctionnaires : Probablement l’auteur a été inspiré par cette image de cette mémoire à façonner tribunal céleste.

De la Bible, nous avons les noms de Gabriel (Luc ), Michael (Livre de Daniel , l’Apocalypse ) , Raphaël ( livre de Tobie ) , les apocryphes ( livres d’Enoch , le livre d’Esdras IV) aussi donner des noms aux quatre autres : Raguel , Remeiele , Saraquiele et Uriel . Quant au mot « ange », il vient du grec «messager ». Les anges sont des démons s’opposent, vu du judaïsme et le christianisme comme des anges déchus, les ennemis de Dieu et des hommes, le mot grec  » daimones  » ont indiqué les « gènes » êtres intermédiaires entre les dieux et les hommes. Seulement en démon hellénistique devient synonyme de mauvais esprit ; déjà ce mot n’avait pas de connotation négative.

Asmodée: En Tobit 3:8 montre l’un des rares démons appelés la Bible avec son nom : Asmodée . Son nom est dérivé du persan  » Aeshma Deva », qui signifie « celui qui tue », la « meurtrière », sans doute en rapport avec le fait qu’il avait tué les sept maris de Sara pauvres, mais aussi à la différence de Raphaël, qui, comme nous l’avons dit, cela signifie « Dieu guérit ». Certes, Asmodée était un personnage préexistant à la livre de Tobie et bien connu des légendes juives. Comparez par exemple nell’apocrifo » Testament de Salomon » qui, incidemment, est présenté comme un ennemi de l’union conjugale : « Mon travail consiste à conspirer contre les jeunes mariés , pour les empêcher de contracter mariage . Je détruis la beauté des vierges et muet leurs cœurs, et le port des hommes à la folie et l’avidité malhonnête « .

Le livre de Tobie n’est donc pas percer une porte qui est déjà ouverte. La description de l’expulsion d’Asmodée par Raphael dans Tobit 6:17-18 est liée à son ancienne exorcisme : Dans l’Orient ancien peuple étaient convaincus que la fumée nauséabonde indigeste pour les esprits et les démons , et donc ferait fuir. Notez, cependant, que ce rituel un peu naïf et presque chamanique seul serait insuffisant pour sauver Tobia junior, si le même Raffaele n’est pas intervenue pour la chaîne du diable » Haute-Egypte « , un signe clair de l’intervention de Dieu qui sauve son protégée . Pourquoi en Haute-Égypte ? Dans les temps anciens , on croyait que les démons vivaient dans des régions éloignées et désertes , en fait, dès que Jésus alla dans le désert de Juda pour prier, il est attaqué par les tentations diaboliques (Matthieu 4:1), et dans Matthieu 24:43 est réitéré :  » Lorsque l’esprit impur est sorti d’ un homme, il va par des lieux arides , cherchant du repos , et il n’en trouve point . « 

L’Egypte était considérée comme l’extrémité sud du monde connu, ainsi que les médias étaient extrémité nord -est : comme dire que les chaînes Raffaele du diable aux antipodes de l’endroit où vous pouvez trouver Tobias et Sarah, pour le rendre inoffensif en permanence. Notez que, dans les histoires de Sherlock Holmes, l’un des ennemis les plus acharnés de la légendaire détective est appelé Asmodée propre Moriarty .

Ahikar, nommé plusieurs fois dans le livre de Tobie ( 1:21-22 ; 2,10; 11, 19 ; 14:10) , est en fait un personnage de roman populaire et ancienne Europe de l’Est ,  » The Wisdom of Ahikar .  » Ce texte extra- biblique indique que le protagoniste, qui est devenu ministre d’un grand souverain, adopter Nadab, un jeune parent qui donne des conseils judicieux d’un grand nombre sapientiale de la nature. Mais ces calomnies son bienfaiteur au roi. Cependant, peu de temps avant Ahikar être mis à mort, la vérité éclate et le calomniateur est condamné à sa place. Dans cette histoire, il ya une référence explicite à Tobit 14:10 . La présence de Ahikar dans le livre de Tobie apparaît ainsi comme un véritable « cross over » entre les différentes sagas littéraires, un peu comme dans un roman historique qui a été fait comparaître à Renzo Tramaglino de certains points Manzoni.

C’est précisément dans la  » Sagesse de Ahikar » qui est cité le proverbe: «Il est bon de garder caché le secret du roi », à son tour, reporté dans Tobie 12:7 par la bouche de Raphaël. Probablement il fait référence au fait que pendant la Diaspora, de nombreux juifs sont devenus conseillers de souverains orientaux ( un pour tous : Mardochée dans le livre d’Esther), et le secret était l’une des principales qualités requises d’ un conseiller.

L’oracle de Nahum: L’une des preuves du fait que le Livre de Tobie est beaucoup plus récente que la plupart des autres livres de la Bible est représenté par l’inclusion, dans 14:4,  » déclare le prophète Nahum ,  » une référence évidente aux chapitres 1-3 de l’ livre du prophète du même nom , où il a prophétisé la destruction de Ninive . Avec le style typique du genre apocalyptique, qui contient des «révélations» sur l’avenir (c’est le sens du mot Apokalypsis ) , comme il arrive , par exemple. dans le livre de Daniel, le Livre de Tobie ressemble venturi des événements qui ont déjà eu lieu, dans ce cas, la chute de Ninive en 612 avant J.-C. Le prophète Nahum écrit plutôt en vigueur dans le VIIe siècle avant J.-C. lorsque Ninive était encore debout et l’Assyrie une grande puissance. Sa description de la ruine de la capitale le plus fier du monde, cependant,  l’efficacité d’un reporter de guerre :

 » La reine est menée en exil, ses servantes gémissent comme des colombes, se frappant la poitrine.

Ninive est comme un bassin d’eau à partir de laquelle échapper aux eaux agitées.

« Stop! Stop!  » Mais pas une seule fois.

Plunder l’ argent, l’or pillé, il ya des trésors infinis, des amas d’objets précieux.

Dévastation, la dépossession, la désolation; cœurs découragés, les genoux faibles , dans tous les cœurs est le spasme , la pâleur de tous les visages … »( Nahum 2:8-11 ) .

Historicité;        Le roi d’Assyrie

Le contexte historique du livre de Tobie, comme le révèle déjà les premières mesures du premier chapitre , est celle de la diaspora juive . L’histoire de Tobie, Tobie père et le fils doit être placé entre la huitième et septième siècle avant JC , étant donné que: «À l’époque de Salmanasar , roi d’Assyrie , il fut fait prisonnier par Thisbé, qui est au sud de Kédesch – Nephtali, en Haute Galilée au-dessus Aser vers l’ouest , au nord de Sefet … » Thisbé est une ville de Galilée du nord, à ne pas confondre avec Thisbé de la Transjordanie , la ville natale du prophète Elie (en fait dit  » le Thischbite « ), pas par hasard la tribu de Nephtali (voir le livre de Josué ) a été alloué seulement dans la Galilée du Nord.

Le Salmanazar mentionné ici devrait être le cinquième de son nom, qui régna de 727 à 722 avant JC et, après avoir assiégé Tyr, tourné contre Osée, roi d’Israël (voir le Second Livre des Rois), et son successeur Sargon II ( 722-705 avant JC) aurait conquis la Samarie, mettant fin au royaume du nord d’Israël . Comme vous pouvez le voir, Salmanazar V n’a pas pu terminer la conquête des tribus du nord, et pourtant dans le même Tobie 1:13 dit première personne âgée à être devenu l’administrateur du roi, comme s’il avait régné pendant une longue période après la conquête.

Peu de temps après Salmanazar monte sur le trône Sennachérib ( 705-681 avant JC), le roi qui avait attaqué Jérusalem , mais il a dû se retirer parce que la peste faisait rage dans ses rangs ( 2 Rois 19). Peut-être se souvenir de cette attaque a échoué, l’auteur anonyme de ce livre parle d’une dure répression déclenchée par l’empereur contre les Juifs. Bientôt, cependant, Sennachérib a été assassiné dans le temple de Nisroc ses deux fils et Scharetser Adram – Mélec, et a été remplacé par son troisième fils Assarhaddon (681-669 avant JC).
Nous sommes plus de quarante ans à partir du siège de Thisbé de Galilée, et Tobia principal était déjà marié à Anna et juniors Tobias avait déjà eu avant l’expulsion, et pourtant le récit des événements n’a même pas encore commencé.

Anachronique cadre

Ce n’est pas fini. En Tobie 4:1 cité rage dans les médias , une ville de l’Iran d’aujourd’hui, qui à l’époque de l’apogée assyrienne n’était pas une grande puissance qui pourrait être situé dans les banques et les prêteurs . En Tobie 5:6 à la place nous parlons Ecbatana, la grande capitale de médias, ce qui correspond à Hamadan.
L’empire des Mèdes, cependant, a été fondée par Deioces ( 700-647 avant JC) et a conduit à l’apogée de Cyaxare ( 633-584 avant JC), longtemps après les événements racontés dans le livre de Tobie . Au lieu de cela les Juifs ( dans ce cas, en la personne de Gabaèl ) sont déjà affectés pendant un certain temps dans les grandes villes de l’Assyrie et des médes, qui nous aide à comprendre immédiatement comment l’auteur est loin qui raconte les faits et ne décrivent pas l’ situation historique et géographique à l’époque des Assyriens , mais en son temps, peut-être lorsque l’Empire perse est déjà tombé , remplacé par les royaumes hellénistiques, et les Juifs ont fait fortune dans pratiquement toutes les villes du Moyen-Orient. Sinon, comment pourrait – Gabaèl, Tobie, être sur en médias avant même qu’il a fait une carrière s’il appartient à la première vague de déportations juives à l’est ?

Il ya un soupçon, mais dans le livre de Tobie dans les ruines de Ninive , que nous connaissons a eu lieu en 612 avant J.-C. par les Babyloniens et les Medo Nabupolassar Cyaxares , mais celui-ci est appelé Achiacar (peut-être une corruption populaire en raison de la longue période de transmission orale). En outre, la déportation des Juifs de vivre jusqu’au moment de la destruction de Ninive, le symbole de la ville des ennemis d’Israël , Tobia junior devrait atteindre vraiment les années 117 que le livre attributs hyperbolique ( 14,14) . Peut-être dans son déménagement à quitter Ninive et Ecbatana il est un rappel de l’empire des Mèdes et des Perses, qui est venu à l’Assyrien, après la ruine de la fière capitale.

Dans les montagnes ou dans les plaines ?

En outre, l’imprécision du récit historique qui s’étend à des données géographiques. En fait, Rage et Ecbatana les uns des autres d’au moins 300 km, une distance à peine praticable » en deux jours de marche  » (Tobie 5,6). Comme si cela ne suffisait pas, le texte de la Vulgate dit: « Rage est Ecbatana est dans les montagnes et les plaines »
Il ya une incohérence évidente, car les deux villes sont situées à des altitudes élevées : Rage à 1132 mètres et Ecbatane en 2010. En fait, de nombreuses versions modernes corrige le tir traduire : «Les deux villes sont situées dans les montagnes. « 

Enfin, Tobie 11:1 est nommé la ville de  » Caserin, en face de Ninive »: un endroit complètement inconnu, peut-être confondu avec Charran, aujourd’hui Urfa en Turquie, la ville de la haute Mésopotamie où Abraham a commencé sa voyage au pays de Canaan , Charrae appelé par les Romains et ils tristement célèbre parce qu’il est mort Crassus fut vaincu par les Parties. Mais Charran est de 400 Km de Ninive, et certainement pas en face de lui. 

Conclusion: comme incertaine et approximative est le cadre historique du livre de Tobie, comme les indications géographiques, qui semblent apparemment de décrire avec précision les étapes d’un voyage long et dangereux, en réalité, sont présentés à la lumière de la connaissance de gens simples, les souvenirs des événements lointains l’histoire d’Israël. Il semble que l’auteur veut se limiter à éveiller la curiosité des lecteurs à saveur exotique lointaine, l’exactitude historique ou géographique sans scrupules.

Signification
Qu’est-ce qu’on peux dire, en conclusion, sur un livre comme celui de Tobit ? Les mots semblent plus appropriés pour décrire ceux utilisés par Martin Luther :
 » S’il s’agit de l’histoire, c’est l’histoire sacrée, que ce soit un poème, un poème est vraiment agréable, saine et rentable, l’œuvre d’un poète de génie, comédie fine et gracieuse « 

A noter que le Livre de Tobie améliore le début des travaux qui lui ont valu le droit de salut que pour les hauts Tobie enterrant les morts, une thèse en contraste frappant avec les idées du père de la Réforme. Si , par conséquent, il exaltait , nous ne pouvons qu’être d’accord avec nous.

Le livre de Tobie est certainement la célébration de la fidélité à la loi, même au milieu des difficultés et des persécutions: le droit obéit aux préceptes sont avantagés par Dieu selon la célèbre « théorie de la rétribution.  » Mais le livre de Tobie va au-delà montrant – à travers l’histoire de Tobie dès maintenant aveugle – que Dieu peut aussi tester l’innocent, mais ne sera jamais abandonner, toujours regarder sur eux et ri mérite en temps voulu. Et cela semble message d’espoir et de réconfort pour nous, les croyants de l’ère spatiale.

 

 

Questions sur la nature de Jésus-Christ 14 mai, 2016

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:48

 

Questions sur la nature de Jésus

Question: ‘Parce que même si je concède une quelconque vérité à cette conception de Dieu, beaucoup de questions se bousculent:

Comment puis-je être puni pour un crime que je n’ai pas commis?’

Jésus n’a pas été punis par Dieu a cause d’une faute q’il aurait commisse mais il est mort à cause de notre péché la Bible dit dans le prophète Esaie 53:4, 6 siècles avant la venue de Jésus-christ, «Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié 5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.» Esaie 53:4

Question: Comment ce “péché” a-t-il été lavé par le sang du Christ, mais en fait, n’a pas été lavé? (Cf. supra)

Autrefois pour pardonner au peuple leur péché Moise et les autres sacrificateurs, selon la loi, devaient offrir des sacrifices, mais la Bible dit que le sang des animaux ne pouvait pas effacer les péchés mais couvrir la faute jusque l’arrivée de Jésus qui s’est donné lui-même en rançon !

Dieu accorde donc de l’importance dans le geste d’amour de Jésus-christ ! La Bible dit: 1 Jean 1:7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion,

et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Dieu aurait-Il alors choisi un “fils” peu disposé à se sacrifier? Il appelle aux armes (Luc 22:36), il se lamente, il transpire, il pleure, il se plaint (Marc 14:33/36, Luc 22:44)

Jésus a dit O! Père que ta volonté soit faite et non la mienne

Si Jésus n’avait pas connu l’angoisse, on ne pourrait pas alors discerner le lien qui l’unissait depuis l’éternité a son Père Jésus n’avait jamais été séparé du Père dans lequel il vie et voila que pour un temps il en sera séparé et comme maudit à cause de nous ! Jésus a donc démontré sa pleine humanité, mais également sa parfaite obéissance, ceci jusqu’à la mort !

Jésus est-il mort sur la croix (selon la Bible) en tant que Dieu?

[S’ils sont co-égaux et consubstantiels, donc Dieu peut-il mourir? Ne serait-ce que pour quelques secondes? Personne n’a pu oser me confirmer cela] – Jésus (p) est-il, sinon, mort sur la croix (selon la Bible) en tant qu’homme? [Si oui, comment le sacrifice d’un homme peut-il laver les péchés de toute l’humanité?]

Oui ! Mais sache que c’est la chair qui a périt, l’âme quant à elle est toujours vivante, l’esprit de Dieu s’est donc retiré du corps de chair ou Dieu résidait ! Car il est écrit « Colossiens 2:9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.  » le sacrifice de Jésus-christ a du prix aux yeux de Dieu car l’amour de Dieu s’est manifesté en lui et lui-même est l’auteur de notre salut.

Jésus retrouva t-il alors sa nature divine après sa crucifixion? Si oui, la divinité se prête t-elle donc à être donnée?

Oui, Jésus est le premier né d’entre les morts, le premier à avoir revêtu un nouveau corps glorifié ! Comme il doit encore revenir, il a gardé ce corps pour revenir visiblement un jour !

La divinité de Jésus christ ne peut être donnée à aucun autre car il n’y a d’autre Dieu que Dieu !

Jésus, en tant que dieu descendit-il en Enfer, comme le dit le Credo? Pour notre édification, il serait intéressant de savoir.

La Bible le dit 1 Pierre 3:18 Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit 19 dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison 20 qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l’eau.

Si Jésus fut dieu comment a-t-il pu dire sur la croix: “mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? (c. à. d. “moi-même, moi – même, pourquoi me suis-je abandonné?” (Mat27:46). La question, en elle-même (“pourquoi”), dénigre à Jésus toute divinité car Dieu est Omniscient! Il n’ignore rien.

Pourquoi ne pas penser logiquement et simplement que ce cri est poussé par jésus pour nous faire connaître qu’il eut un déchirement entre lui et le père comme je l’ai dit plus haut !

Ce cri est un témoignage de sa séparation d’avec son père ; l’Esprit saint se retira donc de lui et il ne l’ignorait pas, il le témoigna !

Comment et pourquoi Jésus aurait-il pu mentir et dire à son peuple qu’il n’y a qu’Un Dieu? (Marc 12:29) Alors que les docteurs chrétiens disent qu’il y en a 3 en 1? Qui ment? Les docteurs chrétiens qui connaissent bien la Bible, ne prétendent pas qu’il y est trois dieux, puisque jésus a dit lui-même « Jean 10:30 Moi et le Père nous sommes un. Dieu et sa parole sont Un et non deux ou trois !

Comment Jésus a-t-il pu dire que “mon Père est plus grand que moi” alors qu’on me dit qu’ils sont égaux?

Il est dit dans la Bible : Philippiens 2 : 5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; 8 et ayant paru comme un simple homme, (2-8) il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.

9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11 et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Ainsi chers amis, Jésus en tant qu’homme pouvait affirmer que le père est plus grand que lui ! C’est normal un peu comme si monsieur le maire disait une fois en tenue civile : en tant que maire je suis plus grand qu’en tant que monsieur tout le monde

(Jean14:28) Comment Jésus a-t-il pu dire qu’il n’est qu’un envoyé de Dieu, alors qu’il serait dieu? (Jean 16:5)

Jésus n’a jamais dit cela (qu’il n’était qu’un envoyé le qu’il n’était est faux il est écrit 5 Maintenant je m’en vais vers celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande: Où vas-tu? Et ou va donc Jésus chers amis ?

La Bible le dit : « Jean 14:10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même;

et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les oeuvres. Jean 14:11 Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces oeuvres.

« Ainsi Jésus a bien été envoyé mais il vient du sein de Dieu de Dieu lui-même car il est tout ce que Dieu est et vivant dans le père Jésus a dit : « Jean 8:23 Et il leur dit: Vous êtes d’en bas; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde; moi, je ne suis pas de ce monde. »

Comment Jésus (p) a-t-il pu dire que si l’on blasphème le Père, cela peut être pardonné, si l’on blasphème le Fils, cela peut être pardonné, mais si l’on blasphème le Saint-Esprit cela ne sera jamais pardonné, alors qu’ils seraient tous les trois une seule et même entité, consubstantiels? (Mat 12:31) Si l’Esprit de vérité essaie de te convaincre de péché, et que tu résistes, le sang de Christ ne pourra te purifier de tes péchés et Dieu te pardonner puisque tu refuses d’être conduit par l’Esprit à te repentir !

Comment Jésus a-t-il pu dire que Seul le Père au ciel peut assigner des places au paradis, alors que le Fils et le Père seraient une seule et même entité?

Se séparent-ils pour se diviser les fonctions? (Mat 20:23) Comment Jésus a-t-il pu dire à Pierre, qu’il ne sait pas quand il reviendra, que les anges non plus ne le savent pas, et que Seul, le Père qui est aux cieux le sait? Sils ne seraient qu’un, comment peuvent-ils se garder des secrets?

Jésus parle dans sa position en tant qu’humain ! Mais dorénavant étant à nouveau Un et dans le père il a repris ses prérogatives et connaît toutes choses bien attendus ! Dans un verset plus haut il est dit qu’il s’est dépouillé pour devenir un simple homme !

(Marc 13:32) Comment et pourquoi Jésus a-t-il pu dire que pour entrer dans le Royaume des Cieux, il faut faire non ma volonté mais la volonté de mon Père qui est aux cieux … s’ils étaient égaux? (Mat. 7:21)

On ne fait pas la volonté de Jésus homme, mais de Jésus christ parole de Dieu qui vie dans le père ! Encore une fois, Jésus s’est dépouillé de sa gloire,c’est la volonté du ressuscité glorifié qui importe !

Comment Jésus peut-il s’asseoir à la droite de Dieu? (Marc16:19) Étant “Dieu” lui-même, peut-on s’asseoir à la droite de soi-même?

La Bible dit: Esaie 53 : 1 Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l’Éternel? 2 Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire ! »

Ici jésus est comparé à un bras puissant ! Ainsi cher ami la droite de Dieu est l’image et le symbolisme de la toute puissance de Dieu Et Jésus est donc le bras puisant de Dieu par qui Dieu se révèle aux hommes ! Au ciel il y a un seul trône celui de Dieu et de Jésus christ qui sont Un.

Jésus est l’agneau de Dieu immolé pour chacun et il règne dans les cieux la Bible dit: Apocalypse 7:15 C’est pour cela qu’ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux; Apocalypse 22:3

Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la ville; ses serviteurs le serviront

@Coproduit 2003 MPEMF-ACTES-(29)  Reproduction uniquement en citant la source  http://mpemf.com

 

 

Adorer Dieu en esprit 16 avril, 2016

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 15:48

AdorerDIEU 

Ici, Jésus parle à une femme Samaritaine, elle se plaint que les religieux Juifs les obligent à aller adorer à Jérusalem alors que certains patriarches ont prié sur la montagne où elle adore.Jésus, par sa réponse, indique clairement que le lieu de culte est complètement indifférent à Dieu. En effet, le fait de prier à tel ou tel endroit ne fait pas de nous un homme de Dieu, non ?

Ce qui me plaît d’ailleurs dans l’Évangile, c’est la simplicité et la logique que Jésus expose face  à la religiosité tortueuse des hommes. Et ces paroles mettent à mal tous les pèlerinages qu’imposent les religions à leurs fidèles pour, soi disant, les rapprocher de Dieu.

Dieu a fait sa demeure à Rome / Non, non c’est faux, Il l’a fait à La Mecque / Vous dites n’importe quoi, Il est à Jérusalem Jésus répond clairement : La demeure de Dieu est le cœur de l’homme.  Et la conviction, l’envie de prier viendra de ton cœur, De Dieu que tu as accueillis dans le Saint des saints de ton cœur et non d’une ordonnance qui te dis Faut prier à 9H et dire ceci / Faut prier à 12H et dire cela Toutes les variables (le temps passé à prier, les sujets …) l’envie de la prière proviennent donc de la conviction que le Seigneur donne à son disciple .Adorer Dieu en vérité

La prière est aussi le prolongement de la consécration du disciple. En effet, quand Jésus nous dis que Dieu désire un adorateur en vérité, cela sous entend que cet homme s’est repenti de ses péchés et qu’il se détourne constamment du mal. Le Seigneur n’agréa pas la prière d’un homme qui se dit disciple mais qui d’un autre côté vit manifestement dans le péché. Ce point est vraiment à souligner car beaucoup pensent que la grâce acquise en Jésus-Christ permet au disciple de se complaire allègrement dans le péché !!

Ce qu’Il y à souligner, c’est que lorsque le Seigneur vient faire sa demeure dans ton coeur, c’est pour faire le ménage dans ta vie !! C’est pour te faire participer à Sa victoire contre le péché !! Donc un homme qui se dit chrétien mais qui vit manifestement dans le péché n’est certainement pas dans la volonté de Dieu !! D’ailleurs, la prière, qui consiste en fait à regarder Dieu en face, nécessite que l’homme qui prie s’éloigne du péché : Toutefois, le solide fondement de Dieu demeure, ayant ce sceau: Le Seigneur connaît ceux qui sont à lui; et: Quiconque invoque le nom de Christ, qu’il se détourne de l’iniquité (2Timothée/2:19) J’insistes vraiment sur ce point car ce cliché est malheureusement trop fréquent.

La grâce du Seigneur nous permet, au contraire, de vaincre le péché. Mais là où intervient la grâce, c’est que c’est le Seigneur qui nous porte dans Sa victoire, c’est à dire que l’on n’a pas à faire d’effort pour éviter le péché : ça coule tout seul.

C’est comme deux lois de physique en fait. La loi de la grâce et de la vie prend le pas sur la loi du péché et de la mort. Tout ce qu’il manque à l’homme pour entrer pleinement dans cette grâce, c’est la foi en Dieu et en l’Amour qu’il a manifesté pour nous dans la personne de Jésus-Christ, la prise de conscience que nous sommes véritablement une nouvelle créature en Christ avec des désirs et une volonté totalement différente de ce que nous étions auparavant.

Question: Les plus grandes guerres, la plus grande intolérance viennent des religions. Alors qu’une religion est censée être tolérante et apporter le bonheur, pas diviser les hommes La Bible n’enseigne de pas tuer, sous quelque prétexte que ce soit, au contraire. Tu ne tueras point. (Exode/20:13) Les croisades ne sont en aucun cas bibliques).  Beaucoup ont tué au nom de Dieu mais peut-on L’en rendre responsable ?

Certains hommes ont utilisé la religion comme prétexte pour faire des conquêtes et d’autres étaient véritablement animés de fanatisme. Mais en aucun cas un véritable chrétien ne prendra part à ce genre de folie, au contraire il la dénoncera.

Et on revient au problème de porter l’étiquette de chrétien ou de véritablement l’être au fond de son cœur. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? Ainsi tout bon arbre porte de bons fruits; mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. (Matthieu/7:16-18)

Si toi qui lis ces lignes tu ne connais pas encore Dieu et l’infini bonheur qu’il te réserve en Lui, je t’engages vivement à te tourner vers Lui de tout ton cœur afin que tu sois sauvé et que tu vives le Bonheur éternel auprès de Dieu ! Si tu entends un appel en ton cœur, ne le négliges pas, ne l’éteins pas mais prêtes-y toute ton attention. Ne prends pas à la légère le Salut que Dieu t’offres !!

@Coproduit 2003 MPEMF-ACTES-(29)

Reproduction autorisée et encouragée pour l’évangélisation uniquement
en citant la source  http://mpemf.com

 

1...678910...121
 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux