SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 janvier 2017

L’importance du sacrifice de Jésus pour notre Salut 22 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 16:36

NeCreinsPas

La Bible affirme de manière claire, « L’âme qui pèche, c’es celle qui mourra, » et « le salaire du péché, c’est la mort » (Ézéchiel 18 : 20 ; Romains 6 : 23). Dans le gouvernement moral de Dieu, Il a ordonné que la mort physique et éternel soit la peine appropriée pour le péché. Des gens peuvent réagir contre ce décret de Dieu, estimant qu’il soit injuste ou extrême, mais leurs protestations ne servent qu’à démontrer à quel point le péché les a aveuglés à la vraie nature du péché. Le fait que Dieu exige une peine si radicale devrait leur apprendre, non la brutalité de Dieu, mais l’horreur du péché. Pourtant Dieu, dans son amour insondable pour l’être humain pécheur, a aussi ordonné que la peine pour le péché puisse être payée par un substitut, et que ce principe soit basé sur le système de sacrifice que nous trouvons dans L’Ancien Testament. « Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur l’autel afin qu’il vous serve d’expiation pour votre vie, car c’est par la vie que le sang fait l’expiation. » (Lévitique 17. 11).
Même si un être humain voulait le faire, il ne pouvait s’offrir lui-même en paiement pour ses péchés, car son péché l’avait disqualifié d’être un sacrifice acceptable. Par conséquent, l’Ancien Testament permettait d’offrir certains animaux choisis dont le sang était versé pour se substituer aux péchés de ceux qui se repentaient et mettaient leur confiance en la révélation de Dieu.

Tous les animaux innocents et sans tache qui sont devenus des sacrifices dans l’Ancien Testament anticipaient le grand Sacrifice, celui accompli par Jésus-Christ sur la croix du calvaire. Jean-Baptiste le présenta en disant, « Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde » (Jean 1. 29). La peine imposée par Dieu sur le péché est à la fois juste et aimante, car Dieu Lui-même, en la personne du Fils, paya ce prix pour tous ceux qui l’accepteront comme leur substitut.
Dieu le Fils, revêtu de forme humaine, versa son sang pour le péché des humains, s’acquittant ainsi de toutes les exigences de la justice divine. Et par ce sang précieux, Dieu s’est révélé à la fois « juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus » (Romains 3. 26).

La Bible dépeint l’être humain non-croyant comme étant esclave du péché et elle parle de sa libération de la même manière que le rachat des esclaves du monde antique. En Christ, « nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Éphésiens 1. 7). « Ce n’est pas par des choses périssables – argent ou or – que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre … mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache » (1 Pierre 1 : 18-19).
En dehors de Jésus-Christ, tout le monde est séparé de Dieu. La rébellion du péché a créé un gouffre entre Dieu et les êtres humains qui sont humainement infranchissable. Pourtant, le sang de Christ a créé le pont entre Dieu et les êtres humains.

  »Mais maintenant, en Christ-Jésus, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang de Christ. » (Éphésiens 2. 13). « Mais en ceci Dieu prouve son amour envers nous; lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. A bien plus forte raison, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. » (Romains 5. 8-9).
Le péché de l’être humain produit une pollution du cœur que seule la grâce de Dieu puisse la purifier. Et cette grâce se manifeste dans l’efficacité du sacrifice de Christ. Ainsi l’apôtre Jean déclare, « le sang de Jésus son Fils, nous purifie de tout péché » (1 Jean 1. 7). S’il est vrai que Dieu ne peut regarder le péché, nous pouvons quand-même connaître son regard plein d’amour à cause du sang de Christ.

L’aperçu de l’avenir glorieux que nous fournit l’Apocalypse nous dit ceci: « Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu et lui rendent un culte jour et nuit dans son temple » (Apocalypse 7 : 14-15).
La Bible souligne le sang de Christ parce que c’est uniquement par son sacrifice que nous pouvons trouver le pardon, la purification, la réconciliation, le salut, et la gloire! « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3. 16).

Si la Bible affirme que “Dieu est amour” (1 Jean 4. 8, 16), elle ne présente pas l’amour comme unique attribut de Dieu. Partout les Écritures décrivent Dieu comme Saint par excellence (Psaume 99. 9 ; Ésaïe 5. 16) – saint dans son caractère (Psaume 22. 4 ; Jean 17. 11), saint dans son nom (Ésaïe 57. 15 ; Luc 1. 49), saint dans ses œuvres (Psaume 145. 17), saint dans son Royaume (Psaume 47. 9). La raison pour laquelle les chrétiens peuvent faire entièrement confiance aux promesses de Dieu, c’est parce que Dieu les a authentifiées par sa sainteté (Psaumes 89. 35).
La Sainteté de Dieu implique une séparation stricte de tout péché et une justice parfaite dans le traitement des péchés de ses créatures. Si Dieu violait cet attribut de base, alors son pardon ne vaudrait pas grand-chose. Quelle valeur peut-on accorder au pardon de quelqu’un qui ne cherche pas l’excellence ? Le concept même du salut devient réel dans la mesure où l’on commence avec la Sainteté de Dieu. Le péché, par conséquent, n’est pas une simple bagatelle, à être minimiser ou ignorer à notre convenance. L’existence du péché exigeait une réponse.
L’apôtre Paul a abordé ce problème dans Romains 3. 21-26, et il démontre comment Dieu pouvait être à la fois « juste tout en justifiant ceux qui ont la foi en Jésus » (3. 26). Puisque la Sainteté de Dieu demeure une partie immuable de son caractère, Il ne fermera pas les yeux à la rébellion contre Lui. Cela dit, la justice et la miséricorde fusionnent dans le plan de Dieu pour les êtres humains, afin de leur donner « la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient » (3. 22).
Afin de nous sauver, Jésus-Christ le Fils de Dieu a fournit « une expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang » (3. 25). (le terme grec employé est “propitiation” – l’explication suit !). “La propitiation” fait allusion à la satisfaction de la justice divine et provient de la pratique de l’onction avec le sang du sacrifice du propitiatoire sur L’Arche de l’Alliance de l’Ancien Testament. Cette aspersion du sang symbolisait la mort d’un substitut qui payait ainsi la peine d’avoir transgressé la loi de Dieu. Jésus-Christ est devenu notre substitut, « Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Christ-Jésus notre Seigneur » (Romains 6. 23).

Jésus a souffert sur la croix, et l’apôtre Paul explique cette souffrance, en disant, « C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice. Parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant au temps de sa patience » (Romains 3. 5). Dieu avait pardonné aux péchés des croyants de l’Ancien Testament sur la base du sacrifice futur de Christ, tout comme Il pardonne aujourd’hui sur la base de son sacrifice passé, accompli une fois pour toutes (Hébreux 10 :12). Et en tout cela, Dieu demeure Saint. Le cœur du message d’évangélisation de Paul à Thessalonique était que « Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts » (Actes 17. 3). La mort de Christ n’était pas facultative, car elle était au centre du plan de Dieu pour le Salut.
La Sainteté et la Justice de Dieu sont des traits immuables de son caractère. Dieu exerce donc son Jugement sur le péché comme étant Celui qui est Souverain dans son Saint Royaume. Pourtant, Dieu Lui-même a accompli la peine juste exigée en la personne de son Fils afin que, sans violer sa nature sainte, Il garantisse le pardon et la justification à tous ceux qui croient en son Fils Jésus-Christ.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 janvier 2017

Jésus-Christ est le parfait Sauveur du monde

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 16:23

Jesus2

La Parole de Dieu atteste que le Seigneur Jésus-Christ est le Chemin, et la Vérité, et la Vie, et que de plus, nul ne peut venir au Père que par Lui (Jean 14. 6). La Bible annonce de la manière la plus claire possible qu’il ne réside de Salut en aucun autre qu’en Jésus-Christ seul, le Sauveur du monde (1 Jean 4. 14). Il est écrit que c’est par la foi dans le Nom de Jésus-Christ le Fils de Dieu (Marc 1. 1), que le pardon de nos péchés nous est accordé (Actes 10. 43) ou encore qu’il n’y a aucun autre Nom sous le ciel qui ait été donné et par lequel l’être humain doit être sauvé (Actes 4. 12). Il nous est également attesté qu’il n’y a qu’un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, à savoir Jésus-Christ (1 Timothée 2. 5), ou encore que c’est Lui, Jésus-Christ, qui est notre Avocat auprès du Père (1 Jean 2. 1) et qui même nous donne la liberté d’entrer dans le sanctuaire du fait qu’Il nous a tracé un Chemin nouveau et vivant au prix de Son sang (Hébreux 10. 19-20) afin que nous puissions nous approcher du trône de la grâce (Hébreux 4. 16).

Il apparaît que tout ce que nous pouvons goûter de la Grâce de Dieu ne nous est accessible que si nous demeurons en Jésus-Christ (1 Corinthiens 1. 4), car il est écrit que nous avons toute plénitude en Lui (Colossiens 2. 10) et que de même, c’est en Lui que toutes les promesses de Dieu sont « Oui et Amen » (2 Corinthiens 1. 20). Les Saintes Écritures déclarent, en effet, que le Père exauce toujours Jésus Son Fils (Jean 11. 42) car le Seigneur Jésus-Christ fait toujours ce qui est agréable au Père (Jean 8. 29) et que Dieu prend plaisir en Lui (Luc 3. 22). Au contraire, la Bible révèle que tous les êtres humains, sans exception, sont pécheurs et se trouvent donc privés de la gloire de Dieu (Romains 3. 23) et sous le coup de Sa colère (Jean 3. 36). L’être humain est donc un être déchu et privé de toute justice propre dans son état naturel (Ésaïe 64. 6) l’empêchant de jouir d’une communion avec Son Créateur. Cette situation lui laisse comme unique perspective d’avenir les ténèbres de la mort éternelle dont Jésus veut le sauver (Luc 1. 79).

Cependant, Dieu ne désire pas la mort du méchant mais bien plutôt qu’il se détourne de sa voie et qu’il vive (Ézéchiel 33. 11). Ainsi est-il écrit que Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle (Jean 3. 16), en sorte que si par la Grâce de Dieu, un être humain est résolu à se repentir, à se détourner de ses péchés et à revenir à Son Créateur, la réconciliation (2 Corinthiens 5. 18) ainsi que le pardon des péchés (Actes 10. 43) puissent lui être accordés en vertu du parfait sacrifice de l’Agneau de Dieu (Jean 1. 36) par lequel la rançon de plusieurs a été acquittée (Marc 10. 45). C’est pourquoi, il est de la plus haute importance pour l’être humain d’obéir aux paroles du Seigneur Jésus-Christ (Jean 14. 23) et de placer son espérance en Son Nom (Matthieu 12 : 21). Car autant l’Amour et la Grâce de Dieu sont grands envers ceux qui appartiennent à Son Fils allant jusqu’à les élever à la dignité d’enfants de Dieu (Jean 1. 12), autant est ardente la Colère de Dieu qui demeure (Ésaïe 13. 9) sur ceux refusent ou négligent de croire en Jésus et qui sont dépourvus de la parfaite Justice de Jésus-Christ qui sauve (Romains 3. 22). Ainsi donc, pour chaque être humain qui n’a pas encore accepté le Salut en Jésus, le jour du salut (2 Corinthiens 6. 2) n’étant pas encore arrivé à son terme tant que l’on vit sur la terre, il est encore temps de chercher l’Éternel (Osée 10. 12) afin d’obtenir grâce et miséricorde et d’être au nombres des bienheureux qui ont part à l’aspersion du précieux sang de Jésus-Christ (1 Pierre 1. 2b) afin d’être purifiés et lavés de leurs péchés (Actes 22. 16).

Puisse le Seigneur, dans Sa grâce, nous donner de croître dans Sa grâce (2 Timothée 2. 1) et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ (2 Pierre 3. 18), afin que de jour en jour, notre foi gagne en stabilité en sorte que nous ne soyons plus emportés ça et là à tous vents de doctrines (Éphésiens 4. 14) mais qu’au contraire notre espérance en Jésus-Christ nous soit comme une ancre de l’âme, sûre et ferme (Hébreux 6. 19), afin que nous puissions toujours nous réjouir dans le Seigneur (Philippiens 3. 1) et marcher à Sa suite d’un pas assuré (Luc 9. 23) et cela pour la seule gloire de Dieu ! Amen !

 

 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux