SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

L’amour et la fidélité de Jean 27 octobre, 2015

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:28

CACGT8N9CALTH8M0CAIDMNCOCA9TR8RXCA164S5HCAOXRWM2CAROWKPMCA4

Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. 1 Jean 4 :16 L’amour confiant, le zèle désintéressé que manifestèrent la vie et le caractère de Jean offrent à l’église chrétienne des leçons d’une incomparable valeur. Certains peuvent prétendre que l’apôtre possédait cet amour indépendamment de la grâce divine ; cependant Jean possédait par nature de sérieuses imperfections de caractère ; il était orgueilleux, ambitieux et prompt à ressentir la plus légère offense. [...]

Jean désirait devenir semblable à Jésus et, grâce à l’influence transformatrice de l’amour du Christ, il devint doux et humble de cœur. Son moi se cachait en Christ. II était intimement uni au Cep vivant et il devint ainsi participant de la nature divine. Tel devrait toujours être le résultat de la communion avec le Christ. Là réside la vraie sanctification.

Si graves que soient les défauts d’un homme, s’il devient un véritable disciple de Jésus, le pouvoir de la grâce divine le transforme et le sanctifie. Mais lorsque certains fidèles se déclarent chrétiens et que leur religion ne parvient pas à les améliorer, à en faire les vivants représentants du Christ, par leurs tendances et leur caractère, ils ne sont pas dignes de lui.

Jean possédait la véritable sanctification. Et cependant remarquez que l’apôtre ne se prétend pas sans péché : il recherche la perfection en marchant à la lumière de l’approbation divine. Il proclame que celui qui dit connaître Dieu et qui enfreint la loi divine est un menteur. [...] Bien que nous devions aimer les âmes pour lesquelles le Christ est mort et travailler pour leur salut, nous ne devons pas faire de compromis avec le péché. Ne nous unissons pas avec ceux qui sont en rébellion contre Dieu en prétendant faire acte de charité. Le Seigneur demande à son peuple d’aujourd’hui d’être intransigeant en ce qui concerne la justice et de s’opposer, comme le fit Jean à son époque, à toute erreur funeste à l’âme.

Publié dans 

Enseignements de la Bible

Partager cet article

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

Que ferait le Christ s’il était à ma place ? 26 octobre, 2015

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 17:43

Que ferait le Christ s’il était à ma place ? dans religion ob_f8f83c_9

« C’est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue de tous les hommes ». 2 Corinthiens 2 :3.
Oh! Combien nous avons besoin de Jésus-Christ à chaque instant ! … Que chacun se tienne à sa place, travaillant avec zèle, décision et puissance à l’avancement de la cause de Dieu, brandissant bien haut l’étendard où sont inscrits ces mots : “Les commandements de Dieu et la foi de Jésus.” …

Nous pouvons enseigner la Bible avec zèle, mais si nous ne faisons pas honneur à la vérité par des efforts proportionnés à sa grandeur, nous présenterons une image du Christ ne rendant pas honneur au Rédempteur qui a renoncé à lui-même et s’est sacrifié. Nous avons besoin du Christ à chaque instant. Nous devons regarder vers le ciel et étudier son caractère. Que ferait le Christ s’il était à ma place ?

Cette question doit indiquer la mesure de notre devoir. Il est possible de prêcher la Parole et d’agir d’une façon radicalement contraire à ses enseignements, manifestant au foyer et dans les affaires une apparence de piété, mais reniant ce qui en fait la force.
En ce qui concerne le Christ, de vagues suppositions ne sont pas suffisantes. Nous avons besoin du Christ en nous. Nous devons absorber sa Parole. Il est le pain de vie. La Parole révélée est notre photographie du Christ. L’âme ne peut être débarrassée du monde que si elle est remplie du Christ. De même que la vie du corps est entretenue par la nourriture temporelle, de même, la vie de l’âme est entretenue par la nourriture spirituelle absorbée.

Celui qui veut avoir la vie et la vigueur spirituelle doit manger la chair et boire le sang du Fils de Dieu. Le Christ déclare : “Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.” “Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.” Jean 6 :35, 54-57.

Puissions-nous, en tant qu’ouvriers dans tous les aspects du service de Dieu, manger des feuilles de l’arbre de vie, qui servent à la guérison des nations.

Publié dans Enseignements de la Bible

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

L’Adultère et – ou La Trahison 21 octobre, 2015

Classé dans : Priéres et Poésies — Sentinelle Chrétienne @ 18:53

La Trahison et - ou l’Adultère

La trahison, du gr. (traizö), c’est intelligence

avec l’ennemi. C’est un crime punissable

en toutes civilisations, à cause de sa nuisance,

car grave est de se mettre en personne nuisible.

C’est par l’incontinence, l’adultère inflammable

manquement à ce qui est le sacre devoir aimable.

 

L’adultère c’est l’autre face de la trahison terrible

du gr. (adylter) et du latin (adulter) est dit de qui a

ou qui a eu des rapports sexuels, c’est horrible,

avec quelqu’un d’autre que conjoint, devenu paria.

Adultère (gr. Adjlterasjö) a le sens d’une chose qui

a changé, d’un rapport altéré, (ad-alterum) oui.

 

Au jardin d’Eden il y a eu «adylterasjö» altération

des rapports entre Dieu et l’homme devenu adultère

«Ad-alterum », a autrui c’est tourné son attention

il a été séduit par « alterum » prometteur prospère.

Il a suivi l’autre, celui qui est menteur à perdition

De tout temps il a été l’ennemi de Dieu et son action.

 

Si l’Éternel Dieu a, comme l’homme, sentiments,

ne pensez-vous pas qu’Il se sera senti bien volé?

Quand il a vu, sa créature formée avec ciments,

non comme plantes et animaux, par seule Parole,

mais par son faire direct « barä » comme le fait

un potier avec l’argile en y mettant du sien parfait.

 

La trahison, la connivence, l’adultère et compagnie,

devenu de nos jours un sport important national,

se pratique nuit et jours sans relâche ni léthargie

c’est inscrit dans nos gènes, est chose internationale.

L’histoire nous relate de chevaliers en panache, rois

et serviteurs, qui ont changé situations à pro de soi.

 

La première, la grave trahison qui l’homme a fait,

se situe dans le Jardin ou rien ne lui manquait

Il-a trahi son Créateur, son Seigneur, par forfait,

il l’a trahi à bas prix, pour un fruit, qui marquait

la seule frontière entre fidélité et trahison à Dieu

pomme peut-être, je ne sais pas, fut certes envieux.

 

Envieux du Dieu qui est Père Éternel, il voulait être

son égal, pour ce faire il a casse son rapport filial en

devenant adultère, se prostituant avec Satan maître

prometteur mensonger, jamais ce qu’il dit maintien.

Nos parents, ils eurent un changement de situation

de libres qu’ils étaient, ils devirent esclave en finition.

 

Salvatore Comisi

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

La Jalousie 7 octobre, 2015

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 18:31

La   Jalousie

Dispute de Cain et Abel; Cain tue Abel; Dieu chasse Cain

Dans la Genèse

Le premier jaloux de l’histoire humaine

se fut Caïn à la sortie d’Eden le jardin

la ou nos parents, oh! Illusion vaine

ils ont voulu l’égalité au Dieu Souverain

c’est alors que Satan les fit pantin de haine

méchant jaloux, il les conseilla en mitaine.

Caïn, premier enfant dans la connaissance

été jaloux d’Abel, frère d’un autre Autel

car ce berger souvent en transhumance

n’avais pas la même foi que lui, le rebelle

qui se permettait, oh grave impertinence,

une autre façon d’adorer avec importance

Caïn le laboureur fit un Autel comme serre

c. a d. tout beaux, avec des fleurs autour,

c’était la première église qui fut sur terre

fait offrande pour qu’Il l’honore en retour

car n’avait pas compris que Dieu Éternel

voulait être adoré Seigneur Dieu Paternel

Caïn il offrit à Dieu des fruits de la terre

mais l’Éternel n’y porta pas regard doux

puisqu’en l’homme, il n’y avait que dure collere,

jamais l’ombre d’une repentance.

Caïn, ce n’était pas un homme qui pieux

faisait de grand cœur offrandes à Dieu

Je fais mon travail qui est très dur,

je reconnais que Dieu est le Patron,

je lui offre donc les prémices bien sur.

Je n’ai pas besoin d’avoir le pardon,

car je fais toujours ce qu’Il commande

je l’adore, je vais digne et porte offrande

Moi je ne suis pas comme un certain Abel

qui a construit autre église que la mienne

oui c’est un tas de pierres nue, pas belles.

Il dit que la véritable église c’est la sienne,

en priant il offre à Dieu l’animal qui bêle

selon moi, il n’a pas la connaissance réelle.

Abel est un très méchant homme qui tue

des animaux, oui il assassine en offrande,

pauvre bêtes qu’est ce que ce gras qui pue

qui empeste cette belle haire à la grande?

Sobriété, gentillesse, respecte de la nature

lui il n’a pas, tous ce qu’il fait dénature.

Je suis terrestre, véritable homme naturel

je suis végétarien, ne fais pas couler le sang

je suis juste, et personne ne me dira cruel

j’aime la faune et je tien très bien mon rang

je suis observant de ma religion et du rituel

j’ignore besoin d’expiation ou d’Emmanuel.

Mais que ce qu’il croit mon frère Abel

il se prend pour qui, il fait le Prêtre Divin?

Il veut avec ça m’être supérieur l’infidèle?

Car seul mon Autel est valable, il est crétin,

moi j’adore certes selon ma propre volonté

libre de le faire, c’est bien meilleur, à santé

En vérité, je suis en coller avec ce gueux,

il me rend la vie bien difficile le spirituel,

je suis en collere même avec qui est Dieu,

Lui préfère Abel à ma probité charnelle,

Abel qui péché, en sacrifice offre agneaux,

pas juste, qu’un autre doit payer pour eux.

Moi je suis bien intègre, et dans mon office

je rends grâce à Dieu de m’avoir fait ainsi,

je donne la dîme prescrite, pas de sacrifice

l’animal n’a rien à craindre de moi, aussi

qu’es ce qu’on veut prétendre de moi? 

Alors que je suis bien plus croyant que toi!  

Qu’es ce qu’il croit être mon frère Abel,

son imposition des mains biblique qu’il fait

en les levant vers le Très Haut, c’est cruel,

il bénit son troupeau parfait? Sa religion est

mauvaise, qu’es ce qu’il veut aller au ciel?

Il se prend pour un dieu, n’a pas de miel.

Et bien oui, je veux le convaincre, le sauver

il faut arriver à une entente, en dorure

on doit finalement quelques chose trouver

qui nous unisse, moi et ce frère bien ordure

il doit faire ce que moi je veux décider

il faut que je le rencontre, ou me suicider.

Il est temps que je parle avec ce traître

je veux qu’on puisse avoir, bien ensemble

un unique Autel, et un seul Dieu et Maître

qu’il ne cherche pas à m’entraver, humble

doit avoir une conversion juste, nécessaire

une grande église universelle, pas faussaire.

 

La suite est dans : «La haine»

Salvatore  Comisi

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

LA JALOUSIE ( CAIN ET ABEL )

Classé dans : Priéres et Poésies — Sentinelle Chrétienne @ 18:20

lajalousieTue

Dispute de Cain et Abel; Cain tue Abel; Dieu chasse Cain

Dans la Genèse

Le premier jaloux de l’histoire humaine

se fut Caïn à la sortie d’Eden le jardin

la ou nos parents, oh! Illusion vaine

ils ont voulu l’égalité au Dieu Souverain

c’est alors que Satan les fit pantin de haine

méchant jaloux, il les conseilla en mitaine.

Caïn, premier enfant dans la connaissance

été jaloux d’Abel, frère d’un autre Autel

car ce berger souvent en transhumance

n’avais pas la même foi que lui, le rebelle

qui se permettait, oh grave impertinence,

une autre façon d’adorer avec importance

Caïn le laboureur fit un Autel comme serre

c. a d. tout beaux, avec des fleurs autour,

c’était la première église qui fut sur terre

fait offrande pour qu’Il l’honore en retour

car n’avait pas compris que Dieu Éternel

voulait être adoré Seigneur Dieu Paternel

Caïn il offrit à Dieu des fruits de la terre

mais l’Éternel n’y porta pas regard doux

puisqu’en l’homme, il n’y avait que dure collere,

jamais l’ombre d’une repentance.

Caïn, ce n’était pas un homme qui pieux

faisait de grand cœur offrandes à Dieu  

Je fais mon travail qui est très dur,

je reconnais que Dieu est le Patron,

je lui offre donc les prémices bien sur.

Je n’ai pas besoin d’avoir le pardon,

car je fais toujours ce qu’Il commande

je l’adore, je vais digne et porte offrande

Moi je ne suis pas comme un certain Abel

qui a construit autre église que la mienne

oui c’est un tas de pierres nue, pas belles.

Il dit que la véritable église c’est la sienne,

en priant il offre à Dieu l’animal qui bêle

selon moi, il n’a pas la connaissance réelle.  

Abel est un très méchant homme qui tue

des animaux, oui il assassine en offrande,

pauvre bêtes qu’est ce que ce gras qui pue

qui empeste cette belle haire à la grande?

Sobriété, gentillesse, respecte de la nature

lui il n’a pas, tous ce qu’il fait dénature.

Je suis terrestre, véritable homme naturel

je suis végétarien, ne fais pas couler le sang

je suis juste, et personne ne me dira cruel

j’aime la faune et je tien très bien mon rang

je suis observant de ma religion et du rituel

j’ignore besoin d’expiation ou d’Emmanuel.

Mais que ce qu’il croit mon frère Abel

il se prend pour qui, il fait le Prêtre Divin?

Il veut avec ça m’être supérieur l’infidèle?

Car seul mon Autel est valable, il est crétin,

moi j’adore certes selon ma propre volonté

libre de le faire, c’est bien meilleur, à santé  

En vérité, je suis en coller avec ce gueux,

il me rend la vie bien difficile le spirituel,

je suis en collere même avec qui est Dieu,

Lui préfère Abel à ma probité charnelle,

Abel qui péché, en sacrifice offre agneaux,

pas juste, qu’un autre doit payer pour eux.  

Moi je suis bien intègre, et dans mon office

je rends grâce à Dieu de m’avoir fait ainsi,

je donne la dîme prescrite, pas de sacrifice

l’animal n’a rien à craindre de moi, aussi

qu’es ce qu’on veut prétendre de moi? 

Alors que je suis bien plus croyant que toi!  

Qu’es ce qu’il croit être mon frère Abel,

son imposition des mains biblique qu’il fait

en les levant vers le Très Haut, c’est cruel,

il bénit son troupeau parfait? Sa religion est

mauvaise, qu’es ce qu’il veut aller au ciel?

Il se prend pour un dieu, n’a pas de miel.  

Et bien oui, je veux le convaincre, le sauver

il faut arriver à une entente, en dorure

on doit finalement quelques chose trouver

qui nous unisse, moi et ce frère bien ordure

il doit faire ce que moi je veux décider

il faut que je le rencontre, ou me suicider. 

Il est temps que je parle avec ce traître

je veux qu’on puisse avoir, bien ensemble

un unique Autel, et un seul Dieu et Maître

qu’il ne cherche pas à m’entraver, humble

doit avoir une conversion juste, nécessaire

une grande église universelle, pas faussaire.

 

La suite est dans : «La haine»

                                                                          Salvatore Comisi

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2015

LA HAINE

Classé dans : Priéres et Poésies — Sentinelle Chrétienne @ 18:18

L a H a i n e

LA  HAINE, suite de: «La Jalousie»

Il arriva que: Et l’Éternel dit a Caïn bossu:

Pourquoi mon fils est-tu si irrité, agis bien!

Et pourquoi encor ton visage est-il abattu?

Relève en haut ta tête, ne pense plus à rien,

car comme cela, le péché se couche à ta porte

sache que ses désirs portent à mauvaise sorte

Cependant Caïn adressa la parole à son frère

lequelexplique le sens du sacrifice expiatoire,

la confession du péché qui est un ordre sévère.

Il faut que toi aussi te plie à ce bon repaire

cher Caïn, je ne suis pas contre toi, me taire,

cela je ne le puis pas, alors ne soit pas sectaire.

L’effusion du sang expiatoire, à l’Autel est à la fois

confession du péché et l’expression de ma foi

en l’entervention du Substitut, sais-tu pourquoi?

Sans effusion de sang, pas de pardon pour moi.

Sache que la tienne est une fausse religion,

qui te porte vers Satan, la ou il a ses legions

Ta religion est celle de l’homme qui

veut s’approcher de Dieu par ses moyens,

cela ne peut pas se faire, car il est requis

de savoir l’attendre en silence puisque rien

ne peut l’obliger de nous venir en aide,

seul à une soumission complète Il cède.

Je reconnaît Dieu, dit Caïn, source de tout bien

, mais tes racontars et tes vues spirituelles

je ne les comprend pas, de ça je n’accepte rien.

Et ce que la mort d’animaux en rituelle

peuvent faire ce qui tu dit, pour moi,

je ne suis pas pécheur, cela est seul pour toi.

Homme orgueilleux tu est supposé de suffisance,

tu te vante et veut enseigner avec arrogance,

moi ton frère qui suis plus en toute la connaissance,

tu te vante de connaître Dieu, sa pensée et essence,

tu radote et veut me convertir de mon insouciance,

tu veut m’accabler, tu n’as pas de maintenance

Et puis, cela ça suffit, tu va te taire maintenant,

si tu n’arrête pas de dire ces stupides chose

il va t’arriver un malheur, ici séance tenante,

je ne supporte plus tes suffisances laborieuses,

va-te coucher avec tes chèvres , en ta bergerie,

réfléchit bien à mon offre, cela en va de ta vie.

Mon cher, tu es mon aîné Caïn frère aimable,

moi je t’aime beaucoup, mais j’insiste encore,

l’agneau, n’est rien de pour soi, il est périssable,

mais par le sang versé Dieu lui donnera aurore,

comme à véritable obéissance a l’ordre de Dieu,

tu vivra longtemps, jusqu’à ce que tu serais vieux

Assez! Je te l’ai déjà dit, veut – tu être martyre?

Abel, vient a mon Autel et faisons une offerte

à ce Dieu qui nous a crée tous, pour le servir

mais ne tue pas ces agneaux, leur sang certes

ne peut pas intéresser nôtre bonne Divinité

Lui qui a crée tout ce qui existe, Il fait sa volonté.

Car il est impossible que le sang, que tous offense

, des taureaux et des boucs, ôte les péchées,

les torts “Tu n’a voulu ni sacrifice ni offrande

Mais Tu m’as formé un corps”

Tout cela est écrit, ne l’oublie pas

c’est malheureux que tu aies du tracas.

Une offrande n’a pas besoin d’impliquer le coeur,

il faut la faire bien, en beaux et grand rituel,

c’est une reconnaissance du Dieu a l’extérieur,

c’est lui rendre hommage en véritable homme fidel.

Tu m’énerve de ton entêtement, j’en ai assez,

tu va le voire, tu vas être celui qui passait.

Et puisque tu continue dans ta voie stupide

il ne me reste autre chose pour te faire taire,

je vais te tuer comme brebis, je serais rapide

ainsi je n’aurais plus ton drôle commentaire.

Ainsi mourut le premier fidèle sur terre

par la main de son frère qui l’interre.

Salvatore  Comisi

 

 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux