SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 

11 / 12 Théologie de Genèse 1 – 11 – chronologie composition Bible 18 mars, 2015

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 19:14

Cascata con fiori.

De: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

Une Vision de l’histoire en 12 articles lisant Genèse 1-11

CHRONOLOGIE COMPOSITION DES LIVRES DE LA BIBLE

1300- 1299 Av. JC bataille de Kadesh cantique de Miriam (Exode 15:21)

1200- 1197: Ramsès III vainqueur rejette les peuples de la mer

1184: (?) destruction de Troy Psaume 28

1100 Le Code du Pacte de l’alliance (Exode 20: 22-23: 33)

1030: élection du roi Saül, Origine des Psaumes et des Proverbes,

1000- 930: mort de Salomon

900 La «succession au trône de David »

800 Naissent les TRADITIONS yahviste et Elohiste

776: première Olympiade

750- 753: fondation de Rome

700- 722: la destruction de Samarie, Proto Esaïe, Michée

681: Assassinat de Sennachérib

650- 610: chute de Ninive, 

LA TRADITION DEUTERONOMISTE

600 Nahum, Sophonie

587: destruction du temple, Habacuc, Abdias, Baruch, Jérémie

575 deutero-Esaïe, Ézéchiel, Lamentations de Jérémie

563: naissance de Bouddha

550 551: Naissance de Confucius,

TRADITION SACERDOTALE

525- 538: édit de Cyrus, Josué, Juges, I et II Samuel

510: le temple consacré à nouveau, Aggée, Trito- Esaïe, Zaccaria

500- 509: fondation de Rome

475- 480: Bataille des Thermopyles

450- 457: édit d’Artaxerxès I et II des Rois

431: commence la guerre du Péloponnèse, Job, Joël, Malachie

425 Cantique des Cantiques, I et II Chroniques

400- 404: Sparta a vaincu Athènes

390: les Gaulois Sénon assiégé Rome, Ruth, Esdras, Néhémie

375- 362: bataille de Mantinée

350   REDACTION DU PENTATEUQUE

333: Alexandre le Grand en Palestine

325- 323: mort d’Alexandre le Grand rédaction definitive des Psaumes et Proverbes

300- 295: Bataille de Sentino, Jonas, Esther

275- 280: Pirro arrive en Italie, * Judith, l’Ecclésiaste

250- 264 -241: Première guerre punique LA TRADUCTION des « SEPTANTE »

225- 218: Hannibal traverse les Alpes,

202: Bataille de Zama, Daniel, Tobia

200- 197: Antiochus III occupe la Palestine,

189: Bataille de Magnésie

175- 167: commençant révolte maccabéenne, * le livre d’Enoch

150- 146: destruction de Carthage, * Sirach

142: commence la principauté Hasmonéens

125- 133: Bataille de Numance, * Lettre d’Aristée * II Maccabées

101- 105: Guerre de Jugurtha, * Livre des Jubilés

91- 86: guerre sociale, * Les Maccabées

75- 73- 71: révolte de Spartacus

63: Pompée conquiert Jérusalem

50- 44: assassinat de César, * Psaumes de Salomon

37: Hérode le Grand sur le trône, Sapience

25- 27: l’empereur Octavien Auguste

7 av. JC: Naissance de Jésus, * testament des douze patriarches

0 6 ap. JC: la province romaine de Judée * Livre des secrets d’Hénoch

25- 30: mort sur la croix de Jésus, * assomption de Moïse

50- 49: Concile de Jérusalem, l’Évangile de Marc, Lettres Pauline

64: incendie de Rome, Matthieu et Luc, Lettres deutero Paulines

75- 66-70: Guerre des Juifs, Actes, l’évangile de Jean

73: Masada tombe, Apocalypse de Jean

100 * IV livre d’Esdras,

117: mort de Trajan

125- 135: Adrian détruit Jérusalem

 * Proto Évangile de Jean (?)

(L’asterisque * désigne les livres apocryphes)

 

 

10° dei 12 art. diTeologia/Théologie su Genesi/Genèse 1-11 8 janvier, 2015

Classé dans : Teologia,Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 13:01

imagesCAXZJ0YS

                                  in italiano et en français

CRONOLOGIA DEGLI EVENTI E DEI PERSONAGGI BIBLICI

Chronologie des événements et des personnages biblique

Da: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

Una Visione della Storia in 12 articoli leggendo Genesi 1-11

Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

ALCUNI PERSONAGGI e EVENTI STORICI

Quelques Personnages et événements historiques

ANNI / Années

4500   Fine del Neolitico. Inizia l’età dei metalli

             Fin du Néolithique. Commence l’age des métaux

             I Sumeri migrano nella bassa Mesopotamia

             Les Sumériens migrent dans la Basse Mésopotamie

4000  L’argilla del « diluvio » trovata da Woolley ad Ur

             La glaise ‘’du déluge’’ trouvée par Woolley à Ur

             Migrazioni in Egitto dal Sahara

             Migrations en Égypte depuis le Sahara

3500   Sorgono le prime civiltà monumentali

             Naissent les premiers civilisations monumentaux

             Primi acquedotti sumerici

             Premiers aqueducs sumériens

             I due regni in Egitto

             Les deux royaumes en Égypte

             Invenzione della scrittura

             Invention de l’écriture

3000  Narmer, Riunificazione dell’Egitto

             (Réunification de l’Égypte) Gilgamesh

             Zoser, Piramide di Saqqara

             Imperatori cinesi leggendari

             (Empereurs chinois légender)

2500   Costruzione di palazzi à Creta

             (construction de palais à Crête), Cheope

             Piramidi di Gizah, Sargon

             Gli Accadi riunificano la Mésopotamia

             Apogeo dei Minoici a Creta

             Apogée des Minois à Crête

             In Egitto sorge il regno medio (royome des Medes)

2000  Tramonto della civiltà sumerica

             Déclin de la civilisation sumérienne

1900   Acme di Moenjo-Daro e Harappa (India)

1800   Terah, Abramo, Isacco

1700   Giacobbe, Hammurabi re di Babilonia, Giuseppe,

             Gli  Hyksos invadono l’Egitto

1600   Fine della civiltà cretese (Fin de la civilisation crétois)

1500   Gli Ebrei schiavi in Egitto (Les Hébreux esclaves en    

            Égypte), Sinuhe, Il Nuovo regno egiziano

            (le nouveau royaume Égyptien)

1400   Echnaton, L’ »esodo-espulsione » (l’exode – expulsion)

1300   Mosè, L’ « esodo-fuga » (l’exode fuite)

            Giosuè Conquista di Canaan (Conquête de Canaan)

1200  I Filistei in Palestina (Les Philistins en Palestine)

1100  Debora, Sansone I Giudici (Les Juges)

1000  Samuele, Saul, Davide, Massima espansione del regno

            d’Israele (Expansion maximale du royaume de Israël)

900    Salomone, Scisma Giuda – Israele (Schisme Judas)

800   Elia, Eliseo, La dinastia di Omri in Samaria, Profetismo

700   Ezechia, Isaia, Crolla (écroulement de) Israele. Apogeo

          dell’Assiria. Giosia Riforma religiosa in Giuda 

          (Reforme religieuse en Judas)

600   Crolla Gerusalemme. La cattività babilonese

          (écroulement de Jérusalem. (La captivité en Babylone)

           Esdra, Zorobabele, Editto di Ciro. Ritorno dall’esilio

           (Édit de Cyrus, Retour de l’exile)

500    Neemia Ricostruzione del tempio

           (Reconstruction du Temple) Ester

400   Editto (Édit de) di Artaserse

           Alessandro Magno in Palestina

300   Giuditta? Codificazione del Pentateuco

           (codification du Pentateuque)

           Traduzione della Bibbia detta La « Settanta »

            (La traduction de la Bible dite « La Septante »

200    Giuda Maccabeo Guerres maccabaiches

100    Gli Asmonei

a.C.     Filone Alessandrino Erode regna sulla Palestina

            (Filon Alexandrin Erode règne sur la Palestine)

0          Gesù (Jésus de) di Nazareth

d.C      Tito espugna Gerusalemme

            (Titus s’empare de Jérusalem)

100      Bar Kokhba Gli Ebrei scacciati (chasses) dalla Palestina

200      Tertuliano, Grande persecuzione di Diocleziano

            (Grande persécution de) Diocleziano

300     Editto di Milano (Édit de Milan) S. Ambrogio

            Editto di Tessalonica (Édit de Thessalonique)

400      San Girolamo, Sant’Agostino, Caduta dell’impero   

            d’occidente (Chute de l’Empire d’Occident)

500     I Persiani devastano la Palestina

            (Les Perse dévastent la Palestine)

 

 

9 / 12 de Genèse 1-11 La Table synoptique 7 janvier, 2015

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 15:55

cascata

Da: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

Table synoptique 9/12 articles de Théologie de Genèse 1-11

LE MONDE DANS LEQUEL A ETE FAITE LA GENESE

Chap. 1:1-2 « Au commencement »: la création des cieux et de la terre

1:3-25 Le cinq premiers jours de l’eptamerone: mise en ordre et aménagement du créé.

1:26-27 Le sixième jour: la création de l’homme (« homme et femme », selon l’auteur « Sacerdotale, source P du chapitre 2″)

1:28-31 Bénédiction du premier couple humain.

2:1-4a Le septième jour: institution cosmique du sabbat

2:4b-7 Création de l’homme « âme vivante », selon le «Iahviste». 2:8-14 Le Jardin d’Eden et la «carte» du monde connu par les Juifs du sixième siècle avant JC

2:15-17 Interdiction pour Adam dans le jardin de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

2:18-23 Création de la femme.

2:24 institution du mariage.

2:25-3:7 Nospro géniteurs succombent à la tentation du serpent.

3:8-13 Le Seigneur découvre la culpabilité d’Adam et sa femme.

3:14-20 répression des contrevenants.

3:21-24 expulsion du jardin d’Eden, protégé par le « scintillement de l’épée. »

4:1-2 le premier fils d’Adam et Ève.

4:3-5 Caïn est jaloux de la faveur que Dieu accorde à Abel.

4:6-7 Dieu essaie en vain de dissuader Caïn d’assassiner.

04:08 Caïn mène Abel « dans les champs » et le tue.

4:9-12 Dieu démasque Caïn et le condamne à être un fugitif.

4:13-15 Repentance Caïn et la condamnation de la vengeance de Dieu

04:16 fuite de Caïn à Nod.

4:17-22 La lignée de Caïn, l’origine des artisans.

4:23-24 Le chant de guerre de Lamech le vengeur.

4:25-26 Fragment de la généalogie d’Adam: la naissance de Set

5:1-32 La grande généalogie des Séthites

6:1-4 les géants dominent la terre.

6:5-8 violence endémique et Dieu décide d’envoyer le déluge

6:9-22 Dieu dit à Noé de construire l’arche.

7:1-5 Dieu ordonne à Noé d’entrer dans l’arche avec des animaux. 7:6-9 Noé entra dans l’arche avec sa famille et les animaux

7:10-24 L’inondation (deux histoires qui se chevauchent, l’un de la tradition sacerdotale et un de la tradition yahviste.

Voir « Une histoire du déluge, ou plutôt deux »)

8:1-5 Dieu « se souvient » de Noé et met fin au déluge.

8:6-12 Noé envoie les oiseaux explorateurs.

8:13-19 hors de l’arche.

8:20-22 Le sacrifice de Noé.

9:1-11 L’alliance noachique.

9:12-17 L’arc en ciel signe de l’alliance.

9,18-23 Noé producteur de vin, s’enivre.

9:24-29 malédiction de Cham et Canaan.

10:1-32 Le tableau des nations (2-5, les Giapetiti;

6-20: les Hamites;

6:21-31: les Sémites.

11:1-4 La Tour de Babel

11:5-9 La confusion des langues.

11:10-26 La grande généalogie des Sémites.

11:27-32 Les fils de Térah.

 

 

Superman de il y a 5000 ans, 8 / 12 de Genèse 1-11 18 octobre, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 13:26

imagesCAXZJ0YS

De: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

8° l’article sur 12. Théologie de Genèse 1-11

Un Superman de il y a 5000 ans

Les Juifs, étaient esclaves à Babylone 587-539 av. JC, et avait donc de bonnes raisons de détester cette ville, qui avait détruit leur temple et leur nation, et également cherchait à détruire leur foi. or, à Babylone, les Juifs ont vu l’énorme tour avec des marches qui était la ZIGGURAT, c’était le temple principal de la ville; on dit qu’elle était vraiment grande et impressionnante, et nous ne sommes pas surpris, vue qu’elle a laissé une trace même dans la Bible!

Cette ziggourat était, une tour avec des grand gradins, simili non pas tellement aux pyramides égyptiennes, mais plutôt à ceux des maya qui encore aujourd’hui s’élèvent en Amérique centrale, faites de parallélépipèdes superposées, toujours plus petits au fur et en mesure que on va vers le haut, avec un petit temple au sommet. Ainsi, il s’agissait d’un lieu de culte païen, hostile au vrai Dieu. Voila une vraie photo et une reconstruction de la célèbre ziggourat d’Ur, l’unique qui soit parvenu jusqu’à nous (de celle de Babylone, il ne restent que les fondations, ce qui sonne presque comme un dernier signe de la désapprobation de Dieu!).

Nous nous sentons alors dans le droit de nous demander, cette ziggourat quel impression a fait aux Juifs, quand ils sont arrivés esclaves à Babylone? Évidemment, de illimitée SUPERBIE PRETENTIEUSE et ORGOILLEUSE. Les Babyloniens étaient si fiers et prétentieux qu’ils ont voulut construire leurs temples si élevés au point de défier et presque à percer les cieux!

Ainsi est née un autre conte, qui on peut le définir étiologique (la fonction qui explique l’origine d’un fait, d’un récit mythologique) dans le sens où il veut justifie l’existence de nombreux peuples différents sur la terre; mais ceci est un aspect secondaire. Le point crucial historique du récit doit être récupéré justement dans la haine ressenti par les Juifs à l’encontre de la superbe Babylone.

Pensez-y: même dans l’Apocalypse, qui est chronologiquement l’un des derniers livres du Nouveau Testament, elle est entendue comme l’ennemi par l’excellence, de sorte que le nom de Babylone est également utilisé pour indiquer Rome (Apocalypse 17:1 à 18:24). Même aujourd’hui, influencé par la Bible hébraïque, quand on voit une confusion terrible, nous la définissons une «Babylone»!

Et ainsi donc, qui nais l’idée que les humains, à un certain moment de leur histoire, se sont arrêté à un certain point précis, la plaine de Schinear. Cet emplacement est mentionné huit fois dans l’Ancien Testament, entre autres dans le chapitre 1 de Daniel et Zacharie chapitre 11, où est identifié avec ce qui est maintenant connu comme la Mésopotamie centrale, c’est à dire la où le Tigre et l’Euphrate s’approchent dans leurs cours jusqu’à 40 km. Selon la plupart des spécialistes, Shinéar est en relation avec la Sangar égyptienne (cité dans les célèbres textes de Tell el -Amarna, la capitale de Akhenaton) et Singara, une ville au pied de la montagne homonyme en Mésopotamie, qui était une colonie romaine aux temps de l’empire, mais il y a certains qui tire ce terme de « Sumer. »

Dans tous les cas, il s’agit d’un pays pauvre de la pierre, mais riche en argile et de bitume, tout comme la zone dans laquelle a été fondée la grande Babylone. Maintenant il n’y a que des ruines, mais elle, avec Thèbes « des cent portes’’ et quelques autres, a été considéré comme l’une des plus grandes villes du monde pré hellénique, si bien que les jardins suspendus de Babylone, selon la légende, construit par Sémiramis, ont été considérés comme l’une des sept merveilles du monde antique. Et cela n’était pas peu de chose, parce que cinq d’entre eux (le colosse de Rhodes, le phare d’Alexandrie, la statue de Zeus à Olympie, le tombeau du roi Mausole à Halicarnasse et le temple de Diane à Éphèse) étaient grecs, et seulement deux (les pyramides de Gizeh et, bien sûr, les jardins suspendus) sont antérieures au monde grec. Cela signifie que les Grecs, qui ont compilé cette liste, les aimait beaucoup! (les pyramides égyptiennes sont la seule des sept merveilles existantes aujourd’hui.).

Puisque Babylone est si grand et fière, alors elle a du avoir un fondateur aussi superbe qu’elle. Ceci est identifié par la Genèse en NIMROD (ou Nemrod), ce que Dante appelle « Nembrotte » en langage Florentin, et qui est condamné à «l’enfer à ne pas parler une langue qu’elle soit compréhensible et à ne pas en comprendre aucune. « (Inferno XXXI, 77-78).

Nemrod il est le fils de Cush, à son tour fils de Cham, (comme tous les grands héros de l’antiquité, lui est donné une généalogie précise), et la Genèse le dépeint comme un homme fort, comme une sorte de «surhomme», le « superman » ou « Goldorak » de l’époque. L’auteur souligne que, en fait, qu’il était «grand chasseur devant le Seigneur», parce que la chasse été considérée comme une démonstration de force contre les bêtes et contre la nature hostile; dans le monde sémitique cela avait été, en effet, devenu un proverbe disant «grand chasseur devant l’Éternel, comme Nimroud. » Ce proverbe, évidemment répandue à l’époque de l’auteur biblique (un peu aussi comme sont populaire aujourd’hui «courir aussi vite que Achille» ou ‘’caste comme Cléopâtre »), régulièrement intégré dans le livre de la Genèse, et il lui est donné une étiologie.

Le royaume de Nimrod, le chasseur

Ensuite, il est dit: « les prémices de son royaume furent Babel, Erec, Accad et Calne dans la plaine de Schinear. » De Babel on dira plus ci-dessous. Erec est la Uruk patrie de Gilgamesh, tandis que Akkad était la capitale de Sargon, le souverain le plus puissant dans le troisième millénaire avant JC, fondateur du première grand empire de l’histoire humaine: il est possible que Nimroud a absorbé une quelques « fanfaronnade » attribué au héros sumérien Gilgamesh et puissant roi akkadien. Plus mystérieux est la place de Calne, qui ne correspond pas à l’une des grandes villes de la Mésopotamie nommés sur nos livres d’histoire.

Le célèbre archéologue William Foxwell Albright (1891-1971) a proposé que ceci n’est pas vraiment un nom propre d’une ville, mais seulement le mot hébreu qui signifie «toutes». Le texte devrait donc être lu:

‘’les prémices de son royaume furent Babel, Erec, Accad, toute dans la plaine de Schinear. » Mais, étant également mentionné dans Amos 6:2 et Isaïe 10:9, certains ont proposé l’identification avec des villes qui ont existé. Le premier a été Saint-Jérôme, qui a suggéré d’identifier Calne avec Ctésiphon, la capitale de l’empire des parthe et puis de Sassanide, très puissante en son temps.

Par contre, le Easton Bible Dictionnaire de 1897, sur la base de quelques citations du Talmud, collègue Calne à Nippour, une des plus anciennes villes sumériennes, à environ 60 miles au sud-est de Babylone, dans le site de l’actuelle Nuffar en Irak. C’est la Calne de la Genèse? D’autres commentateurs ont voulu voir dans Calne le centre de Kullan-Koy dans le nord de la Syrie, ou Canneh, mentionné dans Ézéchiel 27:23 comme l’une des villes avec lesquelles Tyr négociés activement, ou même la ville de Kainah mentionné par Xénophon sur la rive ouest du Tigre, près de la Haute Zab. Dans tous les cas, une Calne est mentionnée dans les conquêtes des rois assyriens Salmanasar III et Tiglatphalasar III.

La liste des villes fondées par Nimrod poursuit avec Assur, Ninive, Rehoboth-Ir et Calach. La ville d’Assur, qui a donné son nom à l’Assyrie, était placé sur le Tigre à 350 km au nord de Babylone. Beaucoup plus connu d’Assur est Ninive, qui (c’est un particulier inconnu à plusieurs) était la capitale de l’Assyrie seulement qu’au cours du dernier siècle de leur empire, le VII av. JC. Avant d’être élevé à la capitale par le roi Sennachérib (704-681 avant J.-C.), était une petite ville, bien que d’origine ancienne, et par conséquent, il semble bien difficile que Nimrod puisse l’avoir fondée en même temps que les autres métropoles de la Mésopotamie antique tel que Babylone, Uruk, et Akkad .

Au moment de la rédaction finale du Pentateuque, cependant, Ninive était une ville très puissante, et seulement l’alliance entre les peuples les plus guerrière du monde a pu avoir raison d’elle; d’où l’anachronisme (l’auteur Biblique la croyait aussi ancienne que Uruk). L’emplacement de Rehoboth-Ir n’est pas connue; mais étant donné que ce terme peut signifier « larges rues‘’, il peut se référer à Ninive elle-même, plutôt que à une autre ville différente, alors peut-être on devrais lire « Ninive des larges rues » (une épithète de saveur homérique).

Calach a été fondée par le roi Salmanasar I (1265-1233 avant JC) comme la nouvelle capitale de l’empire assyrien au lieu d’Ashur et aujourd’hui les Arabes l’appellent Nimrud, en l’honneur de son fondateur légendaire. Le verset 11 du chapitre 10 énumère ensuite toutes les trois capitale assyrienne Assur, Ninive et Kalach, attribuant sa fondation au petit-fils de Cham. Le verset suivant, cependant, ajoute à la liste la ville de « Résen entre Ninive et Kalach, et celle-ci c’est la grande ville« . Laquelle des trois sera la grande ville dans l’esprit de l’auteur de la Bible: Résen, Ninive ou Kalach? La logique voudrait Ninive, en partie parce que on ne connais pas de «grande ville» de la Mésopotamie appelé Résen fondée entre les deux capitale assyrienne.

Certains ont identifié Resen avec Karamlish, dans le nord de l’Irak, à 30 km au sud-est de Mossoul: c’était déjà en fait un centre habité important à l’époque sumérienne, mais a été détruit pendant la rébellion de Assurdaninpal contre son père, le roi assyrien Salmanazar III (859-824 av. JC), et a décliné rapidement.

Cependant, le roi Sargon II (722-705 avant JC), le destructeur de Samarie, l’avait restauré et utilisé comme sa capitale temporaire; selon certains, donc c’est la raison pour laquelle l’auteur biblique l’a appelée «la grande ville», car elle l’était à l’époque où a été formé le texte des entreprises de Nimrod tel que aujourd’hui nous est parvenu . Dans les langues sémitiques « RESEN » peut signifier « réservoir d’eau », et en fait Karamlish est une oasis entourée de collines: l’endroit idéal, donc, dans lequel le légendaire Nimrod aurais pu construire une «grande ville».

Mais qui est ce bienheureux Nimrod? Son nom peut dériver du verbe hébreu maradh, «se rebeller». Dans le Talmud de Babylone, en fait, il est dit: « Pourquoi, alors, a été appelé Nimroud ? Parce que il a incité tout le monde à se rebeller contre la souveraineté de Dieu« , en commençant la construction de la Tour de Babel, comme nous le verrons bientôt. Les villes fondée par lui correspondent à l’empire de Sargon le Grand, qui a vécu autour de 2300 avant JC, fondateur de la dynastie d’Akkad, la première qui a unifié toute la Mésopotamie. Même de lui, comme du Nimrod biblique, on racontait des exploits légendaires (lui-même affirme qu’il a été confié aux eaux de l’Euphrate dans un panier, comme Moïse, et d’avoir été recueillis et élevés par Akki, le jardinier des dieux, pour après profiter des grâces d’Ishtar, la déesse de l’amour).

Sargon

Sargon di Accad, Museo Nazionale dell’Iraq

Ici, vous pouvez voir un portrait en bronze qui provient de Ninive; il semble peu probable, cependant, que l’Auteur Biblique a été inspiré par un personnage si loin de lui. Il est un fait que la chasse était l’une des occupations des empereurs assyriens (parmi les sujets de prédilection de l’art de ce peuple sont les grandes scènes de chasse au gros gibier dont leurs rois sont les protagonistes). Et l’un des premiers entre les rois assyriens était Tukulti-Ninurta I (« ma confiance est en Ninurta », le dieu de la guerre), fils et successeur de Salmanasar I, qui régna entre 1233 et 1207 av. JC. Il a vaincu les Hittites et les Kassites, il a conquis Babylone et a jeté les bases de la grandeur de son peuple.

Il était plus ou moins contemporain de la guerre de Troie et l’Exode des Hébreux d’Égypte. Le souvenir de ses exploits est arrivé jusqu’aux historiens Grecs de l’époque hellénistiques, qui l’ont appelé Nino (Nine) en estropiant la deuxième partie de son nom, tenu comme fondateur éponyme de Ninive, comme Romulus de Rome. Il est possible que son nom ait été estropié par les Juifs en Nimrod, chevauchant l’étymologie ci-dessus concernant sa rébellion contre Dieu.
« Les gens / Shinéar avec lui dans ce superbe fluor »

Mais quel genre de rébellion? La première ville fondée par Nimrod selon l’auteur biblique est justement Babel, et donc est apparu naturel d’associer le nom du roi mythologique à la construction de la tour de Babel de Genèse 11, l’histoire qui au début été complètement indépendante de la «généalogie» de la table les Gens. L’auteur de la Bible nous dit que l’ensemble de l’humanité, qui à l’époque avait la même langue, c’est rassemblé, dans la plaine de Schinear, et commence à construire une ville. Après tout, même Caïn, après avoir fui son père et sa mère, comme première chose il a construit une ville pour son fils. Donc, construire une ville est une entreprise de pécheurs.

En outre, dans ce cas, c’est la mère de toutes les villes, parce que

Nimrod veut construire une tour si haute que aucun déluge ne puisse la renverser, et que puisse être vue de n’importe quelle partie de la terre, comme un avertissement à l’humanité tout entière. Arriver vers le ciel et défier Dieu face à face n’est peut-être pas l’intention de Nimrod exprimée dans la Bible, mais l’interprétation rabbinique successive (en hébreu, un midrash); cela n’enlève rien, cependant, qu’il soit une glose particulièrement efficace, en conformité avec la suprême arrogance que était habituellement attribué aux empereurs assyriens, dont l’auteur est évidemment en train de penser tout en retracent la figure de Nimrod.

Bien sûr, en ligne avec la «théorie de la rétribution« , au milieu de l’ouvrage Dieu, par son intervention directe, dit: {Les hommes sont un seul peuple et ont un seul langage; «confondons leur langage» 11:7, ainsi ils ne seront jamais dans la possibilité de finir le travail.} Dans le chapitre 3, il a dit, presque de la même manière: «Voici, l‘homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger et de vivre éternellement». C‘est une action préventive. Et quel est le résultat? Pas le fait que la tour tombe en morceaux, même si l’Éternel aurais pu la frapper et détruire en un coup de pieds comme pour un château de sable; Il préfère agir sur les êtres humains, pas sur les choses, et ceci c’est le point le plus important de l’histoire de la tour de Babel .

Les hommes ne se comprennent plus par œuvre divine; ils parlent des langues différentes, et puis, comme le dit le résumé rabbinique, à ceux qui demandent le mortier des briques lui sont donnés, à ceux qui demandent le marteau est donné une scie; et alors les hommes, qui ne se comprennent plus l’un avec l’autre, décident d’arrêter l’œuvre.

Selon vous, quel nom il voulait imposer Nimrod à cette ville?

La tradition postérieur a dit «Nimrod», bien sûr, son nom comme de même Caïn appelé « Enoch » la ville de son fils Enoch. Même Rome a eu aussi le nom de son fondateur, Romulus; et ainsi de suite. Au lieu de cela, à cette ville lui est reste collé le nom de Babel, qui en hébreu signifie «confusion». En fait, Babel il ressemble un peu à Babylone. Mais, probablement en akkadien Babylone signifie «la porte de Dieu», un nom beaucoup plus noble; mais, comme je l’ai déjà dit, les Juifs avaient tendance à accoster à un nom de chaque chose une étymologie qui faisait allusion à quelque chose d’autre, de façon en quelque sorte d’expliquer le sens et la place qui tout a dans l’histoire.

Dans ce cas, aucun pire rôle ne pouvait pas être confiée à Babylone, que celui d’être un symbole de confusion. Il faut imaginer ce carrefour de peuples qui vont et viennent de toutes les parties du vaste empire de Nabuchodonosor; alors les Juifs, qui sont là et ils entendent toutes les langues de la terre, ils disent: « Ici, Dieu est intervenu et a confondu les langues, qui étaient auparavant une seule. » Et ainsi nous avons reconstruit la genèse de ce récit.

Les patriarches postdiluviennes

Oh, bien sûr, ne croyez pas que, parce que je vous ai dit tout cela, la Bible puisse être démythisée, ou même tourné en dérision. Non, absolument pas. Nous avons fait ce travail de pénétration afin de comprendre quelle est la véritable signification de la Bible; et à quelques résultats nous sommes arrivé, car nous avons compris quel était le sens réel de l’histoire de la Création, de la chute d’Adam dans le péché, du meurtre d’Abel le juste, du Déluge, de la Tour de Babel …. A ce point, pour compléter notre discours, il nous reste seulement la dernière partie de ce chapitre. 11, c. à d. la généalogie d’Abraham.

Étant donné que cette généalogie part de Noé, même ici, nous devons admettre que les données sont mythiques. Bien que … il est clair que ces patriarches, en quelque sorte, ils avaient tendance à garder une sorte de «HISTOIRE DE LA PATRIE », et donc à se passer de bouche en bouche les noms de leurs ancêtres. Par exemple, même dans nos familles, nous avons tendance à retenir les noms des grands-parents, et parfois même leurs métiers (meuniers, passeurs sur la rivière …).

Et cela c’est ce qui s’est passé, même pour les patriarches, qui étaient conscients des listes de noms, pas toujours faux; parfois, ils sont en fait des souvenirs de GENEALOGIE ANTIQUE. Dans 10:24 et 11:12 est dits que Arfaksad engendra Shelah, un nom pas mieux connu, dont le nom en hébreu signifie «envoyé» (la même étymologie de la piscine de Siloé à Jérusalem, qui «envoie» l’eau) ou, selon d’autres interprétations, «prospérité» (un nom bien augurale pour de nombreux enfants en Israël). Mais bien plus important que lui, c’est son fils Eber, puisque son nom contient clairement la racine éponyme du peuple hébraïque!

Il est communément admis que son nom signifie «au-delà»; par conséquent, donne à penser que certaines peuples vivaient «au-delà de la rivière», peut-être l’Euphrate, compte tenu de la provenance d’Abraham. De Eber est dérivé le nom des hébreux, qui peut-être leur a été donné par les Cananéens, parce qu’ils venait de « l’autre côté » du Jourdan; ce ethnonyme est également connu par les inscriptions égyptiennes qui parlent des Habiru.

Les fils de Jokthan

De Eber en 10:25, il est dit qu’il a eu deux fils, Peleg et Jokthan (en 11:16 parle de seulement Peleg). Du premier est donné une étymologie légendaire: Peleg signifierais «division», étant donné que «à ses jours la terre fut divisée. » La signification de son nom, cependant, correspond exactement au substantif akkadien pulukku qui indiquait une division du territoire par des frontières; même le correspondant verbe assyrien, palgu, fait référence à la division de la terre par l’intermédiaire de canaux et de systèmes d’irrigation.

Il y avait une ville qui portait le nom de Peleg, à savoir le centre akkadien de Phalgu, dont les ruines sont situées au confluent de l’Euphrate et du fleuve du Kebar, mieux connue grâce à Ézéchiel 1:1. Et ainsi, nous pensons que même les noms de la Grande Généalogie des Sémites nous renvoient à des localités plutôt que à de personnes vivaient historiquement. Ceci est confirmé par le frère de Peleg, Jokthan, indiqué par Genèse 10:26-30 comme l’ancêtre de pas moins de treize tribus arabes, et dont le nom nous trouvons aujourd’hui dans la ville de Jectan, près de l’actuel Mecque.

Le nom de son premier-né Almodad est semblable à celle de la tribu arabe d’al-Morad. La deuxième Selef porte le nom d’une tribu yéménite dont la capitale, Sulaf, est situé à environ 90 km au nord de Sanaa (San‘a). Le troisième né Ascarmavet appelé, Asermoth par Josèphe Flavio, porte un nom étonnamment similaire all’Hadramaut, une vallée qui s’étend parallèlement à la côte méridionale de l’Arabie pour plus de 300 kilomètres, et dont le nom peut signifier «ville de la morts» (pour son ‘sol sec et aride‘). Strabon nous dit que la tribu de Ascarmavet était l’une des quatre grandes tribus arabes préislamiques.

Le quatrième Jerach porte le nom d’une ville arabe non loin de l’Hadramaut, déjà mentionné comme Yarki dans les inscriptions de Assurbanipal.

Le cinquième enfant Adocam nommé Hurarina dans les inscriptions de Assurbanipal, et la tribu arabe correspondant était stationné près Yarki. Beaucoup plus important est le sixième né Uzal (Josèphe Flavio l’appelle Aizel), puisque, selon les historiens arabes nous disent que Azal était le nom de la ville pré-islamique de Sanaa (San‘a), la moderne capitale du Yémen!

Le septième fils Dikla apparaît dans les documents akkadiens en tant que Diklat et dans les Assyriens comme Idiklat, indiquant le fleuve Tigre; cela indiquerait un lieu d’installation de Dikla, une région au nord du golfe Persique, ou à l’extrême nord-est de la péninsule arabique.

Le huitième enfant Obal représente une tribu de l’Arabie du Sud anciennement connu sous le nom Abil ou Ebal. Le neuvième enfant Abimael a le nom d’une tribu du Yémen, où son existence est connue des anciennes inscriptions Sabéens. Le dixième fils Saba fait clairement référence à l’origine ethnique de la reine de Saba, mentionné dans 10:7 dans le tableau des nations. Le onzième fils Ofir porte un nom bien connu dans la Bible, puisque Salomon importé l’or d’Ophir, bois de santal et des pierres précieuses selon 1 Rois 9:28 et 10-11 et selon 2 Chroniques 8:18 et deuxième et 9-10.

La ville d’Ophir est même devenue proverbiale comme un lieu de richesse (un peu comme on dit aujourd’hui «vaut un Pérou! »): dans le Psaume 45:10 Il est dit du Roi « Des filles de rois sont parmi tes bien-aimées; La reine est à ta droite, parée d’or d’Ophir, » et dans Isaïe 13, 12  » je les rendrai plus rares que l’or d’Ophir. « Ce nom proverbiale a été conservé jusqu’à ce jour dans la ville côtière de Ma’afir dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite.

Même sur le douzième enfant Avila il y a peu à dire, puisque il a été mentionné dans le tableau des nations comme le second fils de Cush (et donc comme Chamite (hamite). Enfin, le treizième enfant Yobab porte le nom d’un peuple déjà connues aux Accadi avec le nom de Labibi, et conservés jusqu’à aujourd’hui dans la ville de Juhaibab, à proximité de La Mecque d’aujourd’hui.

Les ancêtres d’Abraham

Revenons maintenant aux ancêtres d’Abraham. En 11:18, il mentionne le nom du fils aîné de Peleg, Rehu. Il apparais en tant que nom de personne déjà dans les documents akkadiens, sous la forme Ra’u, après grécisé en Ragau. Rehu était le nom d’une île de l’Euphrate près de la ville de Anat, mais comme pour Shéla cela peut être un nom commun de personne, avec la signification de « voila! » (implicite: un fils, comme ils le disaient les sages-femmes montrant le rejeton à son père). Revenons aux noms de lieux avec le fils de Rehu, Serug, dont le nom est celui d’une ville et du district correspondant, connu par les Akkadiens comme Sarugi, à l’ouest de Haran. L’hypothèse actuelle est que du terme Seroug est dérivé un nom désormais célèbre, celui de la Syrie (même si il y a ceux qui disent que c’est une déformation du nom de l’ancienne Assyrie).

Même le nom du fils de Serug, Nachor, nous est connu par des inscriptions de Assourbanipal et des tablettes d’argile trouvés dans Mari, qui contiennent le nom Nahur, en référence à une ville importante au cours du deuxième millénaire avant J.-C.

Nachor est aussi le nom de l’un des frères d’Abraham. Nous voila ainsi à Térah, père d’Abraham, le dernier homme à qui le Livre de la Genèse donne une longue durée de vie, plus de deux siècles. Dans la littérature sémitique son nom est associé à celui du dieu de la lune, et est relié à ce qu’on appelle teraphim, petites représentations idolâtres qui ont été trouvés dans de nombreux foyers du deuxième millénaire avant JC. Il est possible que la plupart des familles les gardait à la maison comme le faisaient les Romains avec le pénates, les divinités tutélaires de la maison. Cependant, près de la ville de Haran, il y avait aussi une ville du nom de Térah, connu aux Akkadiens comme Turahu et par les Assyriens Turahi.

Terah selon Genèse 11:26 avait eu trois fils: Abram, Nahor et Haran. Haran, le plus jeune de trois enfants, est né à Ur et y mourrais à un âge jeune après qu’il eut engendré Lot, qui à partir de là Abraham le traité comme son enfants. La tradition successive dira que, son père Térah ne se limite pas à émigrer avec sa tribu à Haran, mais il aurais même fondé la ville qu’il a nommée Haran en l’honneur de son fils. Cette ville se trouvait sur la route principale qui reliait Ninive à Karkemish deux grands importants centres au moment de l’auteur biblique, mais pas à celle d’Abraham.

Elle correspond à la Carre romaine, où Crassus a été tué, battu par les Parthes; dans la Haute Mésopotamie, elle était l’un des principaux centres du culte lunaire, qui, comme nous l’avons dit était associée avec le nom de Térah (il semble que son temple était également célèbre que la ziggourat d’Ur). Quand enfin, à Abraham, le fondateur du monothéisme tel que nous le connaissons aujourd’hui, a Babylone a été trouvé une tablette d’argile sur lequel est écrit le nom d’un homme du nom de Abi-Ramu, et aussi dans les tablettes d’Ebla apparaît un Abarama; à Ebla est attesté également le nom de Saraï .

Le sens communément accepté de ce nom est « PÈRE SUBLIME », mais plus tard, avec un petit changement, il va devenir «père d’une multitude». Cette transformation n’est pas un hasard: la Genèse le présente comme une intervention directe du Tout Puissant, qui change le nom à son pupille. Tous les noms géographiques sont imposées à des endroits différents par leur découvreur, au moment de la prise de possession: imposer le nom signifie donc affirmer sa possession sur quelques chose.

Quand Dieu change le nom de quelqu’un, cela signifie qu’Il lui attribue un rôle dans l’histoire. À Abraham lui affecte le sort de ne plus être un père, excellant oui, seulement pour ses propres enfants, mais désormais pour être le père d’une multitude de croyants (juifs, chrétiens et musulmans).

Epilogue: Pas «historiquement certains »,

mais « historiquement vérifiables »

Avec cela, nous avons conclus l’analyse de la possible historicité de la partie « mythique sapientielle » de la Genèse. Les aventures d’Abraham, Isaac, Jacob et Joseph ne peut pas encore être considérée comme historique dans le sens moderne du mot, étant donné que ces quatre personnages appartiennent encore à la culture ORALE: leurs traditions pendant des siècles ont été transmis oralement et ont donc fait l’objet d’une longue période de réélaboration, avec le résultat que quelque chose a été modifiée, coupée ou gigantesquement grandi.

Pensez que justement tout le discours de Dieu à Abraham, c. à d. les chapitres qui donnent l’impression d’une plus grande historicité, sont les plus TARDIVES de toutes les histoires des patriarches.

Ils semblent être écrits en prise directe, presque comme s’ils étaient sténographiées, et pourtant ont été composées vers 500 avant J.-C., soit près de 15 siècles après les événements auxquels elles se rapportent! Il est évident que nous ne pouvons pas prétendre l’historicité de ces récits: elles sont voilées par des éléments sapientielles, qu’ils veulent nous conter un projet de Dieu, non pas tant une histoire comme la succession au trône de David.

Cependant, malgré cela, la figure d’Abraham, et donc aussi ceux d’Isaac, Jacob et Joseph, bien qu’ils ne sont historiquement certain, parce que nous n’avons pas (à différence des rois d’Israël) des documents archéologiques, qui nous peuvent l’existence, sont considéré historiquement vérifiable, puisque ils rentrent dans un contexte historique précis. Dans le quel, les Juifs n’étaient pas un peuple installés, comme nous le trouvons dans les jours des rois, ou même des juges; mais ce sont des éleveurs nomades. Ce que Moïse dit à son peuple dans le Deutéronome 26:4 ss.? « Mon père était un Araméen errant».

C’est le fondement de tous les discours sur le passé des Juifs. Au début, ils étaient des nomades, comme les Bédouins; que par la suite sont devenus sédentaires. Abraham, Isaac et Jacob sont placés à ce moment précis de l’histoire où les Juifs n’étaient pas encore ce que nous savons d’eux à travers des documents historiques, c. à d. qu’ils n’étaient pas encore un peuple sédentaire comme les autres civilisations monumentales leurs contemporaines. Et comme à leurs lointains descendants de l’immédiate post-exil babylonien était intéressé à savoir qui étaient leurs ancêtres, et que es que ils faisait dans ce coin du monde (après tout, cela intéressé peut-être à nous aussi ?), a définitivement été mis par écrit l’ensemble des traditions différentes, dont certaines remontent au règne de David, qui à la fin est venu à constituer le livre, que nous connaissons maintenant comme « La Genèse ».

À partir de cette intention fondamentalement didactique afin de faire comprendre aux pieux Israélites quel était le fondement historique de leur foi, le récit a ensuite été extrapolé (pour satisfaire une curiosité innée en chacun de nous) jusque à donner une réponse à la fameuse et éternelle question « Quel a été le commencement de toutes choses? » Très bien, je pense que la question que nous avons posée au début sur la possible historicité de Genèse 1-11, a maintenant reçu une réponse plus que adéquate.

Bien sûr, mon analyse ne prétend pas épuiser le sujet, mais n’être qu’un point de départ pour ceux qui veulent explorer les thèmes de l’exégèse biblique; et c’est à cette fin que j’ai préparé pour vous une liste détaillée de tous les événements de Genèse 1-11, verset par verset recueillies, comme vous pouvez le voir dans l’annexe.

Pour ma part, j’espère que je ne vous ai pas ennuyé, en vous retenant si longtemps sur ce thème, parce que pour moi c’est valable l’exhortation de Sirach (7:14): « Ne parlez pas trop longtemps dans l’assemblée! » Merci pour votre attention et aux prochain hypertexte.

Voir: Tableau récapitulatif

9° article sur 12. Théologie de Genèse 1-11

 

 

Généalogie ou carte ethnographique? 7 / 12 de Genèse 1-11 29 septembre, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 17:54

cartina1dei3popoli

Da: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

7 ° article de 12. Théologie de Genèse 1-11

LA  TABLE DES PEUPLES – Les trois familles de peuples

La « TABLE DES PEUPLES  » est contenue dans la Genèse 10 et, apparemment, ressemble à une généalogie: il y a des pères, des enfants et parfois même des petits-enfants. Noé, l’archétype, a trois enfants, trois est toujours le nombre de la plénitude. Chacun de ses enfants a, à son tour, d’autres enfants, qui donnent vie à tous les peuples de la terre …! Ainsi, la perspective de l’auteur biblique soudain s’élargit à « entonnoir » et implique toutes les nations. D’un unique patriarche, Adam, «l’homme» par excellence, et par la suite de l’unique patriarche Noé,  » celui qui prolonge, Extension », nous arrivons enfin à toutes les nations qui, au temps des Juifs peuplait la terre de ce temps connue.

Le fait est que, en effet, cette généalogie il ne faut pas la rapporter à 10 000 ans avant JC ou ses environs, comme le déluge universelle, mais à l’époque où la Bible a été écrite, qui est (dans ce cas) à 550 av JC En fait, tout comme la généalogie de Terahiti à qui nous avons déjà mentionné, la «table des nations» représente une distribution ethnographique; ou, en d’autres termes, représente la carte géographique du monde connu aux auteurs bibliques.

Bien sûr, il ne montre pas les limites, les confins des pays, des continents et des océans, des îles, des rivières, des lacs comme dans un atlas géographique modernes; il s’agit plutôt d’une carte ethnographique, parce que son but est plutôt celui de présenter comment les différents peuples se sont répandus sur la terre. Ils sont sous divisés en trois grandes familles, celles des Chamites, les Sémites et les Japhetites. C’est une division encore utilisé aujourd’hui, en particulier pour les langues définies encore aujourd’hui ’de souche’ Chamite, Sémite ou «indo-européen» (Japhetite) La répartition de ces langues vers 550 av. JC était la suivante: Voir le tableau ci-dessus.

Les Sémites sont, bien sûr, les descendants de Sem. Sem signifie « nom » en hébreu, et le nom pour les Juifs est l’essence même des choses, comme on l’a déjà souligné. Les Sémites sont donc « ceux qui ont un nom, » ce qui implique « un nom célèbre. » Ils ont vécu, comme on le voit sur la carte ci-dessus, dans les régions du Moyen-Orient, même si aujourd’hui les Arabes se sont élargi de la Mauritanie à l’Irak (langues typiquement sémitiques sont: l’hébreu, l’arabe et le phénicien).

Le Chamites, petits-fils de Cham, habitait le Nord de l’Afrique et de l’Éthiopie (en fait le copte, encore aujourd’hui utilisé dans la liturgie de l’Église orthodoxe égyptienne, et (l’amharique qui est la langue officielle de l’Éthiopie) sont les deux langues les plus importantes du groupe Chamitique). Le nom Cam vient de l’égyptien Kem, qui signifie «terre noire», avec lequel les Égyptiens indiquait leur pays, rendu fertile par le limon sombre des inondations du Nil, par opposition aux « terres rouge » du désert environnant.

Pour ce qui concernent les Giaphetiti, descendants de Japhet, ils habitaient les régions du nord du monde, à savoir l’Europe, la Turquie actuelle, la Perse, l’Inde et la dépression Touranienne. Pour cette raison, ils sont aussi appelés indo-européenne.

Sont indo-européennes les langues romanche comme l’italien, romances ou romane commecelle parlée dans le canton des Grisons en Suisse, les Saxons, comme l’anglais et les Slaves comme le Russe, en plus des langues grec, albanais, le Perse et les langues Indiennes comme l’hindi.

L’origine du nom «Japhet » dérivé probablement d’un jeu de mots qui on trouvés dans Genèse 9:27, passage où il est dit d’un épisode étrange: Noé, devenu agriculteur après le déluge, foule le raisin et produit du vin, qui bu, le fit s’endormir nu dans sa tente. Cam le voit (découvre sa nudité) et va le signaler aux frères, qui préoccupés couvrent le père sans le regarder.

Au réveil (dessoulé), Noé « il apprit ce que lui avait fait son fils cadet » et il maudit Cham e sa descendance par le fils Canaan bénissant par contre Sem et Japhet: «Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave. » Le verbe «étendre, développer, avoir de l‘espace», utilisé dans la bénédiction peut être connecté à l’une des significations possibles du nom Japhet.

La mystérieuse bénédiction de Noé est généralement interprété comme une condamnation des peuples cananéens ennemis d’Israël, les descendants de Cham, et une exaltation de Sem, l’ancêtre des Hébreux, et Japhet, dont les descendants se seraient « élargies » sur la quasi-totalité du monde connu (il est le seul parmi les frères à avoir sept enfants, comme nous le verrons bientôt), puis se serait converti à la foi du Dieu d’Israël, prophétie accomplie avec le christianisme.

D’autres par contre interprètent le nom de Japhet le reliant à la racine signifiant «beauté», et il y a de ceux qui ont lié son nom à celui de Jupiter. Attention, cependant: à ne pas écouter ceux qui voudraient nous faire croire que Japhet était l’ancêtre de la race blanche, Sem de la race jaune et que Cham soit de celle noir. Sémites, Hamites et les Japhetti ce sont tous les trois familles des peuples de la race blanche, ou plutôt, de race caucasique, parce que aux Juifs de cette époque, le races mongoles et négroïde, ainsi que celles des Amérindiens et australoïde, n’étaient évidemment pas connus.

Cette erreur de mauvais goût est un exemple de « concordisme » puisque, après les grandes découvertes géographiques du v° siècle les hommes blancs sont entrés en contact avec d’autres races humaines, il semblait logique qu’ils étaient tous descendus de Noé.

TavolaDelleGenti

Mais Noé avait seulement trois enfants; Toutefois, si l’on extrapole la carte ci-dessus, vous vous rendez compte que les Hamites pourrait également intégrer les Noirs africains, tandis que la zone sémitique pourrait être étendue jusque à inclure l’Extrême-Orient. De là, vient un saisissante anachronisme qui est malheureusement difficile à mourir.


Les descendants de Japhet

Le chapitre 10 de Genèse commence par présenter au verset 2, les descendants de Japhet. Il a sept enfants (un autre nombre magique!) Dans l’ordre ils s’appellent: Gomer, Magog, Madaï, Javan, Tubal, Méschec et Thiras. Probablement à les lire ainsi, pour vous ne signifie rien, comme les noms des patriarches antédiluviens. En fait, pour chacun d’eux, il est possible de retracer des significations précises, même si l’identification n’est pas facile, et nécessite parfois une connaissance approfondie de la géographie et de l’histoire ancienne.

Commençons par Gomer, par quelques-uns identifié avec le peuple de Cimmériens, qui, depuis 750 avant JC descendirent du Caucase et ont tenté à plusieurs reprises d’envahir le Croissant fertile, comme l’ont fait les Germains des siècles plus tard, avec l’Empire romain; les Assyriens, qui ont peiné beaucoup pour les vaincre, les appelaient « Gimirrai, » et le nom de la Crimée est probablement une déformation de « Cimméria ». Représentant une menace pour tous les peuples de l’Asie Mineure, il n’est pas surprenant que l’auteur biblique le considère le premier-né de tout Giapetiti!

Magog, selon certains n’est pas une personne, mais une région géographique, qui signifie «terre de Gog ». Gog serait être identifié à Gygès, en langue assyrienne Gug, qui était le roi des Lydiens (716-678 a JC), fondateur de la dynastie des Mermnadi, mentionnée par Hérodote; Selon la légende, Zeus lui donna un anneau qui pouvait le rendre invisible. Le nom de Magog, pourrait par conséquent désigner les peuples des Lydiens, en fait de souche indo-européenne. Ce terme, cependant, est repris plus tard dans la Bible, dans Ézéchiel 39:6 et 20:08 de l’Apocalypse, devenant un symbole de pays étrangers ennemis d’Israël.

Très facile est l’identifier de Madai avec les Mèdes, qui en 609 avant JC, allié avec les Babyloniens (les destructeurs du Temple de Jérusalem), ont rasé au sol Ninive mettant fin à l’Empire assyrien. A l’époque dont nous parlons, leur empire s’étendait de la Turquie à l’Afghanistan, et donc ne pouvait pas passer inaperçu.

Javan nous rappelle les ions. La Ionie était une partie occidentale de l’Anatolie habitée par des Grecs émigré de la mère patrie; entre les souches grecques, était la plus proche géographiquement aux Israélites, et probablement la seule connue dans la période assyrienne; pas étonnant, par conséquent, que les Ioniens sont considérés comme les premier-né de tous les Grecs!

Au verset 4, sont nommes quatre fils de Javan: Elischa (Elisa) Tarsis, Kittim, et Rodanim. Elisa évoque la Ellenie, à savoir la Grèce continentale; Chittim et Rhodanim sont respectivement des noms pluriels qui indiquent les habitants de Chypre et de Rhodes (Rhodaniens), à cette époque florissantes centres commerciaux.

Tarsis n’est pas facile à identifier mais, pour ceux qui ne sont pas totalement ignorants de l’archéologie, rappelle Tartes, florissante colonie près de l’actuelle Gibraltar, détruite par les Carthaginois en 553 avant JC, et par certaines identifiée avec l’Atlantide de Platon.

Même Jonas, en cherchant de se soustraire à la mission confiée par Dieu de prêcher à Ninive, à l’Est, tente de fuir à Tharsis, c’est à dire pratiquement à la limite ouest du monde connu, juste dans la direction opposée à celle indiquait par Le Seigneur Dieu.

Par conséquent, les noms des quatre fils de Javan sont en fait les

noms de quatre peuples, tous en bonnes relations avec les Grecs. Ce sont les habitants des soi-disant «îles des gentilles», à savoir la Grèce, Chypre, Rhodes et l’Espagne, localises par une incertaine géographie de ce temps dans le milieu de la Méditerranée.

Revenons aux fils de Japhet du verset 2. En Thubal, probablement, on peut reconnaître les Tibarens d’Hérodote, les peuples installés sur la côte de la mer Noire, dont on dit faisait du commerce avec Tyr, dans Ézéchiel 27:13. Les citent également le géographe Strabon et le poète hellénistique Apollonios Rodios, dans son « Argonautique » (II, 1010); les deux soutiennent que, lorsque les femmes de Tibareni doivent accoucher, ce sont les mari qui vont au lit et à gémir.

Le nom de Méschec par contre se trouve également dans le Psaume 120:5: « Malheureux que je suis de séjourner à Méschec … » Quiconque a lu très attentivement les « Histoires » d’Hérodote peut reconnaître ici ceux qu’il appelle les Muski, habitants comme les Tibareni de la côte de la mer Noire, considéré comme barbares par les Assyriens qui dans leurs écrits les appellent « Muski. »

Enfin, Thiras rappelle beaucoup le Tyrrhéniens, autre nom des Étrusques, dont l’origine mystérieuse et très fantasque, a été contée beaucoup à commencer d’Hérodote, qui les dit descendants des Lydiens. Entre autres choses, les Étrusques sont peut-être l’unique peuple non indo-européen, et donc pas descendant de Japhet, comme est proposé dans cette liste!

Les fils de Gomer;

Au verset 3, nous trouvons les noms des trois fils de Gomer: Aschkenaz, Riphat et Togarma. Le premier correspond peut-être aux Askuz des inscriptions assyriennes, lesquels seraient à identifier avec les Scythes, tribus nomades des plaines d’Asie centrale, qui appuyant ’en poussant’ les Cimmériens aurait provoqué leur expansion vers la Mésopotamie. Les Scythes envahirent les territoires à l’origine habités par les Cimmériens, et en tant que telle pourrait à juste titre sembler croyable être leur premier-né. Plus tard, les Juifs d’Europe du Moyen Âge ont identifiés dans Ashkénaze l’Allemagne, et ashkénazes les Juifs d’Europe centre orientale qui parlait le Yddish, une variante de l’allemand, par opposition aux Juifs séfarades, habitants de l’Espagne; mais il s’agit seulement d’une attribution de beaucoup plus tard à l’auteur biblique.

Riphat (en hébreu signifie «pressoir») selon Josèphe Flavio aurait été l’ancêtre des Rifaci (ou Rifain), cet -à- dire les habitants de la Paphlagonie, une région de l’Anatolie, sur la mer Noire; ils ont donné le nom aux monts Rifei, (d’où le mot RIF) qui, selon les anciens géographes représentait la frontière nord-ouest du monde habité. Certaines légendes irlandaises appellent Reidhpath ou Diphath, et prétendent qu’il a été l’ancêtre des peuples Celtes.

Togarma (également mentionné dans Ézéchiel 27:14) pourrait être en relation avec les gens de Tilgarimmu, tributaire des Assyriens, qui vivaient sur le cours supérieur de l’Euphrate.

L’historien Eusèbe de Césarée (263-339 Ap. JC) affirme qu’il a été l’ancêtre des Arméniens d’aujourd’hui, mais certains par contre disent qu’il aurait donné origine aux peuple des Turcs.

Les descendants de Cham

Comme on peut voir, nous commençons à avoir une idée du caractère «ethnographique» de la table des nations. Une autre confirmation nous vient des quatre fils de Cham: Cush, Mitsraïm, Put et Canaan. Cus montre d’abord la Nubie (Soudan moderne), où s’était formé la civilisation de Kush.

Quand à Mitsraïm, comme les déjà cités pour Chittim et Rodanim est un pluriel, qui signifie «les Égyptiens»: pas un seul archétype, alors, mais plutôt un peuple entière. Dans le livre de l’Exode, l’Égypte est généralement appelé « Mizr », un mot d’origine sémitique qui probablement à l’origine signifiait «frontière » ‘’d’un territoire. »

Ses habitants par contre ils appelait l’ancien Égypte sous le nom de Khem, qui signifie «terre noire», en référence évidente au limon fertile déposé par les inondations du Nil, et en contraposition à la « terre rouge » du désert (Deshret). Comme déjà mentionné, selon beaucoup, le nom de Cham, fils de Noé, dérive du mot « Khem »! Le nom actuel de l’Égypte est dérivé du mot grec Aigyptos; a été aussi avancée l’hypothèse que ce mot vienne de l’égyptien ancien et signifie «Maison du Ka (âme) de Ptah », étant le dieu Ptah le créateur du panthéon égyptien.

Il peut sembler étrange que la Nubie soit considérée comme premier-né de Cham, tandis que la puissante et glorieuse Égypte est dégradée au rôle de second; pour la solution de l’énigme, toutefois, il faut considérer que, au moment où a été achevé la table des nations, l’Égypte traversait une période de déclin grave, devenu pâle reflet de la splendeur de Ramsès, et du 715-656 a. JC, et a même été gouverné par une dynastie nubienne, la vingt-cinquième.

Put devrait représenter la corne de l’Afrique; En fait, le « pays de Pount » était la limite inférieure du commerce maritime des Pharaons, et est mentionné sous le nom Puta même par une inscription de Darius le Grand, roi des rois de Perse 522-486 av. JC. Pour ce qui concerne Canaan, il est trop évident que désigne les peuples cananéens de la Palestine, pre-existants à l’invasion des hébreux conduite par Joshua (Josué); les noms de ces peuples est relié au terme sémitique « kinahhu », ce qui indiquait la couleur pourpre avec la quel ils teintait les tissus, et tel est aussi le sens du mot grec «Phéniciens».

Canaan est dit générer Sidon, son premier-né, qui était la ville la plus importante de la Phénicie, ainsi que d’un nombre impressionnant de nations, dans l’ordre: les Eteiens, les Jébuséens, les Amorites, les Guirgasiens, les Héviens, la Arachei, les Siniens, les Arvadiens, les Samanides et les Amathies.

Ils étaient tous habitants de bastions Cananéens petites ou grandes à l’époque de l’occupation israélite; les Etei ( les Eteiens) en particulier, ce sont les Hittites, qui ont contrasté à l’Égypte la domination du Moyen-Orient à l’époque de Ramsès II. À l’arrivée des Hébreux en Canaan, cependant, l’empire hittite était déjà effondré depuis longtemps, et en Palestine il n’y restait que de petites colonies de leurs descendants; ils apparaissait, par conséquent, une des tribus secondaires, et il n’est pas à s’étonner si la Genèse ne fait aucune mention de leur ancienne grandeur.

Idem pour les Amorites, les fondateurs de Babylone, désormais déchus et presque éteintes dans le sixième siècle avant JC. Selon certains, cependant, les Héviens sont les Hurrites, qui ont fondé le royaume de Mitanni dans la Haute Mésopotamie, qui a prospéré entre 1500 et 1250 av. JC. Les Jébuséens étaient les habitants de la forteresse de Jérusalem; les Girgashites occupait la forteresse cananéenne Kirkash; les Arachei étaient peut-être les habitants de la ville phénicienne de Arka; les Siniens de la forteresse de Sianna; les Arvadiens de la ville phénicienne de Arvad; les Samareiens de la ville de Simarra (Aujourd’hui, juste au nord de Tripoli); et les Amateiens de la ville syrienne de Hamath.

Cette liste est considérée comme précieuse, car elle fournit une image précise de la Palestine pré israélite, que les Juifs connaissait très bien, parce que ces peuples ils avaient du à les vaincre tous un par un. Ne l’ont certainement pas fait dans une seule génération (celle de Josué, je veux dire), par exemple, les Amorites furent vaincus avant même le passage du Jourdain, parce qu’ils vivaient dans la présente Jordanie: leur roi Seon, a été battu par Moïse avec Og, mythique roi de Basan, d’après le récit de Nombres 21:21-35. Par contre, les Jébuséens ont été vaincus que par David, selon 2 Samuel 5:6-9, donc plus de deux siècles après Josué.

Les fils de Cush

Problématique est l’identification des fils de Cush, appelé au verset 7, Seba, Avila, Sabtah, Rama et Sabteca, tandis que Saba et Dedan sont appelés fils de Rama. Le plus identifient Seba (attention, c’est un nom masculin comme les l’autre!) Avec la ville de Sabai mentionnée par le géographe Strabon et Josèphe Flavio, situé sur la côte ouest de la péninsule arabique. Havila était déjà dans la Genèse 2:11-12 comme une terre fabuleuse, que «l’or de ce pays est pur: on y trouve aussi le bdellium et la pierre d’onyx »; Comme déjà expliqué ci-dessus, coïncide probablement avec celle que les Arabes pré- islamiques appelait la tribu de Hawlan, installés sur la côte est de l’Arabie. Pour ce qui concerne Sabtah, indique presque certainement les populations arabes appelés Sabatéens par Josèphe Flavius, Saptha par Claude Tolomée et Messabathi par Pline l’Ancien, stationnées dans la partie orientale de la péninsule arabique. Le nom de Sabtah a été conservé jusqu’à ce jour dans la ville de Shabwat, la capitale du Hadramaout.

Passons à Rama: il existe encore une ville de ce nom dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite. Ptolémée appelait cette région Ragmas, était près de la terre d’Avila et à l’est d’Ophir; ses habitants sont connus par d’autres sources pour avoir fait du commerce avec Tyr et Sidon. Sabteca est identifié par Josèphe Flavius avec les gens de Sabactas, qui se sont installés au Yémen d’aujourd’hui.

Peu de doute que Sheba, petit-fils de Cush, représenterais le pays fabuleux de la reine de Saba qui va visiter le roi Salomon dans le livre de 1 Rois (10:1-13); la tradition donnais ce pays en Éthiopie, mais selon quelques inscriptions trouvé dans le nord du Yémen, qui remontent au IXe siècle avant J.-C., parlent de Saba comme d’un royaume florissant dans le sud de l’Arabie, ce que les Romains appellent «Arabia Felix».

En fait, à cette époque cette région était très fertile, étant arrosée par des ingénieux systèmes d’irrigation contrôlés par un grand barrage sur la rivière Adhanat, aujourd’hui asséché: le barrage s’est effondré en 542 a. JC, un événement qui vient décrit dans le Coran comme un jugement de Dieu sur ce peuple.

Le royaume de Saba est connue aussi par les inscriptions assyriennes du VIIIe siècle avant J.-C., dans lequel il était connu comme l’un des quatre « pays des épices » (les autres étaient Minea, Kataban et Hadramaout), et aujourd’hui, ont été mis au jour certains vestiges archéologiques de proportions monumentales. Enfin, Dedan est également mentionné dans Ézéchiel 27:15, où il est dit que ses enfants «payés [Tir] avec des cornes d’ivoire [défenses d‘éléphants] et d’ébène. ». Présent dans certaines inscriptions cunéiformes, leur siège principal était la ville maintenant connue sous le nom d’Al-Ula, à environ 70 miles au sud-ouest de la moderne Taima, en Arabie.

Les fils de Misraïm

Les versets 13 et 14 donnent la liste des fils de Misraïm, «Mitsraïm engendra les Ludim, les Anamim, les Lehabim, les Naphtuhim, les Patrusin, les Casluhim, d’où sont sortis les Philistin, et les Caphtorim » (cet à dire l’Égypte): (Lud, Anam, laab, Naftuh, Patros, Casluh et Caphtor.). Le premier crée immédiatement des problèmes, puisque Lud est mentionné dans la Genèse 10:13 ou est dit être fils de Misraïm et donc, le petit-fils de Cham, tandis que dans 10:22 est compté parmi les fils de Sem. Homonymie? Une erreur de l’auteur biblique? Après tout, le Pentateuque a été considéré si sacré qui ont été copié fidèlement même les erreurs de grammaire. Il semble probable que, si erreur n’est pas, les deux Lud indiquerait différents peuples, et ce ne doit pas être identifié avec les Lydiens dont nous parlerons plus tard, mais peut-être avec les Lebu, installait sur la côte nord de l’Afrique, qui en plusieurs occasions ont fournit des troupes de mercenaires à l’Égypte.

En ce qui concerne Anam, le roi assyrien Sargon II dans ses inscriptions parle des A-na-mi du sud de l’Anatolie, vaincu par lui, (mais les rois assyriens se vantait d’avoir frapper le monde entier). Sure est l’identification des Lehab avec la Libye: déjà les Pharaons Méneptah et Ramsès III se vantaient, dans les XIIIe et XIIe siècles avant JC, qu’ils avait vaincu les gens des Libi, donc c’est un peuple très ancien.

Naftuh à mon avis, vient du nom de Na-patob-im, littéralement «ceux du marais, » dans les textes égyptiens, peuples installés dans le delta du Nil et dans la partie occidentale de l’Égypte. La même chose s’applique à Patros (Patrusim) à identifier avec le Ptores, tribus émigré en Égypte et y sont restés; dans ses inscriptions Assarhaddon le roi assyrien (681-668 avant JC) affirme avoir soumis les Paturisi lors d’une expédition en Égypte.

Casluh, cité par Josèphe Flavio comme Chesloim, c’était probablement une autre tribu semblable aux autres, tributaire de l’empire égyptien. Enfin, il apparais naturel d’identifier Caphtor avec les Crétois, appelés Keftiu par les Égyptiens (bien que certains savants modernes identifient Caphtor à la Cappadoce). Caphtor est dit être ancêtre des Philistins, les ennemis les plus acharnés d’Israël (et, en particulier, de Samson); et en fait, les Philistins faisaient partie de ces «peuples de la mer», dont on parlé dans des documents égyptiennes, qui ont envahi le Proche-Orient à la fin du deuxième millénaire avant JC venant des îles de la Méditerranée.

Ramsès III a chassés les Philistins de l’Égypte, mais ils se sont installés sur la côte sud de la Terre Sainte, qui PAR EUX a pris le nom de PALESTINE. Aujourd’hui, on sait qu’ils étaient indo-européen et non Chamitiens: en fait ils utilisait le fer, tandis que les Égyptiens, les Mésopotamiens et les Hébreux étaient encore plongés dans l’âge du bronze. Peut-être l’auteur biblique les a confondu avec les autres Cananéens.

Les descendants de Sem

Il est plus facile de reconnaître peuples connus dans les noms des descendants de Sem.

Élam, mentionné parmi les quatre royaumes qui ont fait la guerre contre Sodome et Gomorrhe dans Genèse 14 est un pays riche de l’est de la Mésopotamie, sur les rives du golfe Persique, annexé par les Assyriens vers 640 avant JC, et puis par les Mèdes et les Perses. Contre lui il prédit Jérémie (49:34-39).

Assur Indique Évidemment l’Assyrie, très puissante jusqu’à peu de temps avant la version finale de la Genèse. Aucun doute même sur Aram: l’araméen était la langue parlée dans l’Empire néo-babylonien, et vient des Araméens, les habitants de la Syrie et du nord de la Mésopotamie septentrional. Le royaume d’Aram avait été vaincu et soumis par David, II Samuel 10, et a toujours été un voisin pas commode d’Israël et de Juda.

Après l’exil à Babylone, les Juifs ont oublié l’hébreu comme langue parlée, et ont adopté l’araméen, la langue dans laquelle s’exprimait même Jésus. Dans quelques villages, il est parlé encore aujourd’hui.

En 10:23 sont énumère quatre fils d’Aram: Uz, Cul, Gheter et Mas. Il y a encore des divergences considérables entre les commentateurs concernant la zone précise où se sont établit les descendants d’Uz, et cela ne devrait pas nous surprendre, étant donné les habitudes souvent nomades des Araméens.

De sûr, nous savons que Uz était la patrie de JOB protagoniste d’un célèbre livre de sagesse. Job 1:1 («Il y avait dans le pays d’Uts un homme qui s’appelait Job … »). Lamentations 4:21 dit, « Réjouis-toi.. fille d’Edom, qui réside dans le pays d’Uts! » Cela est suffisant pour dire que la tel tribu devait être en quelque sorte apparentée avec les Édomites, et donc installée en Arabie du nord.

Josèphe Flavio, probablement à juste titre, l’identifie avec la région appelée Trachonite dans l’Évangile de Luc (3:1) est partie de la Tétrarchie d’Hérode Philippe, fils d’Hérode le Grand: une zone désertique et inhospitalière, aujourd’hui à la frontière entre la Syrie et Jordanie, qui toutefois, était habité par des bergers nomades depuis des temps immémoriaux.

Le second fils d’Aram, Cul, prend son nom d’une zone près de la Trachonite, au nord de la mer de Galilée, où il y a le lac et la vallée de Hule, également mentionné par Josèphe Flavio: une aire de marais aujourd’hui bonifiée, récupéré par le moderne État d’Israël qui y a établi une réserve naturelle.

Le lac de Hule est formée par l’accumulation d’eau des deux sources du Jourdain, avant de commencer leur descente vers le lac de Galilée.

Gheter est par contre une tribu que Josèphe Flavio raconte stationnée au sud de Damas. Enfin, Mas devrait probablement être interprétée avec les Mashu cités par les textes akkadien et avec les Msh’r des inscriptions égyptiennes, une tribu qui vivait à l’intérieur du Liban d’aujourd’hui.

Revenons aux autres fils de Sem. Il semble naturel d’identifier Lud, à ne pas confondre avec l’homonyme camite de 10:13, avec les peuples Lydiens, qui à l’époque de l’exil babylonien avait créé un royaume fort dans l’ouest de l’Anatolie. En effet, dans ces années s’était créé une sorte de « équilibre géopolitique » entre l’empire néo-babylonien, l’empire des Mèdes, le royaume pharaonique et le royaume de Lydie.

Roi de Lydie était ce Crésus que la mythologie raconte comme le plus riche des riches de l’antiquité (même aujourd’hui, de qui est extrêmement riche on dit: « riche comme Crésus»).

La légende raconte qu’il a consulté l’oracle de Delphes avant de faire la guerre à Cyrus le Grand, qui lui dit: « Si tu te bâtera, tu détruira un grand royaume. » Crésus descendit dans la bataille contre les Perses, mais il a essuyé une défait, et le grand royaume qu’il a détruit c’était le sien.

Le mystérieux Arfaksad

Nous arrivons à Arfaksad, qui est un ancêtre direct d’Abraham, en dépit d’être seulement le troisième fils de Sem. (Semble étrange que l’auteur Biblique n’ay pas fait descendre le peuple élu du fils aîné du fils aîné de Noé). Selon la plupart des orientalistes, son nom dérive de l’Arp-Keshed, cet à dire «les frontières de la Chaldée»; À confirmer cette hypothèse sont des tablettes Hurrite, dans lequel son nom apparaît dans la forme ARIP-Hurra, ou « le fondateur de la Chaldée» (ce nom était également connu par les Akkadiens sous la forme Arraphu).

Arfaksad serait donc l’ancêtre des Chaldéens, un peuple de langue araméenne peut-être originaire de l’Arabie orientale, qui, dans le quatorzième siècle avant JC a occupé le sud de la Mésopotamie, s’installant entre Babylone et le golfe Persique. L’ascension au trône de Babylone de Nabopolassar en 626 avant JC a marqué le début de la montée de ce peuple, qui a formé une alliance avec Cyaxare, roi des Mèdes, et avec son aide a assiégé et détruit la grande ville de Ninive, c’est la fin de l’empire assyrien.

Par la suite Nabuchodonosor II, fils de Nabopolassar, détruit le Temple de Jérusalem; à l’empire chaldéen donne fin Cyrus le Grand de Perse, qui conquit Babylone en 539 avant JC. Genèse 11:31 dit que Térach et sa famille « sortirent ensemble d’Ur en Chaldée« ; c’est un anachronisme, puisque à l’époque d’Abraham probablement les Chaldéens ne s’était pas encore installés en la Basse Mésopotamie, et Ur était encore une cité sumérienne; le terme «Ur des Chaldéens» est utilisé ici parce que, au moment de la rédaction finale du Pentateuque, Ur était située sur le territoire des Chaldéens, et donc l’auteur pouvait croire qu’ils avaient été eux les fondateurs de la ville (et donc Arfaksad).

De ça, la descendance d’Abraham par l’ancêtre des Chaldéens. Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette identification. L’historien canadien Donald B. Redford dans son livre « L’Égypte, Canaan, et Israël dans les temps anciens, » il a proposé d’interpréter Arfaksad comme la transcription en caractères hébraïques de Urfa-Kasid, c’est à dire Urfa des Yézidis, centre de la haute Mésopotamie appelé ailleurs également Harran: justement la ville d’où serait parti le voyage d’Abraham pour Canaan! Des descendants de Arfaksad continuerons à en parler dans le chapitre suivant.

Bien sûr, parmi tous les ancêtres des peuples leurs contemporains, les prêtres de Juda concentrent leur attention uniquement sur leurs ancêtres. Le regard de l’auteur de Genèse 10 se rétrécie progressivement jusqu’à converger vers les Patriarches d’Israël, dont l’histoire va occuper tout le reste du premier livre de la Bible. Il est suggestive d’aller à la chasse de ces ancêtres, et découvrir qu’ils représentent les éponymes (c’est à dire ceux qui ont donné leur nom, comme Romulus à Rome) des peuples contemporains de Nabuchodonosor et Cyrus, ainsi le dixième chapitre de la Genèse représente une « instantanée » de la distribution des peuples dans le sixième siècle avant JC: je vous montre cette distribution dans la figure ci-dessus.

Rien n’a donc d’historique (au sens moderne) la « table des nations», se configuré exactement comme un typique conte mythique: en elle quelque chose de actuelle à l’écrivain, tel que c’est précisément la subdivision politique du monde, vient projeté aux origines de l’humanité. Donc, à la question: «Pourquoi les peuples nous les voyons ainsi réglé sur la terre, et pas ailleurs? » L’auteur répond, « parce que ceci c’est la façon dont se sont dispersés sur la terre les descendants immédiats de Noé, les chefs de tribu des premières familles humaine». Cependant, il reste à répondre à une autre question: pourquoi les gens se sont dispersés, sans rester unis dans une seule nation, un « empire universel »? Genèse prévoit cette objection, et répond avec brio avec l’histoire trop bien connu de la Tour de Babel.

 

 

LE DELUGE 6 / 12 articles, Théologie 17 septembre, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 18:01

LE DELUGE  6 / 12 articles, Théologie Genèse 1-11

Sacrifice de Noé apres le déluge

De: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

6° article de 12,. Théologie de Genèse 1-11

Le cosmos revient au chaos

Nous arrivons ainsi au déluge, avec tous les colorés détails qui caractérisent ce passage: Dieu se révélé à Noé, même si la Bible ne dit pas comment, mais par contre dit, par exemple, comment se manifeste à Moïse, dans le buisson ardent, ou à Élie, dans brise légère. Par contre pour ce qui concerne la vocation de Noé rien n’est dit, et ceci est une autre preuve du fait que ces chapitres de la Genèse ne sont pas un compte-rendu écrit sur un cahier ou un ordinateur de faites qui ont effectivement eu lieu, puisque si cela était le cas ils y seraient également enregistré tous les détails.

Nous pouvions trouver écrit, par exemple, Noé dormait, et Dieu lui apparaît dans un rêve, comme fut pour Saint-Joseph; ou alors, Noé était dans le bateau et pendant qu’il pêchait, tout à coup il a été battu par des rafales de vent, et dans ces salves a entendu la voix de Dieu, comme le montre le film « la création et le déluge » d’Ermanno Olmi.

Non, rien de tout cela. Et, d’ailleurs, les modalité de cette « appel » ne nous intéressent pas. A nous intéresse le fait que, d’une certaine façon Dieu parla à Noé, le prédestiné à perpétuer l’humanité, le nouvel Adam, et lui ordonne de fabriquer l’arche, parce que tous les hommes et tous les êtres vivants périront dans le déluge.

Notez que Noé ne cherche en aucune manière à disculper l’humanité, ni il dit (comme le fait Abraham devant Sodome et Gomorrhe) « mais comment le Seigneur peut faire périr le juste et l’innocent ? » Non, lui il ne discute pas: il fait comment a fait Abraham quand il quitte Haran pour se diriger vers Canaan.

Ces personnages anciens ne font pas trop de cérémonies ils obéissent tout simplement et Noé avec ses fils, construit l’arche. Tous les détails ici sont purgés: l’histoire de Noé est réduite à l’os; le déluge arrive et tous sont mort. Entre autres choses, il convient de noter que le déluge a plusieurs causes. Dans Genèse 7:11, il dit, « toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent. » Qu’est-ce que ça veut dire? Vous devriez savoir que la voûte du ciel a été considéré comme ayant des trous, appelés «vannes ou cataractes du ciel », dont l’ouverture expliquait les précipitation atmosphérique; les ouvrant entièrement, la protection offerte à l’homme par le firmament solide contre la présence menaçante sur sa tête de l’océan Céleste prend fin, les eaux supérieures se déversent sur la terre en se mélangeant avec celles du bas (inférieurs), et ont revient à la situation précèdent, celle du seconde jour de la création, lorsque les eaux occupaient désordonnément tout l’espace.

Il est alors naturel de partager l’affirmation de Cimosa : « la création avait fait du chaos un cosmos, le déluge fait du cosmos un chaos  » (ne pas oublier que « Cosmos » en grec signifie ‘ordre‘). Et il poursuit:  » Dieu met fin aux effets de son œuvre créatrice. Les eaux qui submergent les plus hautes montagnes de la terre, détruisant avec l’homme aussi les animaux, ne sont rien de plus que le retour de l’univers à ses conditions primitives: image des dimensions cosmiques du péché, tel que a été le rejet de Dieu.

Le monde a un sens si l’homme l’amène à son vrai progrès, actualisant en lui l’image divine, tandis que la dégradation de l’image de Dieu dans l’homme a pour conséquence la ruine de la Création. (…) L’eau sera un élément ambivalent; les vagues qui engloutissent ont aussi la tâche de sauver, car ils soutient l’arche du juste » Ici, nous trouvons ce qu’on appelle le «principe anthropique» qui domine la cosmogonie hébraïque et du Moyen-Orient en genre:

le cosmos est créé pour l’homme, pour l’homme le cosmos est détruit. Même la science moderne a parfois été influencée par cette façon de penser.

Il n’y a pas, cependant, que les cataractes du ciel qui s‘ouvrent: il y a aussi une non bien identifié « éruption » par le bas, par les «sources de l’abîme », la « plate-forme primordiale» sur laquelle, comme nous l’avons déjà dit, s’appuierait la création.

Certains parlent d’un tremblement de terre catastrophique, qui aurait donné le coup de grâce à l’humanité; il y a ceux qui veulent voir dans ce « jaillirent » la description d’une éruption volcanique de proportions colossales, bien plus destructrice que ceux des bien connu Krakatoa et Pinatubo. Quelqu’un d’autre, explique ce sombre verset comme une occlusion de ces canaux souterraines qui aurait connectés les océans de la Terre à l’Abîme.

Mais, tout simplement, les eaux du ciel, ils ne pouvaient plus tomber vers le bas par gravité, un peu comme si nous ouvrons le robinet de l’évier, mais nous bouchons la vidange: l’eau s’accumule dans l’évier lui-même. Les interprétations se gaspillent, parce que nous ne pouvons pas entrer dans l’esprit de l’auteur biblique.

Le déluge a été produit par une comète?

Cette multiplicité des solutions a suggéré, dans ce cas également, d’effectuer des calculs de type concordiste, pour déterminer combien d’eau a dû tomber du ciel pour submerger toutes les terres. Selon ces calculs, si dans le ciel il y aurait eu assez d’eau sous forme de nuages pour couvrir tous les continents jusqu’au sommet de l’Everest, la pression atmosphérique immédiatement avant le déluge aurait atteint 500 atmosphères, soit 500 fois la pression normale au niveau de la mer!

Par conséquent, tous les êtres vivants seraient mort étouffés déjà avant le déluge, Noé et sa famille inclus! Ceci c’est certainement du concordisme, mais au moins il nous confirme que sûrement le déluge n’a pas eu lieu comme nous le pensons généralement.

Il se peut que, comme le disent certains, que le déluge soit arrivé que sur les régions alors habitées par l’homme; ou, peut-être même qui a été détruit seulement une partie de l’humanité, à savoir que à la base de la tradition de l’arche de Noé, y soit un événement catastrophique primordial, puis « gonflé » par l’imagination hyperactive de nos ancêtres.

À cet égard, certains ont même avancé l’hypothèse que le déluge universel, tel qui nous est raconté, non seulement dans la Bible, mais aussi dans toutes les autres civilisations anciennes, doit être identifié avec la destruction de la légendaire Atlantide, décrite par Platon dans ses dialogues « Timée » et « Critias ». Ce n’est que spéculation, parce que nous ne savons rien de cette l’île mythique, malgré le fait que des parapsychologues et ufologues ont fait couler beaucoup d’encre à cet égard.

De même, nous ne savons pas si le déluge biblique on peut l’identifier ou pas avec l’une des terrifiant inondations qui ont ravagé la basse Mésopotamie à l’époque protohistorique. Sir Leonard Woolley, le célèbre archéologue qui au début du siècle a déterré les ruines d’Ur en Chaldée (lieu de naissance d’Abraham selon la Genèse 11:28) des sables du bas Irak, a pris une bévue célèbre en envoyant un télégramme à Londres, avec lequel il annonçait la découverte des sédiments laissés par le déluge universel !

En fait, les épaisses couches d’argile qu’il avait identifiées étaient certes celles laissées par une forte crue, mais pas de proportions si terribles de manière à couvrir toute la terre, et même pas de l’ensemble du Proche-Orient ancien. En fait, il s’agissait d’une terrible inondation qui avait affecté seulement la basse vallée des fleuves Tigre et Euphrate dans le quatrième millénaire avant J.-C. En 1992, Alexander et Edith Kristian Tollmann, professeurs de géologie à l’Université de Vienne ont publié une étude dans lequel ils affirmait que à provoquer le souvenir ancestrale du déluge a été l’impact d’une comète à la fin du Pléistocène, il y a environ 13.000 ans. Composé à 80% de glace d’eau, elle se serait divisée en plusieurs blocs dans le passage près du Soleil, en tombant dans les océans: la mer de Tasman (au sud de l’Australie) dans la mer de Chine méridionale à l’ouest de l’océan Indien, au sud des Açores, dans le Pacifique au large de la côte du Guatemala et à l’ouest de Tierra del Fuego. Le tsunami résultant aurait submergé les cultures de l’Âge de la Pierre, ce qui entraîne des traditions d’une légendaire hausse des eaux, assez pour effacer la quasi-totalité de l’humanité de la surface de la Terre, et laissant derrière une peur millénaire jamais oublié.

Les preuves des impacts cométaires serait constitues des tectites (fragments de roches vitreuses, fusionnés par l’effet de la chaleur énorme à l‘impacte) trouvés dans ces zones marines; l’âge des dernières mammouth de Yurybey, en Sibérie, disparus juste à cette époque; la mystérieuse et soudaine fin de la culture Clovis (de la homonyme ville du Nouveau-Mexique); et l’excès de carbone observée dans le bois des arbres de cette époque.

Pour d’autres, cependant, le seul phénomène de dimension mondiale qui pourrait avoir produit la tradition du déluge est la fonte des glaciers de la dernière glaciation, qui a eu lieu à environ 10.000 ans avant JC, donc quand l’homme vivait déjà une grande partie de notre planète.

A cette occasion, le niveau des océans a augmenté de 100 mètres, submergeant de nombreuses îles et toutes les zones côtières de la planète: il est donc possible que la légende de l’Atlantide perdue, si jamais il y avait une Atlantide sur terre, doit se référer au submergement de quelques ville préhistorique sur la côte (après tout, même les ruines de Jéricho remontent au neuvième millénaire avant JC!) l’augmentation rapide de l’eau a dû paraître à nos premiers parents comme un véritable déluge, et pourrait expliquer la mystérieuse « les sources du grand abîme jaillirent » dont j’ai parlais plus tôt.

L’alliance avec Noé et sa signification

Les hypothèses sont alléchantes, mais à nous intéresse uniquement le sens de l’histoire du déluge, qui est: Dieu peut détruire l’homme, il peut aussi se repentir de tout ce qu’il a fait, mais il se souvient toujours des promesses faites, et sauve les justes.

Bien sûr, il se pourrait qu’une ancienne alluvion mésopotamienne, ou même une catastrophe de grande ampleur tel que la chute d’une comète ou la fonte de la glace du Quaternaire peuvent avoir tellement impressionné nos arrières grands parents jusqu’à suggérer que leur ‘race humaine toute entière a péri, laissant une « empreinte » indélébile dans toutes les mythologies, y compris ceux des Aztèques et des Mayas, au-delà de l’océan Atlantique.

Ce qui est important, cependant, est le fait que, comme nous l’avons dit dans le cas de l’ «Épopée de Gilgamesh » que j’ai résumées dans l’article 5/12, il existe des différences fondamentales entre ces mythes fantaisistes et le passage biblique de Genèse 6-9. Et la principale différence réside dans l’apparition de l’arc-en-ciel .

En fait, lorsque le déluge a cessé, les eaux sont diminuées, Noé a envoyé dehors les oiseaux (la même chose a également fait Ut-Napishtim), l’arche s’est arrêté sur l’Ararat (la région d’Ourartou, l’Arménie d’aujourd’hui) et Noé a arraché le toit de l’arche pour libérer les animaux, le patriarche et sa famille offrent un holocauste à Dieu pour le remercier de les avoir sauvées, et Dieu répond, après qu‘IL eu « sentit une odeur agréable » (Genèse 8:21 a). Et voici l’incroyable se produit: le Seigneur se repent pour la deuxième fois! Il dit: « Je ne maudirai plus la terre, à cause de l’homme, parce que les pensées du cœur de l’homme sont mauvaises dés sa jeunesse; et je ne frapperai plus tous qui est vivant, comme je l’ai fait. Tant que la terre subsistera, les semailles et les moisson, le froid et la chaleur, l’été et l’hiver, le jour et la nuit ne cesseront point  » (8: 21b-22).

Ainsi Dieu conclu son alliance avec Noé: «J’ai placé mon arc dans les nuages » (qui est l’arc en ciel) « et il servira de signe d’alliance entre moi et la terre. Quand j’aurai ressemblé des nuages au-dessus de la terre, l’arc paraîtra dans la nuée; et je me souviendrai de mon alliance entre moi et vous, et tous les êtres vivants, de toute chair, et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair « . (8:13-15) C’est d’une importance fondamentale, car

pour la première fois Dieu n’est pas loin de l’homme, mais il est tellement proche qu’il conclut un pacte avec lui. Est celle-ci, la première alliance avec Noé (et donc avec l’humanité entière) après le déluge.

Certains disent que la première alliance est celle qui est écrite dans les premiers chapitres de la Genèse, où Dieu dit au serpent, à propos de la femme: « Elle t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon» (Genèse 3:15 b). Les plus observateurs d’entre vous y auront reconnu ce qu’on a définit le Proto-Evangelium (en grec « premières bonnes nouvelles« ), qui a été interprété par la plupart comme une prophétie de salut, même si cette interprétation messianique est de beaucoup postérieur à la rédaction du texte biblique.

Tout d’abord, dans Genèse 3:15 il est dit, « Et je mettrai inimitié entre ta postérité [du serpent] et sa semence [de la femme]» et donc- étant la descendance d’Ève coïncident avec l’humanité entière – c’est versets pour moi c’est une étiologie qui veut expliquer pourquoi les serpents tuent les hommes en les mordant et les hommes tuent des serpents à coup de bâton; et en tout cas, même si on admet l’identification du serpent d’Eden avec le diable envieux et la «semence de la femme » avec la fleur de l’humanité, à savoir Marie (ou Jésus lui même), comme le fait explicitement le Coran, il doit être bien noté ainsi le caractère innovant de l’alliance, qui ne se limite pas à une « promesse » faite par Dieu, comme un mouvement « à sens unique » du ciel à la terre.

Le concept de l’alliance (BERIT en hébreu) est exclusivement biblique: chez les autres peuples les dieux se limitent tout simplement à imposer leurs lois à l’humanité. Par exemple, Mardouk donne à Hammourabi (le fameux roi babylonien du dix-septième siècle avant JC) le code des lois du même nom, et la nymphe Égérie donne à Numa Pompilius, le deuxième roi de Rome, les lois avec les quelles il impose ordre à son État.

Au lieu de cela, le Dieu juif donne oui ses lois à Moïse sur le mont Sinaï, mais tout est sous réserve de leur acceptation par le peuple. En d’autres termes, l’Éternel dit aux Juifs par Moïse: «Je vous propose ces lois, si vous les suivez, vous serez mon peuple, je serai votre Dieu, et vous serez une génération sainte, sinon il s’ouvre devant vous l’abîme de la mort. »

Rappelons-nous que les Juifs jusqu’à quand ils non eu contact avec la philosophie grecque, en époque post-exil, ils ne croyait pas en l’immortalité de l’âme; donc pour eux la seule forme de survie était de laisser des descendants.

Le décès total de leurs enfants était la fin absolue de leurs existence, parce que on ne pensait pas encore à une survie possible de l’âme séparée du corps. L’homme été encore conçu comme une seule entité, comme une « âme vivante » (Genèse 2:7).

Seulement sous l’influence hellénistique (III-II siècle avant JC.) on arrive à comprendre le concept de âme, de jugement particulier après la mort (voir le livre de la Sagesse) et même celui de la résurrection de la chair et du jugement universel (cf. Daniel 12:1-3). «Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveillerons, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte éternelle. ». Daniel 12:3

Ce n‘est pas un cas, à Abraham, Dieu ne promet pas le paradis, mais un fils! En fait, Abraham était tellement impatient d’avoir un enfant, au point que sa femme Sara lui conseille de coucher avec sa servante pour avoir une descendance, parce que c’était la seule façon qu’il avait de survivre! S’il n’avait pas eu d’enfants il serait mort complètement. Au mieux, pouvait être son héritier l’intendant (et donc la perpétuation de sa maison se ferait par le serviteur), mais cela aurait été une survie plutôt fade.

L’alliance de Dieu du temps de Noé, elle consiste précisément dans l’interdiction de verser le sang autrui et, en particulier, à ne pas manger les animaux étouffés, qui contiennent encore leur propre sang, car le sang est synonyme de la VIE : alors on ne pensait pas encore à l’âme, comme je l’ai déjà dit, en ce temps la le principe vital était considéré concentré dans le sang (peut-être parce qu’il est chaud). En bref, cette alliance prêche le plus grand respect pour la vie. Ainsi, même un païen, un «gentil» comme ils disaient les Juifs (c’est à dire, un homme des «nations» qui ne faisaient pas partie du peuple élu), s’il respectait la vie, pouvait être considérée comme intègre et juste! Par contre pour les Juifs a été défini le code des 10 lois (les deux tables de la loi de Moïse).

Ici nous pouvons voir comment Dieu s’approche de l’homme, peu à peu, je dirais même à spirale; si vous prenez un LP et le mettait dans le plat du tourne-disque, vous verrez que l’aiguille accomplit des tours toujours plus petit, puis s’approche de plus en plus près du centre. C’est la même technique que l’on retrouve dans la Genèse de la part de Dieu.

On part par l’humanité en général, de comment elle est créé la première fois; les premiers hommes doivent chercher un difficile contact avec Dieu par l’offrande de sacrifices, et sont souvent en guerre les uns avec les autres parce qu’ils sont jaloux l’un des sacrifices de l’autre (c’est l’épisode de Caïn et Abel dans Genèse 4).

Ensuite, l’humanité est détruite, mais renaît parce qu’il y a un nouvel Adam, et à cette humanité (qui provient d’une seule sous branche de l’humanité précèdent) est donné une loi, le code donné à Noé, qui doit être respecté. Par la suite, à l’intérieur de cette nouvelle humanité (Genèse 11), l’auteur biblique se préoccupe seul d’une particulière lignée généalogique de famille, qui est celle qui mène de Noé et Sem par Eber à Abraham, qui est l’archétype fondateur non seulement du peuple juif, mais aussi de tous les peuples qui vivent dans la région de Canaan (celle que les Perses appelaient l’au delà du fleuve « l’Euphrate »). Nahor, frère d’Abraham, donne vie aux Araméens vivant en Paddan – Haran, c’est à dire en Syrie et la Mésopotamie du Nord, autour de Haran et Mari.

Abraham donne naissance à Isaac, mais aussi (par Hagar) à Ismaël, de qui descendent les Ismaélites et (apparemment) les Arabes, et (par le biais de l’esclave: Ketura, (voir Genèse 25:1-4 ) à Madian, l’ancêtre des Madianites, nomades de la péninsule du Sinaï qui étaient des ennemis jurés d’Israël.

Nous devons également prendre en compte que Isaac, en plus d’avoir générés les Juifs par Jacob / Israël, a également été l’ancêtre des Édomites (ou Iduméens: Hérode le Grand était à moitié édomite) par Ésaü.. Donc, comme vous voyez, dans la généalogie des patriarches il y a une petite carte de la terre de Canaan et de ses régions limitrophes

Plusieurs fois dans la Bible, les généalogies reflètent des cartes géographiques, et c’est particulièrement le cas pour le « Tableau des Nations, (des Gentils)» dont je vais vous parler prochainement. Certains exégètes ont même prétendu que, pour les prêtres qui ont rédigé la Genèse dans sa forme finale, les généalogies ne sont pas de simples listes, mais de réels et importants point d’histoire Patrie !

Cependant, vous pouvez vous rendre compte qu’il y a un continuel «approche» à une lignée très spécifique, progressivement mieux défini; de Jacob est alors pris en considération que les descendants de Juda, parce qu’ils donnent vie aux rois David et Salomon, ainsi que pour toute la maison royale de Jérusalem, et donc aussi au tant attendue Messie.

 

 

Ut-Napishtim Le Noé Babyloneien 5 / 12 articles 29 août, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 14:48

Gilgamesh    Gilgamesh

Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

De: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

5ème de 12 articles: Théologie de Genèse 1-11

«Celui qui prolonge (la vie)»

Même celui du déluge est une histoire qui, à première vue nous laisse déroutés, car il est dit que DIEU se REPENT. Il regrette tout ce qu’il a créé, et décide de le détruire. Ce n’est pas la seule, l’unique fois que cela arrive, dans la Bible: même lors de l’exode d’Égypte, à un moment, à Dieu vient à l’esprit de détruire tout le peuple juif, et de faire seulement de Moïse une grande nation (Nombres 14: 12). Pourtant, Dieu est considéré comme IMMUABLE par excellence, celui qui depuis le début a déjà déterminé tout, et sait déjà comment les choses vont aller.

Le dit aussi Psaume 139: « 2 Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée; 3 Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.  4 Car la parole n’est pas sur ma langue, Que déjà, ô Éternel! tu la connais entièrement. 5 Tu m’entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi. 

6 Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir. 

7. Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face?  8 Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà. 9 Si je prends les ailes de l’aurore, Et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer, 10 Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira. 

11 Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi; 12 Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière. 13 C’est toi qui as formé mes reins, Qui m’as tissé dans le sein de ma mère. 14 Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.  15 Mon corps n’était point caché devant toi, Lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.  16 Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existât. » 

Mais alors, comment est-il possible que Dieu change tout à coup son vouloir ? Même ici, évidement, il s’agit de PAROLE DE DIEU incarnée dans la parole humaine. ÀDieu on attribue caractéristique typique de l’homme c’est-ce qu’on appel anthropomorphisme, qui domine toute la Genèse et une grande partie de la Bible.

En fait, même l’histoire du déluge est emprunté aux populations limitrophes d’Israël, qui avait une vision de la divinité pleinement anthropomorphique. En effet, on peut dire que la tradition du déluge est commun à presque toutes les cultures des peuples de la terre, de ici ou de l’autre côté de l’Atlantique, en Grèce, en Inde, en Océanie comme au Pérou ou chez les Amérindiens du Canada.

Bien sûr, ce n’est pas le cas maintenant vous parler des élaborations mythologiques de ces peuples, qui ne peuvent pas avoir influencé directement le peuple élu; Nous allons nous placer sur les mythes du Croissant fertile, et en particulier sur le poème de Gilgamesh. Probablement vous en avez déjà entendu parler, si au collège (comme cela s’est produit pour moi) il vous a été conseillé de lire le best-seller international « Civilisations ensevelis » vrai « bible » de l’archéologie écrit par CW Ceram, auteur amateur mais bien informé, qui, dans sa troisième partie («Le Livre des escalier, » c. à d. des Ziggurat Babylonienne) cite abondamment le vieux poème de Gilgamesh, le faisant connaître au grand public.

C’est un poème babylonien d’origine sumérienne, trouvée gravée sur des tablettes d’argile dans la grande bibliothèque du roi assyrien Assourbanipal (669-626 avant JC). Nous sommes dans le VIIe siècle, mais ces tablettes sont les copies d’un poème plus ancien, composé peut-être entre le troisième et le deuxième millénaire avant JC Son héros Gilgamesh, représenté dans une œuvre d’art reproduite ici Il était le (roi -prêtre) de la ville sumérienne d’Uruk, beaucoup, plus ancienne que les récits bibliques et les tablettes de Assourbanipal (il semble avoir été fondé au IVe millénaire avant J.-C.!) on ne sait pas si lui aussi est une figure historique déformée par la légende, comme Romulus ou Achille, ou s’il s’agit d’un personnage inventé de toutes pièces; Toutefois, dans l’histoire, Gilgamesh a un ami très cher, Enkidu, un homme sauvage qui ne connaît pas la civilisation, avec qui il a partagé ses activités, y compris le meurtre du démon Kumbaba des montagnes de la Syrie.

Les deux semblent vraiment inséparables; à un certain moment, cependant, Enkidu meurt de la peste, et en face de son corps froid Gilgamesh décide qu’il n’aura pas une fin comme cela, il décide que lui ne mourra pas. Effectue alors un long voyage au bout du monde, où il vit son ancêtre UT- Napishtim, qui lui raconte comment il a été sauvé du déluge…! Ut-Napishtim est donc le Noé babylonien!

Mais alors, l’histoire du déluge vécu par Noé n’est pas exclusive de la Genèse juive! Ce qui est le plus frappant à une première lecture du poème de Gilgamesh est précisément ce fait: la première version du mythe, bien que beaucoup plus ancienne, coïncide pratiquement avec ce que nous lisons aujourd’hui dans l’église.

Qu’il suffise de dire que coïncide même le nom du personnage principal bien que traduit d’une langue à l’autre. Il a été dit que le nom de Noé peut être attribuée à une racine sémitique qui signifie «celui qui s’étend (qui prolonge) » (l’histoire de l’humanité au-delà de la catastrophe du déluge ).

Eh bien, le nom de Ut-Napishtim doit avoir exactement la même signification! Et la même chose est aussi le sens du nom sumérien Ziusudra, le protagoniste d’une identique épopée, mais encore plus ancienne. L’analogie est évidente aussi dans la forme, de sorte que « Noé » apparaît même comme un diminutif de Ut-Napishtim! Il faut se rappeler que, l’hébreu et le chaldéen sont des langues sémitiques, avec des points importants de convergence entre eux (comme l’ont deux langues indo-européennes, tel que l’italien et le portugais, et deux langues germaniques, comme l’anglais et le suédois).

Coïncidences tels que celle-ci entre légendes composées dans des époques si éloignés les uns des autres cela a du prodigieux, si on pense à la vitesse avec laquelle l’imagination humaine révise, élabore et met à jour ses histoires; Cependant, personne ne devrait croire que les auteurs bibliques n’ont fait que copier du poème « de l’Épopée de Gilgamesh pour écrire le récit du déluge universel de Noé, parce que entre l’épopée babyloniennes et celle juive il y a aussi des différences abyssales.

Et celle qui est la plus importantes concerne le pourquoi, la motivation pour la quel a été déclenché le déluge. En fait, selon la Bible, Dieu l’as fait pour punir les anciens géants à cause de leur méchanceté, au contraire, vous savez pourquoi les dieux Babyloniens ont convenu entre eux de détruire l’humanité? Selon le poème assyrien Atrahasîs, c’est parce qu’ils était trop … bruyants! En bref, ces dieux prennent la peine de détruire la Terre et la vie sur elle seulement pour leurs propre vivre tranquille!

L’arche a forme d’un cube

Oui, c’est vraiment incompressibles. Je parie que vous vous demandez: est-il possible que celui qui nous a fait décide de supprimer tous les hommes jusqu’au dernier juste parce que trop bruyants? Si c’était le cas même pour nous, il nous reste pas beaucoup à vivre, étant donné que la notre a été effectivement définie la «société du bruit » !

Bien sûr, si il nous semble étrange que Dieu puisse se repentir de ses actions, il nous semblera aussi étrange qu’il puisse être dérangé par notre bruit. Cette explication peut nous faire rire, mais pas plus que la jalousie de Junon à cause des aventures amoureuses de son mari Jupiter, qui pourtant était dit être le roi des dieux. Cependant, dans l’épopée de Gilgamesh est dit que Ut-Napishtim a «des amis haut placés», et précisément il est le bien aimé du dieu Ea, qui – en dépit de la décision que tous les dieux ont concerté entre eux de ne rien dire à personne de leur décision de provoquer le déluge – se met derrière un mur de roseaux et commence à lui parler de ce que les dieux avaient intention de faire.

Seulement que de l’autre côté de la paroi, il y a Ut-Napishtim, qui as entend tout, et ainsi a la possibilité de construire une arche, qui a la forme cubique (contrairement à celle de Noé, qui a la forme d’un parallélépipède), dans la quel il se réfugie avec sa famille et tous les animaux. A la fin du terrible déluge qui a duré sept jours et sept nuits, après que «les eaux sont passé sur la terre comme des armées en guerre, » l’arche se pose sur le Mont Nisir (l’Ararat biblique); Ut-Napyshti regarde dehors de l’arche, et voici que « toute l’humanité est devenue boue »!

Puis Ut-Napishtim sort de l’arche, tout juste comme le Noé hébreu, et offre un sacrifice aux dieux. Mais voici une autre différence importante entre le récit de la Bible et le poème mésopotamien: dans la Genèse est Dieu qui veille sur le sauvetage des huit navigateurs dans l’arche, tandis que dans l’épopée de Gilgamesh les dieux semblent perplexes, même agacé, quand se rendent compte que quelqu’un a échappé à leur fureur.

Cependant, cette histoire doit être placé dans un contexte culturel très spécifique, celui de la Mésopotamie du deuxième millénaire avant JC, où les notions de «Notre Père» et «la providence de Dieu » étaient totalement inconnus. Nous sommes à l’antithèse de l’idée de la divinité que avons-nous les monothéistes.

Qui soutient donc que le texte de la Genèse 6:9 ne peut pas être parole de Dieu, parce que il dépend d’un mythe précédente, de origine totalement humaine, parle sans rien savoir de la théologie juive, qui n’a absolument rien à voir avec le coloré et caméléonesque panthéon assyro babylonienne!

Comment il se débrouille Ut-Napishtim? Évidemment, il a de la chance, parce que Ea convainc les autres dieux de le laisser en paix, car ils ont besoin de quelqu’un pour leurs offrir des sacrifices. Et même plus car le héros est transformé en Dieu, et va vivre pour l’éternité avec sa femme sur une île au bord du monde. Pour le reste, je vais vous dire que Gilgamesh lui demande comment on fait pour devenir immortel, puisque lui y a réussi, et l’ancêtre lui révèle que il aura accès à l’immortalité s’il rester éveillé pendant sept jours et sept nuits; mais le héros, épuisé par le long voyage, s’effondre en sommeil. L’épouse de Ut-Napishtim lui offre cependant l’extrême possibilité : aller au fond de la mer pour chercher une plante miracle, qui redonne la jeunesse à celui qui la mange. Gilgamesh plonge en mettant à ses pieds des roches, la trouve et commence le voyage de retour vers sa ville tout heureux avec la plante miraculeuse qu’il envisage de transplanter pour redonner à tous la jeunesse perdue.

Mais le destin est en embuscade: il fait très chaud, Gilgamesh vit un puits d’eau douce et fraîche, appuie la plante sur le bord du puits et y plonge. Malheureusement, arrive un serpent et dévore la plante; immédiatement perd sa vieille peau et redevient jeune (étiologie typique pour expliquer la mue des serpents). Alors Gilgamesh s’assoit et pleure, comprenant enfin que personne ne peut échapper à la mort ou à son inévitable destin.

Ici est bien évidente le contacte entre ce récit et celui de la Genèse à propos du serpent qui corrompt Ève, et c’est pour cela que j’ai conclu le résumé du poème.

Dans l’Orient ancien est toujours le serpent, qui force l’homme à pécher, ainsi que dans l’Occident médiéval est toujours le méchant loupl’animal par excellence, qui voudrait manger les hommes.

Dans l’histoire de la pensée, comme on peut le voir, il y a des constantes préjudiciels auxquels on ne peut pas échapper. Dire cependant, que la tentation d’Ève est une polycopié du dernier désespéré poème Mésopotamien, à la lumière de ce qui a été dit plus tôt, c’est comme dire que la foi des Juifs n’était qu’une variante du polythéisme mésopotamienne, ce qui est clairement une anacoluthe.
En relisant la trame du fantasque poème de Gilgamesh, nous sommes convaincus que la Bible doit toujours être lu en tenant compte du contexte social, culturel et religieux dans lequel elle a été composée:
inspirée oui par Dieu, mais pourtant écrite par des hommes immergés dans un contexte à partir du quel il est impossible de faire abstraction sans faire une bourde effrayante.

Cela est évident lorsque on étudie attentivement quel genre de pensée est attribuée à Dieu par l’auteur biblique (ou mieux, les auteurs de la Bible). En parfait accord avec la théorie de la «rémunération» ce n’est pas une raison futile celle pour laquelle Dieu veut se débarrasser de l’humanité: Il a vu que les hommes sont devenus trop méchants, c. à d. ils ont corrompu sa création.

Dieu ne peut plus les voir s’égarer, commettre des crimes en toute impunité, adorer des faux dieux; et c’est pour cela qu’IL change opinion, que «se repent», même de ce qu’il avait fait avant.

Le désir de justice inné en chacun de nous, par lequel nous frémissons en voyant les perfides triompher dans ce monde et les petits et les faibles piétinées sans pitié, il est automatiquement appliqué à Dieu, qui, contrairement à nous a tous les moyens à sa disposition pour donner leur dû à qui a mal agi.

Le déluge est donc présentée non comme un acte arbitraire, un geste inconsidéré par un maître qui traite nous les hommes comme un agriculteur traite un champ de pommes de terre, mais bien au contraire comme un acte colossal de justice contre les pécheurs (et la justice et l’amour ne sont peut-être pas les caractéristiques du Dieu judéo-chrétien?).
«Il y avait des géants sur la terre »

À cet égard, il vaut la peine de dire quelques mots sur le contexte dans lequel est fixé la tragédie du déluge, car il est très important. Au début de l ‘«histoire de Noé, » dans Genèse 6:4 il est dit: «Les géants étaient sur la terre en ces jours la. Il en fut de même après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’Antiquité ».

C’est un récit très archaïque, pas dans le sens qu’il a été écrit il y a longtemps (la rédaction finale du Pentateuque date du sixième siècle avant JC.), Mais dans le sens que l’origine de la tradition est très ancienne. Entre autres choses, il se trouve dans beaucoup d’autres cultures, non seulement chez celle juive ou mésopotamienne: qui ignore, en fait que la plupart des héros grecs qui ont pris part à la guerre de Troie était descendants des dieux et déesses de l’Olympe?

Achille, le Superman du mythe grec, était le fils de Thétis, la déesse de la mer; Ulysse devait sa ruse au fait de descendre directement de Hermès (Mercure), le dieu des voleurs; Ménélas, roi de Sparte, en plus que être gendre de Zeus à travers la belle épouse Hélène, il descendait lui-même du roi des dieux par Tantale, roi de Lydie, célèbre pour la peine proverbiale, qu’il a reçu dans l’Hadès. La même chose s’applique pour le roi troyen Priam et pour tous ses enfants, descendants de Dardanos, nés de l’amour de Zeus pour Electra, immortalisés par Foscolo dans son poème qui porte son nom «Sépulcres». Puis, Énée qui pour se sortir du pétrin se sert souvent du fait d’être le fils de Vénus.

En dehors des poèmes homériques nous trouvons Œdipe, le malheureux roi de Thèbes, qui descendait de Agénor, roi des Phéniciens, fils de Poséidon et de la nymphe Libye. Même Hercule, le héros grec par excellence, était le fils de Zeus et d’Alcmène, épouse d’Amphitryon, roi de Thèbes, dont Jupiter prend l’aspect pour pouvoir en toute impunité coucher avec la femme; Eete, roi de Colchide à qui Jason parvient à voler la toison d’or, était le fils d’Hélios, le dieu du soleil, ainsi que la magicienne Circé. Même Minos et Rhadamanthe, les deux juges bien connus de l‘Ades (le royaume des morts), étaient fils de Zeus et de la nymphe Europa.

Comme vous pouvez le voir, il semble que l’ensemble de l’Olympe est venu passer du bon temps sur la terre, faisant razzia sur les femmes pour satisfaire leur propre plaisir, et générant ainsi un peuple de demi-dieux dotés de qualités exceptionnelles, qui on pense soit habites dans notre propre monde non seulement dans le passé très lointain, attestée que par des légendes tellement fantaisistes qu’ils sont incroyable, mais aussi dans les temps historiques, comme lorsque se sont produits des faits sérieusement documentés comme la prise de Troie. D’autre part, même Alexandre le Grand a prétendu être le fils de Jupiter Ammon!

Maintenant, pour revenir à la Bible, les «fils de Dieu» dont il est dit dans la Genèse 6 ce sont que des anges. Il ne peut pas être autrement que ainsi, parce que – tandis que les païens avaient de nombreux dieux, et alors on pouvait admettre que ces dieux s’accouplaient avec les «filles des hommes», c’est à dire avec des femmes mortelles – pour les Juifs n’y avait qu’un seul Dieu, ceci était de nature transcendante et ne s’accouplait avec personne!

Donc, ce sont les anges qui décident à un certains moment de s’incarner et de donner vie à une lignée de héros. Les héros sont tels puisqu’ils sont plus forts et / ou plus intelligents que les autres mortels, simplement parce qu’ils ont le sang bleu qui coule dans leurs veines. Ces héros anciens sont appelés «géants». Peut-être parce qu’ils étaient grands? En d’autres termes, ce sont vraiment les «géants» dont ils parlent les romans de fantasia qui ont aujourd’hui beaucoup de chance, c’est-à-dire êtres d’apparence humaine, mais de stature colossale? Vraiment Genèse affirme que, dans ces âges sombres, la Terre était couverte par des hommes hauts comme des cyprès, avec la force d’un éléphant et une méchanceté proportionnée à la taille?

Bien qu’il puisse sembler étrange, un Juif pieux tel que le prophète Baruch l’intente ainsi puisque il les nome ainsi, de «grande taille» dans le livre apocryphe de (Baruch 3:26 et suivants nous lisons:

[26] La sont nés les fameux géants de l’antiquité, de haute stature, expert en guerre; [27] Mais Dieu ne les a pas choisis et ne leur a pas donnez la voie du savoir : [28] ont péri parce qu’ils n’avaient pas la sagesse, sont péri à cause de leur folie.

Peut-être que Baruch avait entendu parler de la légende grecque des Titans, fils du Ciel et de la Terre, qui ont été défaits et écrasé dans le Tartare par Zeus pour avoir osé d’essayer escalader l’Olympe et supplanter les dieux (évidemment, grec ou biblique que ce soit, c’est le destin, que les pauvres géants fassent une mauvaise fin. Il suffit de penser aux ogres des contes de fées, tannées soit par le petit Poucet que par le rusé Chat botté). Mais gardez à l’esprit que il n’est pas nécessairement besoin d’attribuer une taille gigantesque à ces guerriers légendaires. Quelqu’un est un géant, même quand il est tout simplement plus fort que les autres: en fait on n’as pas dit de Cassius Clay qu’il était un «géant de la boxe »?

Une chose est cependant certaine: les Achille et les Hercule dont nous est raconté dans toutes les fables, les légendes et les mythologies, si jamais seraient existait, ont vécu à une époque si lointaine que les auteurs de ces sagas mythologiques ne savent même pas exactement où les mettre.

Alors l’auteur biblique s’en sort indiquant simplement qu’ils ont vécu « avant le déluge ». De même pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, quand on retrouvait des fossiles non identifié, dont on ne savait pas fournir l’âge, car alors il n’y avait pas la méthodes modernes de datation au carbone 14, et d’autre méthodes modernes de datation, on disait qu’ils étaient les restes d’êtres vivants qui ont péri dans le déluge universelle.

Même les premiers fossiles de dinosaure jamais découvert, on été dit anti-déluge et les empreintes de pattes à trois doigts trouvés en Amérique, ont été considérés comme des empreintes laissées par le «corbeau de Noé » après le déluge! Pensez que même le célèbre paléontologue Georges Cuvier (1769-1832), le père du moderne étude des fossiles, a admis pour vrai la théorie dite catastrophique, selon la quel catastrophes de portée cosmiques se seraient périodiquement abattus sur la terre, effaçant toutes formes de vie, qui après, Dieu aurais pourvu à recréer: la dernière catastrophe devait être, en fait, le déluge universelle mentionnée dans la Genèse

Les fils de Seth et les filles de Caïn Cela dit, pour mémoire, je dois vous informer que les Pères de l’Église avaient proposé une autre explication de l’obscure passage biblique dont nous parlons: les «fils de Dieu» seraient des hommes fidèles à Dieu, c. à d. les descendants de Seth mentionnés dans la généalogie de Genèse 5, tandis que les «filles des hommes» seraient les femmes pécheresses, c’est à dire les descendants de Caïn. Les fils de Seth étaient tous pieux, tous dédiés au culte du Seigneur, mais à un certain moment ils ont mariées les femmes Caïnites, et ceux-ci les ont perverti.

Évidemment, c’était à l’œuvre le détestable travail de sexisme qui a conduit certains artistes du Moyen Age à sculpter dans les chapiteaux des cathédrales gothiques l’effigie du diable qui donne la femme à Adam, sexisme qui a conduit Saint-Jérôme à définir la femme « la porte du diable, la voie de l’iniquité, genre nuisibles « !

Or, cette interprétation de la Genèse 6:1-4 est purement romanesque , parce que dans la Genèse il n’existe aucun élément qui puisse faire penser à une identification similaire. L’expression «fils de Dieu» (en hébreu Ben-Elohim) dans l’ancienne tradition juive désigne toujours les ANGES, des êtres supérieurs aux hommes, manifestations de la transcendance divine; par conséquent, vouloir voir en ces versets l’union des enfants de Seth et des filles Caïn c’est une théorie née dans un environnement qui connaissait peu du judaïsme et de la langue d’Israël.

Procéder seulement par association d’idées, on risque alors de faire dire au texte biblique ce qu’il n’a jamais voulu dire, un peu comme les lectures fondamentalistes de la Bible et du Coran que certains font encore aujourd’hui, qui sont basés sur le même principe erronée qui est à la base de cette interprétation fantaisiste.

De toute façon, avec quiconque on voudrait les identifier, tous sont d’accord dans l’affirmation que, bien vite ces géants se sont mis à pécher. Pourquoi font-ils cela? Parce qu’ils sont les enfants des dieux, et pas des mortels ordinaires. Infiniment fiers de leurs prouesses et leur ascendance céleste, ils pensent qu’ils peuvent faire tout ce qui leur plaît le plus, et augmentent ainsi leur méchanceté.

Ceci est une preuve du fait que, comme l’écrit le bibliste Mario Cimosa, ces récits veulent tout juste « nous manifester l’amour de Dieu qui est entré dans l’histoire de l’homme, IL s’est mis à marcher à côté de lui, (…) IL l’as libéré de l’esclavage de lui-même. Et la Bible ne le fait pas d’une façon abstraite et théorique, mais d’une manière concrète … décrivant de façon palpable les événements de «l’homme du temps passé, qui sont les vicissitudes de l’homme de toujours».

 

 

Une femme de 150 ans ? (4/12 Théologie Genèse 1-11) 21 août, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 13:59

vecchia.bmp

4ème de 12 articles de théologie sur les chapitres 1-11 de la Genèse (Une vision de l’histoire).

Da: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm

La longévité des patriarches

Avez-vous vu combien de significations cachées, est possible trouver en analysant attentivement le texte de la Genèse? Et ce n’est que le début: le meilleur est encore à venir. En fait, après l’épisode de l’expulsion de l’Eden et puis l’assassinat d’Abel, est né la nécessité de combler le vide entre Adam et Noé. À Cela pourvois la liste des descendants de Caïn (4:17-24), et puis de Set (chapitre 5), le troisième fils d’Adam et Ève. Eh bien, nous pouvons voir clairement une caractéristique flagrante de ces derniers: leur longévité.

Tous ils vivent pendant des siècles. Adam atteint 930 années, Set 912; Noé les bat, en touchant le seuil de 950 ans; même Mathusalem, le grand-père de Noé, mort l’année de l’inondation, vit 969 ans. Ce sont des âge incroyables: c’est comme si ces gens soit nés en l’an 1000, au temps des duels entre chevaliers et de la lutte pour les investitures, et soit mort sur le seuil de l’ère atomique et de l’espace, après avoir vu la guerre entre les communs et l’empire, le voyage de Marco Polo, la peste noire en Europe, l’humanisme, la découverte de l’Amérique, la Renaissance, la Réforme et la Contre -Réforme, la guerre des Trente Ans, l’Illuminisme, la Révolution française et les deux guerres mondiales! Pensez combien de choses ils auraient à dire!

Est-il possible? Le théologien Anna maria Cenci, encore dans les ans deux mille, répondait oui, avec la motivation que «rien n’est impossible à Dieu» (déjà utilisé avant elle, par l’archange Gabriel). Mais si nous nous allons voire dans les mythologies des peuples voisins d’Israël, nous trouvons de nombreuses similitudes sur lequel nous ne pouvons absolument pas passer outre.

Des tablettes cunéiformes trouvés en Mésopotamie inférieure en est ressorti que les roi sumérien de origines légendaire ont régné pendant des milliers, voire des dizaines de milliers d’années.

Il y a un certain Enmeenluanna roi de Bad-Tabira avant le déluge, qui aurait régné pendant plus de 43.200 années; près de 45 fois plus que Mathusalem qui est considéré l’homme à la grande longévité par antonomase. Et de ce roi on ne peut certainement pas dire qu’il avait la protection du Tout -Puissant! Dites ce que vous voulez, mais ces effrayants longévité ne cessent de m’impressionner.

Il est évident que nous avons à faire, même ici, avec une influence sur le peuple hébraïque de traditions des différents peuples avec qui il est entré en contact au cours de sa millénaire histoire (au prêt de qui, dans ce cas, était prisonnier).

Les Israélites ont absorbée des Chaldéens la conviction que avec le temps l’âge de l’homme a été diminuée, mais étant un peu plus réaliste que eux, ils ont réduit le nombre d’années jusqu’à environ neuf siècles. Mais ils ont fait encore plus: dans le sillage des récits sapientielles de la création, ils ont voulu implicitement donner un sens à ces âge vénérable.

Théologiquement, pour ainsi dire, en dépit du péché primordiale, les hommes dans les premiers temps se sont conservés honnête et craignant Dieu; par la suite, cependant, l’homme perd peu à peu la mémoire des dons de Dieu, il a commencé à pécher, à se fabriquer des faux dieux, et ainsi les hommes ne méritent plus de vivre aussi longtemps: leur âge a été progressivement réduite, jusqu’ aux limites d’aujourd’hui.

Nous sommes confrontés à ce qui va devenir une constante dans la rédaction de la Bible, àl’histoire humaine est appliquée la théorie de la RETRIBUTION, selon la quelle tous les malheurs humains sont des punitions de Dieu, à cause des péchés graves commis.

L’inondation du Déluge, la fin de Sodome et Gomorrhe, l’oppression des Philistins, la division du royaume de Salomon entre Israël et Juda, la captivité babylonienne (et même la destruction du temple en 70 après JC, et l’échec de la révolte anti-romaine de Bar Kochba en 135), sont tous événements « relus » dans cette perspective.

Cela présuppose, bien sûr (au contraire de ce que se passait chez les peuples païennes pour qui mourir jeune dans la bataille était un honneur), que la longévité, pour les auteurs bibliques, est un signe de la faveur divine. Nous sommes aux antipodes de la devise de Ménandre: «meurt jeune celui qui est chère au Ciel! »

« Sa vie ne sera que de 120 ans»

Cette affirmation est confirmée par le fait que la première chose que Dieu fait pour punir les pécheurs est de réduire leur durée de vie moyenne: «Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans » (Genèse 6:3).

Il est très significatif le fait que la personne plus longéve dont on connais exactement les dates de naissance et de mort sur la base de documents fiables était Jeanne Calment, une Française qui est morte le 4 Juillet 1997, à l’âge vénérable de 122 ans!

Plus en avant, cependant, nonobstant encore en époque historiques des personnages tels que Josué, et Tobias sont dit mourir à l’âge de 110 ans, la Bible corrige elle-même; verset 10 du Psaume 90 dit dans un apodictique, «les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, Et pour les plus robustes, à quatre-vingt ans; ».

La durée maximale de la vie humaine est ainsi reportée dans les limites autorisées par la dégradation physique (ne pas oublier que le corps de nos ancêtres il y a 5000 ans n’était pas physiologiquement différent du notre actuelle) c’est, surtout, par les conditions de vie de ces temps, quand la médecine était fondée uniquement sur la magie, et la chirurgie est à considéré comme un saut dans l’inconnu.

Bien sûr, vous pouvez me dire qu’il y a eu toujours quelqu’un, avant même l’invention des modernes vaccins et thérapies médicales, même lorsque le niveau de vie était plutôt bas, qui a franchi ce seuil limite de quatre-vingt ans. Parmi les personnes célèbres du passé qui ont atteint plus que les quatre-vingt ans, et dans certains cas aussi le siècle de vie, nous pouvons nous souvenir de Sophocle (496-406 avant JC), le célèbre dramaturge athénien, auteur, entre autres, de « Œdipe roi »; Socrate (436-338 avant JC), l’orateur et compatriote du précédent; Narsès (478-573), général byzantin qui reconquit partie occidentale de l’empire de Justinien; Aurèle Cassiodore (490-583), historien de la tarde latinité, ministre de Théodoric, et auteur de une « Chronique » universel; Agathon de Palerme (575-681), pape de 678 à 681;

Enrico Dandolo (1108-1205), doge vénitien sans scrupules « sponsor » de la quatrième croisade; Saint François de Paule (1416-1507), le saint patron des marins; Andrea Doria (1466-1560), amiral et homme d’État génois; Tiziano Vecellio (1485-1576), peintre italien de la Renaissance très admiré; Bernard de Fontanelle (1657-1757), savant et philosophe transalpin; Louis de Richelieu (1696-1788), diplomate Parisien; Michel Chevreul (1786-1889), chimiste français; et Vincenzo Gioacchino Pecci (1810-1903), pape de 1878 avec le nom de Léon XIII. Aucun de ceux-ci, cependant, a atteint 120 ans, même pas Saint-Antoine Abate, l’ermite de la Thébaïde, décédé en 357 que, selon certains hagiographes, lors du passage à meilleure vie il aurait eu 105 ans!

À dire la vérité, parfois à la télé on a des nouvelles de gens qui vivent dans les Andes ou dans le Caucase, qui prétendent avoir dépassé 130 ou peut-être 140 ans de vie; mais ces lieux ont en commun l’absence de bureaux d’enregistrement des naissances, et il est logique que les personnes âgées ont tendance à se surélever l’âge par vaine gloire, comme les dames ont, par contre, tendance à la diminuer.

Il est désormais trop bien connu le cas d’une femme noire, une personnes âgées qui voyageait dans le dix-neuvième siècle dans le sillage du cirque Barnum, et qui prétendait avoir été la nourrice de George Washington: si c’était vrai, elle aurait eu plus de 150 ans. Cependant, à sa mort, une autopsie a constaté qu’elle ne pouvait pas avoir plus de 80-90 ans. Donc, avec tout le respect dû à chaque exégèse fondamentaliste, nous pouvons dire que si Mathusalem et C. Ils sont réellement existé, ils n’ont pas dépassé l’âge que Mère Nature donne habituellement à un homme.

Bien sûr, à certains d’entre vous peut se poser un doute: pourquoi aux patriarches ont été attribués ces âge précisément, et non pas d’autres? Quelle est la signification de ces nombres ainsi exagérés?

Des nombres magiques?

Les explications possibles sont nombreux. Il n’est pas exclu que ces âges extraordinaires représentent des nombres magiques. Vous savez très bien quelle est l’importance des nombres pour le peuple juif; C’est encore de nos jours une science, appelée GEMATRIA, qui traite l’étude des nombres, relié à la CABALA.

La cabale n’est certainement pas seulement napolitaine: a été inventé par les Juifs pour connecter des faits historiques à des nombres qui servent non seulement à interpréter le présent, mais aussi pour prédire l’avenir.

Même à cet égard ont été faits, cependant, des l’hypothèse: par exemple, Isaac Asimov émis l’hypothèse que l’âge des patriarches sont exprimées non pas en années mais en mois lunaires; de cette façon, 969 années de Mathusalem seraient réduites à environ 70 années solaires: Alors longue vie, oui, étant donné le temps, mais pas exceptionnelle .

D’autres, en notant que l’âge d’Énoch (365 ans) est le nombre de jours dans une année solaire, ils pensaient que l’âge de son père Jared (962 années) correspond à la période synodique de la planète Vénus ajouté à celui de la planète Saturne, tandis que les 777 années de Lamech serait la somme de la période synodique de Jupiter et de Saturne. En bref, les durées de la vie des patriarches seraient interprétés comme la durée de vie des cycles astronomiques.

Quelqu’un d’autre par contre a supposé que ceux donnés dans la Genèse ne sont que quelques maillons de la chaîne des générations qui d’Adam arrive jusqu’à à Noé, c. à d. de ceux qui sont les plus importants; dans la pratique, toute une série de générations serait synthétisée dans son représentant le plus significatif. Par exemple, 969 années de Mathusalem représenteraient une vingtaine de générations, dont le représentant le plus éminent serait justement le grand-père présumé de Noé, de sorte que serait nommé seulement lui!

Or, même à la lumière du discours que nous avons fait avant, ceci est complètement insensé. Selon le bibliste H. Renckens, en fait, «le prodige d’une tradition que d’Adam parcourrait sans interruption jusqu’à Abraham est complètement sans fondement, et une saine exégèse ne peut absolument pas en tenir compte. » Autrement dit, nous ne pouvons pas prétendre de posséder une mémoire, une «conscience historique» qui arrive loin par ses racines atteignant jusqu’à dans les origines mêmes de l’humanité! Après quatre, cinq, six, au maximum sept générations, il est bien connu que la mémoire collective se perd, si quelqu’un ne met pas tout par écrit!

Il est vrai qu’en Afrique il y a des conteurs qui parviennent à garder à l’esprit les générations et les événements des 5 ou 6 derniers siècles, et en fait dans le film « Racines » vous voyez un seul de ces bardes qui raconte l’histoire de la famille Kinte jusqu’en 1500 ou plus! Mais il y a toujours le soupçon que la mémoire soit déformée: en passant de bouche en bouche, les événements sont transformés, embelli, peut-être chargé de spéciales détails de nature surnaturel, qui font ressembler les annales historiques à véritables sagas mythologiques (cela a été le sort de l’épopée homérique du Ramayana et de la guerre de Troie).

Mais prenez garde, cependant. Dire cela ne signifie pas rejeté en bloc les 11 premiers chapitres de la Genèse, simplement parce qu’ils se réfèrent à la période avant l’invention de l’écriture; et personne ne peut utiliser à la légère des mots catégoriques comme «absolument vrai» ou «certainement fausse » s’il est vrai que la foi est l’incertain pari dont parle Pascal!

Ce que j’ai suggéré, cependant, doit vous apprendre à prendre tout récit antique « cum grano salis » (avec précaution et intelligence).

Par exemple, je me suis toujours demandé, depuis l’enfance, comment a fait Noé à savoir que les eaux du déluge ont dépassé les sommets des montagnes plus hautes de la terre de 15 coudées (sept mètres et demi), comme est dit dans Genèse 7:20 si le patriarche ne pouvait pas regarder hors de l’arche, qui était toute bouchée et recouvert de bitume, sinon l’eau aurait pénétré en elle, ce qui l’aurait fait couler!

Ce n’est pas un cas que pour savoir si le déluge était fini ou pas, Noé a dû se servir des oiseaux, a dû envoyer le corbeau et la colombe, parce que les fenêtres étaient situées sur le toit, sinon l’eau aurait pénétré à l’intérieur. Or comment a fait Noé pour connaître que les coudées étaient bien 15? Ceci, bien sûr, est une annotation mis en place par la tradition plus tard.

Les patriarches antédiluviens

Même les noms attribués aux patriarches témoignent de l’origine «mythique» de ces récits. Adam, comme mentionné, est l’«homme» en général, mais aussi Enos (fils de Seth) signifie « homme » (Énoch en hébreu). Étant donnée que Caïn s’enfuit à (NOD, ce qui signifie rien d’autre que «fugitif») et Abel étant mort, Ève génère un autre homme, Set un homme nouveau à la place de Abel, qui d’autre part, signifie «quelque chose de bref », « chose vaine » (dans l’original hébreu ‘Ebel’ est, littéralement, « souffle de vent « ); c’est aussi le même mot qui résonne dans (l’Ecclésiaste): « Vanité des vanités, tout est vanité » (1:2).

En fait, Abel a vécu une très courte vie par rapport aux autres patriarches! Caïn signifie «possession», et, en fait, Éva (comme vous le savez) dit dans la Genèse 4:1: «J’ai acquis un homme de par l’Éternel » Mais il est clair qu’il y a là une autre allusion: Caïn et ses descendants ont préféré la possession de biens matériels à la jouissance de l’intimité avec Dieu, ce qui par contre était le vouloir des homme juste comme Noé et Abraham. Le troisième fils d’Adam et Ève, Set, porte un nom qui peut signifier «appelé» ou «acquis», en référence à la Genèse 4:25: «Dieu m’a accordé un autre enfant à la place d’Abel, que Caïn a tué « .

Le fils de Caïns’appelle Hénochen hébreu « consacrée à » (sous entendu: Dieu), cela rappelle ces victimes des sacrifices, souvent humaine, offertes par d’autres peuples aux dieux païens au moment de la fondation de nouvelles villes; En fait, selon la Genèse 4:17, Caïn bâtit une ville et lui donne le nom de son premier-né, Hénoch.

Dans la généalogie des Séthites on a Hénochfilsde Seth; Enosch engendre Kénan (nom qui a la même étymologie que Caïn), Kénan engendre Mahalaleel (nom qui peut signifier ‘Gloire à Dieu’), c’est à dire, le père remercié le Seigneur pour lui avoir accordé un fils. Le successif anneau générationnel, Jared, est interprété comme «descente»; qui serait à entendre comme « descendance« , mais le livre apocryphe d’Énoch interprète ce nom plutôt dans son sens littéral, car, durant sa vie les anges appelés «Vigilantes» seraient descendu sur la terre pour enseigner aux hommes la voie de la justice, donnant vie aux demi-dieux qui aurait peuplé le monde avant le déluge.

Du fils de Jared Énoch on en a déjà parlé à propos de son homonyme Caïnite, mais avec la difficulté que à lui n’est pas associé la fondation d’aucune ville; étant donné que sur lui a prospéré une vaste littérature qui l’a voulu dépositaire d’une très vaste sagesse, quelqu’un a pensé à une possible étymologie alternative, de l’hébreu «enseignement». De tous les autres patriarches antédiluviens et postdiluvienne est indiqué l’âge, la postérité et le moment de la mort, selon une formule fixe « X avait N ans, et engendra Y; X après avoir engendré Y a vécu N’ ans, et il engendra des fils et des filles. L’entière vie de X fut de (N + N’) ans, puis il est mort « . La seule exception à ce stéréotype c’est le séthite Énoch, Genèse 5:23-24 qui dit:. « Tous les jours d’Hénoch furent de 365 ans Hénoch marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit. « 

Ces versets mystérieux ont donné naissance à la tradition que Énoch a été enlevé au ciel comme Élie, et en fait, dans l‘ »Orlando Furioso » de Ludovico Ariosto, le Paladin Astolphe le trouve dans le jardin d’Eden avec Élie et Jean l’Évangéliste. Certains ont supposé que Énoch puisse avoir été même une divinité solaire, adoré avant qu’en Israël se soit affirmée le monothéisme, étant donnée que sa vie dure 365 années; Cependant, il n’est pas certain que les Juifs d’il y a 4000 ans fixaient en 365 les jours de la durée de l’année solaire.

Le fils d’Énoch, Mathusalem (en hébreu Metuselah), a un nom qui pourrait signifier «l’homme du dard » (avec signification inconnue), ou « sa mort apportera. » Comme déjà mentionné, il est le plus âgé parmi tous les personnages de la Bible, et pour cela qu’il est entrée dans l’imaginaire collectif comme symbole de longévité.

Mathusalem était le père de Lamech, dont le nom pourrait signifier «Serviteur de Dieu»; ceux-ci seraient morts à 777 années (en fait une date soupçonnée de cacher une quelque sorte de numérologie) cinq ans avant le déluge.

Lamech était le père de Noé, dont le nom est interprété par la Genèse elle-même comme le « consolateur »; En fait, son père Lamech dit de lui dans la Genèse 5:29: « nous consolera de nos fatigues et du travail pénible de nos mains, provenant de cette terre que l’Éternel a maudite. » Il s’agit vraiment de une étymologie postérieur, due à la dite tradition sacerdotale, courant théologique du judaïsme qui s’est développé au moment de la déportation à Babylone (VIe siècle av.). Pour les Juifs, en fait, le nom n’est pas une simple expression vocale, mais l’essence même des choses.

Le premier acte d’Adam, quand Dieu a créé les animaux et les présente à Adam pour se choisir un partenaire, est celui de donner un nom à chacun d’eux (Genèse 2:20): nommer une chose revenait à la posséder, et en fait, dans le livre des Nombres nous lisons que les Israélites ont changé le nom de toutes les villes conquises en Palestine à la fin de leur exode.

Pour eux, il valait d’une manière spéciale donc, le dicton latin: «Nomina sunt omina, » ce qui signifie « les noms sont présages »! Les Juifs ont toujours été tentés d’expliquer la similitude des noms de personnes et de lieu, comme vous pouvez le voir en lisant divers passages de la Bible, comme celui de Genèse 21:22-34, dans lequel l’histoire de l’alliance d’Abraham avec Philistin Abimélech est utilisé comme un indice pour expliquer le nom de la ville de Beersheba.

Une étymologie la plus probable du nom de Noé est celle qui le ramène à une racine sémitique avec le sens de «celui qui s’étend »: évidemment, celui qui prolonge la vie, l’humanité, l’histoire au-delà de la catastrophe de l’inondation; qu’ils devaient mettre fin à tout pour toujours. Noah vient à propos, parce que nous sommes maintenant sur le seuil de la catastrophe effroyable du DÉLUGE UNIVERSAL.

 

 

Genèse 1-11 le livre des pourquoi: 3/12 théologie 18 août, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 11:07

                                     cascata

3° des 12 articles de théologie: Genèse 1-11 Une vision de l’histoire

Récit ou vision de l’histoire?

Du cercle vicieux dont nous avons parlé dans le chapitre précédent on en sorte en se laissant convaincre que toute l’Écriture est la Parole de Dieu incarné en un moment précis de l’histoire humaine. La Genèse, comme une grande partie de notre Bible, n’est pas un vrai RECIT D’HISTOIRE, cet à dire ce n’est pas de «l’historiographie» comme nous l’entendons aujourd’hui; il s’agit plutôt d’une « VISION de l’HISTOIRE», comme l’as écrit d’une façon éclairante le bibliste Mario Cimosa.

En d’autres termes, c’est une histoire revisitée à la lumière d’un précis projet religieux et sapientiel. Dans la Bible, ne manquent pas, bien sûr, de vrais morceaux d’historiographie qui anticipent de quatre ou cinq siècles celle d’Hérodote et Thucydide.

C’est le cas de l’histoire de la succession au trône de David, qui est l’histoire des vicissitudes d’Absalon, Adonias et Salomon décrits à la fin du deuxième livre de Samuel et au début du premier livre des Rois; celle-ci est un véritable récit d’historiographie, et il mérite d’être lu, car il nous montre comment un contemporain décrit les faits auxquels lui-même avait été témoin.

Sous le règne du roi Salomon (environ 970-930 a J.C.), on a ressenti le besoin de donner une légitimité au trône de ce roi après David, parce qu’il était juste l’un des nombreux fils de David, et en plus né d’un mariage de péché; l’un quelconque des fils de David pouvait aspirer au trône, mais seulement Salomon l’avait conquis, et donc il y avait la nécessité de prouver qu’il l’avait fait à juste titre, comme légitime héritier du trône. Et c’est pour cette raison que les faits tels qu’ils se sont produits, peut-être avec quelque touche encomiastique (comme c’était alors en usage) ont été rapporté et consigné par écrit, pour puis converger dans ces livres de la Bible au moment de leur rédaction finale. Le passage cité est donc un rapport qui nous vient directement de il y a 3000 ans!

Déjà les récits des livres des Rois ou les livres des Chroniques, cependant, ne sont pas purement historiographiques. Nous lisons, par exemple: «En telle année du tel roi de Juda, devint roi d’Israël le tel … Qui as règnes tôt années … sa femme est la tel … qui accomplit ces entreprises … meurt de maladie ou en bataille … il lui succède un tel autre … » De suite après, cependant, on peut lire: « et il fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur, car il a diffusé le culte idolâtre … Il n’as pas donné gloire à Dieu comme il se doit … » et ainsi de suite.

Ici, vous voyez déjà à l’œuvre une interprétation de l’histoire, aux côtés de l’histoire véritable et réelle! Ceci n’est plu historiographie nue et crue, pure et simple, parce que dans l’historiographie l’historiographe doit en être absent. Même Josèphe Flavio, le célèbre historien juif qui nous parle de la destruction de Jérusalem en l’an 70, il n’est pas un historiographe impartial, car il est sans cesse à dire son avis, au fur et en mesure qu’il raconte les faits dont il a assisté comme témoin oculaire.

Cela s’applique à des événements dont plus ou moins était connu comment les événements c’était déroulés. Plus ou moins on connaissait quelle était la succession des rois d’Israël, parce qu’il restait des documents attestant cette succession; plus ou moins, on savait quels étapes avait suivi le peuple juif dans son exode d’Égypte à Canaan; et ainsi de suite. Mais on ne savait absolument rien sur les origines du monde et de l’humanité! Par conséquent, certaines réponses du type théologique et sapientielle vont s’incarner dans un récit historique et projeté à l’origine des temps.

Comme je l’ai dit plus tôt, la Bible tend à REPORTER AUX ORIGINES les réponses aux questions posées aujourd’hui. Par exemple, pourquoi le mal existe dans le monde? Il semble évident: parce que le premier homme a commis un péché impardonnable que puis, génétiquement, il s’est transmis de couple en couple à tous les hommes.

Pourquoi nous les hommes, en dépit du fait d’être frères (parce que nous sommes descendus d’un seul couple), nous nous tuons entre nous? Parce que déjà le fils du premier homme a commis un péché grave, Caïn tua Abel, et depuis lors, cette tentation meurtrière est transmise, elle aussi, pour ainsi dire «génétiquement» de père en fils.

Pensait à Lamech, arrière petit-fils de Caïn, qui hurle: «J’ai tué un homme pour une blessure et un jeune homme pour ma meurtrissure: Caïn sera vengé sept fois, et Lémec soixante dix-sept fois » (Genèse 4:23-24.) Selon certains, l’homme tué était son ancêtre Caïn, comme on peut voire dans les mosaïques du baptistère de Florence). Et pas seulement que ça: Dieu pourrait-il se lasser de l’humanité? A cette question, la Bible répond avec la construction de l’histoire du déluge. Pourquoi les hommes ne vivent pas ensemble dans la paix, mais sont divisés en tant de peuples ayant tant de langues et de traditions différentes, qui se font la guerre les uns contre les autres? Répond l’épisode de la Tour de Babel et de la diaspora ultérieure des peuples de toute la terre. Récits mythiques et des contes légendaires

Donc, jusqu’à Genèse 11, nous sommes en présence d’histoires qu’ils veulent répondre à des questions spécifiques. Mais ce n’est pas assez. Ceux que nous voyons décrit dans ces chapitres (pour ceux qui ne s’en souviennent pas, je les ai tous répertoriés sur cette page) sont des événements qui se produisent encore aujourd’hui, dans l’histoire de tous les jours.

En n’emporte quel jour que nous vivons, Caïn tue Abel (il suffit de regarder les guerres en Bosnie, en Irak, en Irlande du Nord, en Terre Sainte elle-même! Et puis l‘Afghanistan, le printemps arabe et ses conséquences, la Syrie, le califat ……). Pourtant, l’histoire de Caïn tuant Abel est projetée à l’origine de l’humanité, juste pour voir que tout était ainsi depuis le début, et sera toujours ainsi, à cause d’un péché: un péché ORIGINEL, que nous (à la lumière de cette discussion), nous ferions mieux à appeler NATUREL, car inhérente à chaque homme.

À juste titre le grand Pascal dit, à cet égard, que «Adam est mon père, mon fils et moi sommes! » En fait, qu’est-ce que signifie le nom « Adam »? Habituellement il est traduit par «terre», car tel est le sens du mot «Adam», le patriarche ayant été formé avec la terre du sol. En réalité, cependant, le sens exact d’Adam est … « HOMME », c. à d. signifie et indique toute l’HUMANITE ! (puisque Adam est un collective). Toute l’humanité a agi comme Adam, se comporte comme Adam et se comportera comme Adam; Cet à dire, il désobéit à Dieu par fierté, il fait ce qu’il ne doit pas faire parce qu’ils pense qu’en faisant ainsi, il deviendra comme Dieu; et c’est ainsi que viennent tous les maux de l’humanité! Alors, il n’est pas vrai que nous nous transmettons de génération en génération le péché d’un autre, parce que la théologie n’explique pas pourquoi un péché commis par nos ancêtres doit être expié par nous!

Rappelez-vous ce qu’ils ont demandé une fois les disciples à Jésus, à propos de l’aveugle-né? «Qui a péché, cet homme ou ses parents, parce qu’il est né aveugle? » Et Jésus leur répondit: «Ni lui as péché, ni ses parents, mais il en est ainsi parce qu’il se manifestent en lui les œuvres de Dieu » (Jean 9:2-3) On ne peut pas pécher dans l’utérus de sa mère, bien sûr, ou être puni pour une infraction commise par ses ancêtres. En fait, notre péché est «naturel» parce que nous, en vivant, disons AUTOMATIQUEMENT non à Dieu, nous agissons selon des modèles de vie erronées, nous pratiquons l’orgueil, l’envie, la colère, la paresse, la luxure .. .

Ainsi, l’intention, le but de Jésus est notre rédemption de ce péché est aussi de nous racheter de cette « nature de péché », c’est -à- dire, il veut nous enseigner la vraie voie pour que nous soyons racheté par LUI en l’acceptant comme exemple à suivre, et ne plus obéir à une loi! En ce sens, il a dit: « Je suis le chemin, la vérité, la vie. Nul ne vient au Père que par moi.» (Jean 14:6).

Et en fait, comme l’a justement dit Mario Pomilio dans son beau roman « Le cinquième évangile » Jésus « n’as pas laissé une loi à la quelle obéir, mais un exemple à suivre »! Voila, sans tenir en due considération cela, il n’est pas possible comprendre le vrai sens du récit de la chute dans le péché.

Dans cette optique, il est possible de faire une nouvelle division du texte biblique, différent de celui des cinq «histoires» successives que j’ai nommés au début:

Genèse 1 à 4: Récits du Type LÉGENDAIRE – SAPIENTIEL ; Genèse 5 au 11 janvier: Récits du Type MYTHOLOGIQUE; Genèse 12-50: Récits du Type HISTORIQUE-SAPIENTIEL

Aucun de ceux-ci est donc bien «historique», pour les raisons que j’ai expliquées précédemment, il y a toujours une recherche du plan de Dieu sous-jacent aux événements terrestres, même dans les descriptions des événements d’Abraham et de ses descendants, qui sont pourtant encadrables dans un précis contexte géopolitique (comme nous dirons plus tard, sont «historiquement vérifiables« ). A ce point, je sais que beaucoup d’entre vous seront scandalisés parce que j’ai osé utiliser des mots tels que « mythologique » et « légendaire » à propos de la Bible. Il faut nous expliquer bien: une légende est un conte qui n’a pas de fondement historique, une véritable plate-forme pour travailler et de laquelle partir, mais est conçu pour répondre à quelques questions, qui, sinon, resteraient non résolus, et donc pour satisfaire la curiosité de l’homme.

Les contes de la création du monde et de l’homme, de Adam et Ève, de l’expulsion du jardin d’Eden, de Caïn et Abel, de Lamech ce sont des contes de ce type, c. à d. qu’ils veulent apporter des réponses aux problèmesactuels, concrètes.

En ce qui concerne les contes MYTHIQUES, vous savez qu’ils – contrairement aux légendes – ont toujours en eux un résidu de vérité historique; seulement que le fameux « noyau historique » est si bien cachée que on n’arrive plus à en retrouver la trace.

Ce sont tels les contes des géants, du déluge, de la régénération de l’humanité, de la tour de Babel, et ainsi les généalogies des patriarches d’Adam à Noé et de Noé à Abraham.

Cela mérite une discussion à part, car ici, il s’agit d’effectuer une «charnière» entre les contes purement sapientiales, tels que ceux de la création (et pas seulement du cosmos et de l’homme, mais aussi du mal et de la haine entre les êtres humains), et des contes les plus ancrées dans l’histoire, comme les aventures des patriarches, qui sont classables dans une période historique particulière (du XIXe au XVIIe siècle avant J. C. dont il existe des preuves archéologiques concrètes, et non dans l’indéfinie époque des contes de fées. Cette charnière est constituée par les MYTHES.

La première Carte Géographique de l’histoire

Il faut au fait garder à l’esprit que ce n’est pas facile d’écrire l’histoire des âges dont personne ne sait rien. C’est comme si nous voulions écrire l’histoire de l’Allemagne médiévale en ayant à disposition que les poèmes des Nibelungen et les contes des frères Grimm! Eh bien, lorsque les rédacteurs bibliques ont rassemblé toutes les traditions existantes pendant et après l’exil à Babylone, donnant vie au Pentateuque (qui donc a eu une longue transmission orale bien avant la mise par écrit), se sont trouvés dans la même situation: ils avait à leur disposition seulement quelques légendes populaires, et ils devait écrire l’histoire de tout un peuple, si ce n’est carrément de l’humanité!

Ici, en effet, la narration implique encore l’ensemble de l’humanité, alors que ce sera seulement avec Abraham qui on entrera dans le sujet particulier des ancêtres du peuple juif. Pour nous le confirmer vient un élément que je ne peux pas m’empêcher d’en faire un rapide survol, car elle démontre sans équivoque la nécessité d’interpréter le texte de la Genèse. Cet élément est représenté par la MAPPE GEOGRAFIQUE contenue dans le chapitre 2, entre les versets 10 et 14.

edenMappaDelMondo

Une mappe du monde décrit en Genèse 2:8-14

C’est vrai: celle contenue dans ces versets n’est pas – comme il pourrait sembler à première vue – une description luxuriante et magique du jardin d’Eden, elle est seulement un peu moins que une représentation cartographique du monde connu à l’époque de l’auteur biblique. En fait, au verset 10 un fleuve sort du jardin et se divise en quatre, dirigeant ses branches vers les quatre points cardinaux, comme vous pouvez clairement voir dans la figure qui est une reconstruction faite par moi même. De ces cours d’eau nous sont fourni les noms hébreux: Pischon, Guihon, Hiddékel (le Tigre) et l’Euphrate.

Les deux derniers sont immédiatement reconnaissables, car ils correspondent à nos Tigre et l’Euphrate (le premier, il est dit que « coule à l’orient de Assour », c’est-à-dire de l’Assyrie). L’autre, cependant, reste tout à fait mystérieux, et les commentateurs s’en sont donné à cœur joie à l’identifier.

Il est probable que le fleuve Ghihon correspond au Nil, vue que de lui il est dit que «entoure tout le pays de Cush, » et que le pays de Cush, comme nous le verrons plus tard, est généralement identifié avec l’Éthiopie. Il est vrai que le cours du Nil ne s’approche jamais moins de 1500 km à ceux du Tigre et de l’Euphrate, mais à cette époque les régions au-delà du Croissant fertile était connu si peu, que, selon certains géographes Latins le Nil naissait dans l’Atlantide, et le golfe Persique était formé par la mer Caspienne! Certaines au contraire identifient le pays de Chush avec celui des Kassites, un peuple à l’est du Tigre, qui a connu une période de grande splendeur entre 1600 et 1200 avant JC, avant la montée des Assyriens. Le Ghihon alors il serait un affluent de droite du Tigre (parmi les possibles candidats : le Grand Zab, le Petit Zab, l’Adh Adhaim, la Diala et le Karkheh).

L’identification de Pison est plutôt liée à celle de la «terre de Avila, » qui à son tour n’est certainement pas facile à localiser, et cela en partie parce que la description que nous donne l’auteur biblique n’est pas sans rappeler un pays de conte de fées riche en or, du bdellium et la pierre d’onyx. Selon certains, il s’agirait d’une contrée mythique, qui sera situé du côté de l’Inde ou dans la touranienne, de sorte que le Pison serait identifié rapidement avec l’Indus (ou même avec le Gange ou l’Amou-Daria).

Cependant, en Arabie habitait au moins deux tribus arabes connus avec un nom très similaire à ceci, que les géographes arabes rapportent dans la forme Hawlan. Ces tribus sémitiques auraient occupé la pointe plus à sud de la péninsule arabique, traversant d’ici la Mer Rouge pour atteindre la côte africaine, où Pline l’Ancien et Ptolémée parlent de la ville de Avalis qui se tenait près du moderne état de Djibouti, et qui aujourd’hui serait connue sous le nom de Zeilah.

Dans Genèse 25:18 il est dit que Ismaël « habitait depuis Avila jusqu’à Schur, qui est le long de la frontière de l’Égypte dans la direction de Assur en Assyrie. » Étant donné que les Ismaélites étaient certainement les ancêtres des Arabes d’aujourd’hui, il semble probable que Avila était une contrée de l’Arabie au sud de l’Euphrate.

Isaac Asimov (1919-1992), le célèbre auteur de science-fiction d’origine juive, a suggéré que le Pison puisse être un affluent qui se verse dans l’Euphrate à partir du sud-ouest; avec l’assèchement progressif de la région arabique, dans les temps historiques, il serait disparu. Ou plutôt que ce fleuve il serait déjà disparu au temps de l’auteur biblique, mais qui en son temps le nom de Pison était encore comme en vie dans les récits mythiques entendu à Babylone.

Une hypothèse intéressante, mais très difficile à prouver. Pour d’autres, cependant, Avila serait également placé dans l’actuelle Éthiopie (mais il y a ceux qui parlent de contrées encore plus méridionales de l’Afrique!) Cependant, même ceux qui soutiennent cette hypothèse continuent à voire Pison dans un des fleuves Indiens. Donc, c’était tout monde habité que l’auteur inconnu de ce passage voulait nous décrire! Cela peut signifier que, dans son esprit, toute la terre, avant la désobéissance d’Adam et Ève, était le paradis terrestre

 

 

Le Monde, Sur quoi prend appuis ? (2/12 théologie Genèse 1-11) 7 août, 2014

Classé dans : Théologie — Sentinelle Chrétienne @ 14:19

imagesCANUPXQ9

De: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm Une vision de l’histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

2e article ’Théologie de Genèse 1-11 Une vision de l’Histoire
Un conte sapiential:
(qui nous parle sagement et  savamment selon les connaîssances du moment)

Alors, quelle est la bonne façon d’interpréter les «jours» de la création? Les comprendre comme une séquence chronologique d’événements successives, tels que la rigide scansion temporel l’indique, est une lecture fondamentaliste, digne des Témoins de Jéhovah. Au lieu de cela, notre histoire de la Création est un récit sapiential ! L’homme se pose des questions et tente d’y répondre avec les outils qui lui fourni son époque.

Nous aujourd’hui, qui avons à portée de main les mathématiques et la physique moderne, nous répondons comme bien nous le savons, en pouvant construire des théories cosmologiques complexes tels que le Big Bang, la relativité générale, la mécanique quantique, la structure des atomes, l’évolution des étoiles, la matière et l’énergie obscure, l’inflation, les trous noirs …

Or, dans ces temps là, toutes ces connaissances N’EXISTAIT PAS et donc les hommes aux questions qu’ils se posait ont dû répondre comme ils le pouvaient, c’est-à-dire de la façon qui nous est connu: avec la force de ses mains, ainsi q’un potier moules l’argile, Dieu plasma le chaos informe et le transforme en une œuvre achevée, en réalisant ce beau cosmos que nous pouvons admirer.

Affirmer que ce récit (de tipe sapientielle) décrit minute par minute et seconde par seconde ce qui s’est passé dans les sept premiers jours de vie de l’univers, ainsi qu’un chroniqueur note les faits sur un calepin ou ordinateur portable ou comme un cameraman qui fait des prise de vue d’un événement ou avec l’appareil photo, cela signifie l’invalidation d’un seul coup des siècles de la recherche scientifique, vers laquelle Dieu lui même nous a poussé dans Genèse 9:1-2 («Multipliez-vous et possédez la terre! »).

Il est évident que la science moderne donne des réponses différentes aux mêmes questions qui on se posait alors: par exemple, les premiers chapitres de la Genèse disent que tout a été créé par Dieu DIRECTEMENT, le soi-disant «créationnisme», et que toute l’espèce humaine vient à partir d’une seule paire, le soi-disant « monogénisme« . Aujourd’hui, cependant, les dernières théories prétendent que le cosmos tout entier S’EVOLUE progressivement encore de nos jours, le soi-disant «évolutionnisme», et probablement l’espèce humaine, ainsi que toutes les autres espèces, il ne provient pas d’un seul couple, mais de tout une COMMUNAUTÉS de proto-géniteurs le soi-disant « polygénisme« .

Alors, comment peut-on concilier cela? A noter que Adam = homme, est un collectif et signifie précisément « HUMANITE’ » (Köhler), Luter est du même avis puisque il a traduit très bien avec « Menschen » ‘’Hommes’’ Donc la Bible nous raconte que Dieu a crée non pas seulement un homme, mais l’Humanité, nos proto-géniteurs.

Le fait est que la Bible n’est pas un livre d’histoire ou de science, comme la Divine Comédie n’est pas un livre de géophysique, mais ne faut pas tourner en dérision ni l’un ni l’autre, en utilisant la science moderne, comme cela se fait dans de nombreux ambiants «culturelle» à la fois de gauche que de droite. On ne peut pas prétendre affirmer: «En ces jours la, ils ne savaient pas quoi répondre, en l’absence d’une base scientifique solide, ils ont fourni les réponses manifestement erronée, et maintenant nous allons prendre soin de donner les bonnes réponses. » Chef de cette école de pensée est le positiviste français Auguste Comte (1798-1857), auteur de la théorie de la soi-disant des «trois stades. »

L’histoire de l’humanité aurait connu trois étapes: la théologie (c.-à-d. MITIQUE), dans lequel les phénomènes naturels sont considérés comme des manifestations d’agents surnaturels, dont, aux forces de la nature on lui attribue un esprit, un «Manitou», comme disent les Amérindiens; la métaphysique (c.-à-d. RELIGIEUX), dans lequel existe un Dieu créateur (ou plusieurs) qui, du haut des cieux, génèrent et gouvernent l’ensemble de la nature; et, enfin, le positive (scientifique), dans lequel l’homme se rend compte que à gouverner l’univers sont seulement les lois de la physique, et en plaine autonomie enquête sur l’univers en abandonnant les vieilles croyances religieuses et mythiques.

Tout cela est tout simplement ABSURDE. On ne peut diviser l’histoire humaine en trois parties de cette façon la: plutôt l’humanité dans toute son histoire Est à la recherche continuelle de ses ORIGINES en se demandant, «Pourquoi j’y suis moi et il n’y a pas le rien? » «Pourquoi je ne suis pas ailleurs mais je suis ici? » «Pourquoi dois-je mourir? » etc.

Dans le passé, l’homme a donné des réponses à ces questions adéquates à la connaissance de son temps; Aujourd’hui, par contre, fournit des réponses différentes, mais cela ne signifie pas qu’ils sont en contradiction les uns avec les autres: il faut entrer dans le véritable esprit du récit biblique.

Tous les premiers chapitres de la Genèse sont un excellent conte étiologique, tendu à rechercher les CAUSES des choses, avec des outils qui était adaptés à la culture de l’époque plutôt primitive. Cela ne veut pas dire que, pour l’époque dans laquelle ils ont été formulés, ces hypothèses ont moins de valeur que ceux qui nous avançons aujourd’hui: tout est «relative» au moment historique. Et nous nous en rendons compte si nous analysons la COSMOLOGIE dans laquelle sont situés les histoires que nous étudions.

La cosmologie biblique

L’homme a toujours essayé de décrire l’univers autour de lui, élaborant cosmologies parfois incroyablement réaliste et parfois incroyablement fantaisistes. Pour vous en donner une idée, il suffit de mentionner l’ancienne conception hindoue, selon laquelle le monde était soutenue par quatre éléphants en tant que piliers, à son tour, se reposant sur une tortue gigantesque, qui à son tour reposait sur un cobra colossale; les mouvements de ces animaux seraient à l’origine pour produire les tremblements de terre. Gardez à l’esprit cette représentation, puisque nous y retournerons ci de suite; En fait, en dépit de la forte imagination de celui qui l’a rédigé, elle est symptomatique de toutes les cosmologies antiques!

En fait, le raisonnement suivi pour arriver à les dessiner est très simple. Essayons de nous mettre dans la peau d’un homme qui a vécu autour de 550 avant JC en Mésopotamie, et en particulier un Juif qui est en train de passer dans le Second Empire babylonien les années amères de son exil.

La première chose qu’il va se poser est: «pourquoi le monde reste immobile? » Tout pour rester en équilibre, doit s’appuyer sur quelque chose d’autre; à soutenir le monde doit alors pourvoir des colonnes d’une taille suffisante. Si quelqu’un d’entre vous a déjà entendu parler de la légende Sicilienne de Cola Pesce, une créature par moitié homme et par moitié poisson de la mer, se rappellera certainement que même le royaume de Sicile était dit s’appuyer sur trois piliers.

Mais ceux-ci, à leurs tour, doit s’appuyer sur un fond, qui est localisé dans le Shéol, le séjour des morts, qui coïncide à peu près avec l’Hadès d’Homère: toutes les religions ont toujours placé la demeure des morts dans le monde souterrain puisque celui qui meurt est dit «perdre la lumière du jour. » Il n’y a donc rien d’étrange qui soit ceci à soutenir la Terre et ses colonnes. Oui, mais ce séjour des morts, à son tour il s’appuie … Où ?

Comme on peut le voir, c’est le serpent qui se mord la queue. Pour mettre fin à cette interminable succession sans fin de colonnes et de piédestaux, a été trouvé le soutien absolu de tout dans l’Abysse (hébreu Tehom), une réalité mystérieuse et inaccessible avec des moyens humains, dont la nature vient à identifié avec le chaos primordial, celui sur lequel se « mouvait l’Esprit de Dieu » dans Genèse 1:2, et sur lequel, comme sur un piédestal, le Seigneur a érigé la création.

Il s‘agit, en tout cas, d’un cratère maléfique, parce que imaginé comme l’exacte contraire de Dieu, parfaite Ordre et suprême Ordinateur, et est donc considéré comme le siège des mauvais esprits et, plus tard, des âmes des damnés. Il convient de noter que le mot hébreu Tehom dérivé de la même racine sémitique de Tiamat, la déesse de l’eau saumâtre dont j’ai parlé à propos dell’ »Enuma Elish »!

En fait, les eaux ne sont pas seulement concentrées dans les rivières et les mers, le ciel est bleu, et cette couleur peut être due à un océan Céleste sans bornes, qui surplombe la tête des hommes comme une épée de Damoclès.

Sous le niveau du sol cet Océan finit par se confondre avec le grand abîme, afin d’entourer et de menacer l’ensemble de l’univers créé. Même la Grande Tortue des Hindous selon certains nagerait dans un océan infini qui n’as pas besoin, ni de rive, ni de profondeur, qui fait de base immobile pour tout le reste: il semble incroyable, mais la structure de cette vision cosmologique est la même que celle, apparemment plus évolué en vogue dans le Croissant Fertile à l’époque de l’exil à Babylone!

En lieu et place des piliers du monde il y a quatre éléphants, au lieu du séjour des morts est la tortue cosmique, mais tout se termine par s’étayer dans le célèbre océan primordial, représenté par le cobra dans toute sa dangerosité.

cosmologia

Pour vous rendre plus claires les choses, j’ai fait le modèle que vous pouvez voir ci-dessus, en le regardant vous pourrez vous rendre compte du pourquoi dans le deuxième jour, de l’éptamerone avant même que de soulever les continents et les remplir de la vie, Dieu sépara les eaux du dessous (l’océan souterrain) de la partie supérieure (le bleu océan céleste); mais, si on ne tient pas compte de cette cosmologie, on ne peut même pas comprendre le déluge.  

Pourquoi les Juifs avait tant de peur d’être exterminés et submergé par les eaux ? Tout simplement parce que s’imaginait êtres entouré d’eau de tous les côtés! Sachez que la mer et, en général, les grandes étendues liquides pour l’ancien Juifs étaient synonyme de CHAOS . Les Israélites n’étaient pas un peuple de marins comme les voisins Phéniciens, ils étaient des gens de la terre ferme, habitués au désert et à l’agriculture dans les collines de la Galilée et des montagnes de Juda. Donc, pour eux, la mer représentait instinctivement un ennemi, et même un gigantesque RIEN. Il n’est pas surprenant, que dans le livre de Job, la mer est personnifiée par le Léviathan, monstre terrible des eaux primordiales, et dans le livre de Jonas dans le gros poisson qui avale le prophète récalcitrant.

La mer est donc peuplée par des monstres du chaos originel, qui à tout moment, si Dieu ne serait pas la pour veiller continuellement sur sa création, ils pourraient être ramené à la vie et porter l’univers tout entier avec sa splendeur à un immense désert d’eaux. Ainsi, même la cosmologie la plus naïf devient précieuse, car elle nous aide à savoir comment ils pensaient les hommes qui ont vécu dans le passé plus lointain, en réfléchissant sur leur la mentalité, même si aujourd’hui ce n’est plus acceptable.

Sans connaître en profondeur cette façon de penser, vous ne pouvez même pas commencer à comprendre un texte ancien, ni le texte biblique. Vous êtes susceptibles de vouloir faire penser les ancien avec notre tête de moderne, en faisant des erreurs colossales, telles que celles contenues dans certains poèmes courtois qui décrivent Jules César, Alexandre le Grand ou les héros de la guerre de Troie comme des raffines chevaliers médiévaux …

C’est Dieu ou Baal qui gronde sur les eaux?

Je veux faire un autre exemple classique. La célèbre histoire (très archaïque) contenue dans Exode 4:24-26, selon laquelle Moïse était sur le point de mourir parce que «Dieu était venu à sa rencontre, …. L’Éternel l’attaqua et voulut le faire mourir  » et qu’il a été sauvé par sa femme Séphora qui « coupa le prépuce de son fils, et le, jeta aux pieds de Moïse, en disant: Tu es pour moi un époux de sang » de sorte que «l’Éternel le laissa  » ne peut pas être comprise que à la lumière d’une mentalité polythéiste, spiritiste, dont Israël encore dans la période tardive luttait pour se libérer!

Au lieu de dire « l’esprit du mal l’as pris» et «l‘as laissé» est utilisé comme sujet l’unique Dieu, mais la substance ne change pas. A côté d’une sensibilité religieuse très avancée, à côté des rites du temple adressés vers le Dieu unique, a vécu en même temps une mentalité MAGIC, faite aussi de pratiques propitiatoires de ce type (et le fils de Moïse a eu de la chance: car les Cananéens sacrifiait leurs premiers-nés au dieu Baal!).

Identique discours vaut pour le proverbiale bouc émissaire envoyé dans le désert pour racheter les péchés de toute la communauté selon Lévitique 16, et pour la colonne de fumée et de feu qui a accompagné les Hébreux dans le désert (Exode 13:21-22). Ce sont toutes des images prises de la mythologie des peuples païens qui vivait tout près à Israël, comme pour la cosmologie babylonienne; seulement qu’Israël en fait un usage différent de celui des peuples qui l’entourent, en les appliquant à son Dieu unique.

Cela s’applique également au célèbre Psaume 29:3-4, qui récite: «La voix de l’Éternel retenti sur les eaux, le Dieu de gloire fait gronder le tonnerre; L’Éternel est sur les grandes eaux. La voix de l’Éternel est puissante, la voix de l‘Éternel est majestueuse. »

Presque certainement à l’origine le psaume récitait: « Baal tonne sur les eaux »! Il s’agit en effet, très probablement, d’un hymne au dieu cananéen Baal; Toutefois, lorsque Israël a conquis la Palestine, cet hymne lui plaisait tellement qu’il a décidé de le prendre dans sa liturgie, en changeant le nom de Baal avec celui de l’Éternel.

On en déduit que la Bible ne pousse pas soudainement, comme un champignon dans le désert; elle est plutôt ancrée à une précise et particulière réalité historique, politique, géographique, sociologique … Pensons à la conquête de Canaan par Israël, il ne s’agit pas certainement d’une entreprise pacifique. Les Juifs ont du exterminer des populations, raser au sol des villes entières; et, quand ils ne l’ont pas fait, Dieu les a punis, parce que Dieu lui-même, selon le livre de Josué, il voulait qu’ils soit exterminés, sinon le paganisme de ces populations pourrait contaminer le monothéisme absolu d’Israël.

Donc, nous nous demandons: comment cela peut être possible « LA PAROLE DE DIEU? » Comment peut-il être parole divine le commandement de tuer des enfants, même si païens? Et, si nous doutons de l’inspiration divine de ces histoires, qui décrivent des événements qui se sont produits dans histoire et archéologiquement recensé, encore plus alors comment pouvons-nous croire que c’est la parole de Dieu l’histoire de la séparation des eaux en supérieure et inférieure, alors que nous savons très bien qu’il n’y a pas des eaux supérieures au dessus de notre tête? Si Dieu a créé l’univers (le cosmos), il ne savait pas peut-être comment il était fait? Pour la solution de ce problème, nous allons consacrer le prochain chapitre.

 Le livre des pourquoi: 3/12 théologie de Genèse 1-11

 

123
 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux