SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 

L’œillet amoureux (tout le poème) 31 décembre, 2011

Classé dans : Priéres et Poésies — Sentinelle Chrétienne @ 16:45

 

L’œillet amoureux (tout le poème) dans Priéres et Poésies jq3lq1vzxxxrosa-255x300

On est bien si peu de chose

Fatigué et aussi découragé, par    cause

d’un vide d’amour, j’étais en émoi,

tout chamboulait, et toute    chose

était devenue secondaire, en    soi.

Sans amour, sans avoir ma    dose

la vie n’a pas de sens pour moi.

L’amour est le plus important

de tous les besoins    humains,

sans cela c’est la solitude. Tant

qu’il y aura des femmes saines,

des hommes qui le sont autant,

la vie sera plaine de fontaines.

Près d’un arbre    je me suis assis

pour y réfléchir et me résonner

essayent de calmer ma peine bis

qui est la solitude, le venin amer.

Je flottais dans l’aire comme ibis

j’étais dan le silence pour penser.

J’étais    tellement et si bien absorbé

que je ne me suis pas vu endormir

Ce fut alors qu’en vision Morphée

me portât en vol dans un jardin de sir

que je ne connaissait pas. J’étais tout bée

devant cette merveille à faire abasourdir.

On l’aurait dit    le beau jardin d’Eden

dé que je me suis installe dans le rêve

j’ai entendu un fort murmure zen,

et aussi des pleurs, comme de brefs

cris de désespoir que j’entent    bien.

C’était un œillet, et non pas    l’Ève

Je me suis approché pour le    voir,

je l’ais    questionne pour connaître

la raison de sa douleur et déboire,

c’est avec pêne qui me fit    paraître

sa triste et la malheureuse histoire

avec la fleur qu’il a vu apparaître

A l’aube, il    avait vu sur la plante

prés de lui s’ouvrir un bourgeon

doucement s’épanouir touchante

baptise par la rosée, vrais fleuron

est une douce créature reluisante,

une rose, à pétales de nourrisson.

L’œillet en fut    tout ébloui, le fort

parfum de la voisine lui fit perdre

toute sa raison, il se dressa à tort

sur ses racines, pour lui prendre

la veine, car il l’aimais à la mort,

était une passion à vous surprendre.

Mais la belle n’accepta pas l’amour

et pour qu’il puisse se le tenir pour dit

le blessa, en le transperçant à toujours,

d’une grosse épine au cœur, qui le fendit,

et sans presque parler, en un petit    détour,

un grand cri, elle lui dit un seul mot:    Maudit!

Alors, j’ai    voulu comprendre le pourquoi

cette belle a pu ainsi se fâcher. Oh!    Rose,

bien comme par une abeille piquée, toi

tu l’as blesse, pauvre œillet. Repose !

Ne vois-tu pas ? Son seul tort, quoi ?

C’est de t’aimer, un cœur sincère, ose

De toutes armes tu as voulu te    servire,

c’est bien    en cela qui tout se brouille

Ton parfum en aimant, à toi l’attire

puis une épine tu as planté, ouille!

Maintenant tu le tien, tu es satire,

prisonnier, martyr en verrouille.

Vois-tu, il a été victime de    criante

beauté. Un œillet, c’est une fleur

qui n’est pas à dédaigner,    béante,

d’arbuste forte et résistant,    peur

n’a pas. Il a une allure luxuriante

croie-le tu peux accepter ce cœur.

Laisse-le pour toujours amoureux

heureux prés de toi en époux sur,

donne-toi à lui d’un cœur joyeux

ça c’est la vie,    c’est l’amour pur.

Soit sérieuse, être avec lui tu peux

aie confiance cela n’est pas si dur.

Oh! L’entremetteur, stop veut-tu?

Ne me parle plus de cette herbacé.

Je n’ai rien à faire de cet amour têtu,

même si de ma douce virginale carapace

je dois en faire le deuil, œillet il sera    élu

le clown, le pantin de ce jardin en l’espace.

Savoir il doit bien sur, qu’une belle fleure

tel que moi je le suis, est digne    seulement

d’une grande vie de court, donc malheur

à celui qui se comporte en garnement

et qui ose en haut regarder. Horreur

et douleur pour de tels agissements.

Avant de se permettre cette    folle

illusion dorée, d’épouser la reine,

sache qu’il est vile herbette molle

personne ne peut me barder peine

mon mépris, je ne puis être trolle,

avec un roi, je saurais être reine.

No, no! Cela ne peut pas se faire,

cent fois mieux la mort puissante

la je peux marcher d’un pas fier,

car si l’unique possibilité    restante

c’est lui, Hadès sera ma lumière,

à son épouse je le préfère béante.

Hélas, Comme à une prière    exaucée,

seulement quelques jours elle a eu,

et malgré rosée elle n’a pas résistée,

a chaleur du soleil rose n’a plus    vécu,

terrible chose est la coupable pesée

qu’elle eut, et tout le monde fut déçu

Ce fut la mort d’une jolie sœur aimée,

l’œillet assistait en peine impuissante.

Par tous du jardin elle fut très    pleurée,

elle eut une dure agonie, très pantelante.

Pour la rose, l’amie, même la douce rosée

pleura beaucoup, en devenant pluie    ruisselante.

Pour toute la vie l’œillet se rappellera l’épine

qui l’avait touché la, bien si prés du cœur,

maintenant une petite cicatrice très fine

qui est visible, en souvenir du malheur.

Une belle femme l’a cueilli, bien câline

pour son Patrice se fut grand    bonheur

C’était    l’ami un homme en sentinelle

le compagnon qu’elle bien chérissait

plain d’amour, qui ce soir, son    étoile

port à danser, alors qu’il la caressait

elle mis la flore en boutonnière belle

œillet en fut heureux car il    survivait.

La morale de cette histoire accable    :

Certes, on est bien très peu de    chose,

et cela, n’est pas seulement une fable

mais la brève vie d’une fleur, la rose.

A soixante-dix ans je me mets à table

me remets en question, et pour cause

Car l’amour ne    doit jamais arrêter,

pour être heureux/se, Ose, Ose, Ose.

Oui tout le monde à besoin d’aimer

aussi d’être aime, ce qui est la    chose

plus importante comme l’est la mer,

amour comme première pierre pose.

Si notre chère vie, n’est pas amoureuse

que ce soit du prochain, que de la vérité,

la dure réalité de notre fragilité nous cause

bien peurs, pour ce bref passage, dans la cité.

Il faut que nous la pratiquions cette belle chose

qui est: La sainte charité biblique, la grande vérité.

Salvatore  Comisi

 

Commenter

 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux