SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

24) Pourquoi la Judée est appelé «Palestine». 28 juillet, 2011

Classé dans : Histoire de l'Eglise — Sentinelle Chrétienne @ 9:20

imagescalcg7xy.jpg   imagescalcg7xy.jpg   imagescalcg7xy.jpg

Et voici, Hadrien en 135, disséquer la haine », sa haine contre les Juifs dans la pire des manières, celle de les tuer tous, pour éradiquer de la terre des vivants un peuple initier, en espérant que l’humanité pourrait même en oublié le nom.

Et «avec ces sentiments que Adrian part pour cette terre torturée des Juifs avec cette proclamation sans appel: » LA JUDEE, SERA EFFACEE DE LA CARTE «son nom rayé à jamais » ET PAR MON ORDRE ELLE PRENDRA LE NOM DE « P A L E S T I N E » .

Malheureusement, Adrien y a tenu foi, sa fureur destructrice, pour l’anéantissement du peuple Juif ne peut être comparée que à celle de Hitler, qui as eu en son actif l’élimination de six millions de juifs avec des moyens certes «plus modernes et plus expéditive» des fours crématoires.

Et c’est ainsi que LA JUDEE, FUT EFFACEE DE LA CARTE ET QUE PAR ORDRE IMPERIAL DE ADRIAN ELLE PRIS LE NOM DE « P A L E S T I N E » .

Jamais « le grand » Hadrien, n’aurais pensé que après de nombreux siècles, le problème des Juifs est encore «NON RESOLU» et que celle que lui a appelé la Palestine est toujours, encore aujourd’hui le théâtre de tueries, de meurtres et de massacres, dont pour la solution tient engagés les grandes de la terre.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Le deuxième siècle de l’Eglise

Classé dans : Histoire de l'Eglise — Sentinelle Chrétienne @ 8:43

porte11.gif

En 125 fut élu pape le VIII° évêque de Rome, Telesforo originaire de Turi en Grèce, y restera jusqu’à l’an 136. Pendant ce temps, dans les îles de la mer Égée Adrian reçoit de un père apologiste grec, nommé Quadrato, le premier document dans lequel il est fait mention de la persécution chrétienne (on le considéré comme la plus ancienne défense du christianisme qui nous reste, toute les autres sont des références indirectes plus au moins véridiques).

En 134, à Jérusalem, où Adrien qui l’avait quitté l’an dernier 133, plaçant la souveraineté du territoire sous Jules Sévère, avec ordre d’écraser les attaques de la guérilla que les Juifs conduisait contre les Romains, et qui causait d’énormes pertes, vue qu’il ne parvenait pas à accomplir efficacement la tâche, il a pris une décision.

En bref, puisque la situation était devenue grave, Adrian a dû se préparer et prendre des mesures pendant l’automne et l’hiver pour intervenir personnellement contre la fureur fanatiques des juifs avec un projet décisive et définitive.

Aux Romains qui ne comprenaient pas un tel acharnement pour la défense de la religion de la part des Juifs, plus fort que la défense de leur territoire, auxquels échappé l’essence même de la religion Israélite, parce que à eux il manquait cette spiritualité si forte parmi les Juifs, ce qui provoquait, chez les romains, comme une mauvaise forme de « jalousie religieuse. »

Savoir que d’autres allaient plus loin, même si c’est seulement dans le domaine religieux, était insupportable pour les Romains, cela était peut-être les véritables raisons pour lesquelles ils détestaient les Juifs et les Chrétiens.

Même Tacite duquel nous connaissons la grande capacité l’aptitude à scruter l’âme humaine, ne comprenait pas et il ressentait de la haine contre les Juifs et il se croyait à son tour haïs par eux, lui, comme toute la société romaine confondait les chrétiens avec les juifs et il les impliqués dans la même haine.

Il a été étonné, comme il va l’être l’empereur Adrien, de voir avec quel fanatisme on pouvait se battre et mourir pour une foi qui semblait inébranlable.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

A propos: Quel est le péché d’Adam dans l’Eden? 27 juillet, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 18:33

 

                                  arbres2018.gif

A Adam et Ève a été donné un commandement, un seul, une sorte de pacte pour la vie ou la mort. Ils ont transgressés, la peine de mort a été prononcée et ont été chasses. Le travail est devenu fatigant et douloureux et parfois infructueux et inutile. (Genèse 3:1 à 24).

Nous ne devons pas concentrer tout notre intérêts dans la nature de l’animal (le serpent), mais sur ses paroles. Il commence son discours – qui est un chef-d’œuvre de la nuance, la subtilité, l’introspection psychologique – «Dieu a t-il vraiment dit …? »

En répondant à la femme, le serpent affirme: «Non, sûrement « Vous ne mourrez point » « , 5 « mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal ». La Diable prétend connaître Dieu mieux que la femme et la pousse vers la rébellion.

Bonhoeffer écrit: «L’homme prend des attitudes comme si il était le patron, le maître de Dieu quand, avec l’arme d’un principe et une idée sur Dieu, conteste la parole de Dieu. » La chute conduit à la mort (séparation d’avec Dieu = la mort).

La femme est avec son mari, l’homme est silencieux en face de l’affirmation que une transgression du commandement, loin de le faire glisser à la mort, le porterait à être égal à Dieu, il permet que on lui énonce une telle thèse. Il est désormais clair que pour lui ce serait mieux l’indépendance, plutôt que l’obéissance à Dieu.

La femme est pensive en face de l’arbre, qui « était bon à manger et agréable à la vue » donc une bonne et acceptable nourriture. ‘’La stimulation des sens’’ et puis ’’séduisante à l’œil‘’: c’est l’attraction plus fine, l’esthétique, « désirable pour acquérir des connaissances » Le leurre suprême et plus insinuante:

‘’La convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie » Puis le fruit est enlevé et mangé par Ève et Adam. Les mots du serpent se réalisent; vraiment commence pour eux quelque chose de nouveau, mais ils ne sont pas devenus comme Dieu.

L’homme ne peut rester cachée pour Dieu. Dieu ne descend pas du ciel, il est encore sur terre, selon la paradisiaque relation établie par Dieu Lui même avec l’homme. «Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger? »

L’homme vient à une véritable confrontation avec sa propre culpabilité et il a l’audace de la repousser de lui-même essayant de la jeter sur Dieu: «La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. » résonne comme une forte accusation à Dieu.

Le péché bien que commis ensemble, loin de unir les hommes, les divise. La femme n’a pas accepté non plus sa responsabilité, « La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. » ‘’C’est le serpent, créature de Dieu, qui est le séducteur!’’

(Genèse 3:1-24) 1. Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin?

2 La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.

3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

4 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point;

5 « mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal ».

6. La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea.

7 Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.

8 Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.

9. Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu?

10 Il répondit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.

11. Et l’Éternel Dieu dit: Qui t’a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger?

12 L’homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé.

13 Et l’Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé.

14. L’Éternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.

15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

16. Il dit à la femme: J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.

17. Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,

18 il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.

19 C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

20. Adam donna à sa femme le nom d’Eve: car elle a été la mère de tous les vivants.

21. L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.

22. L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement.

23 Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Éden, pour qu’il cultivât la terre, d’où il avait été pris.

24 C’est ainsi qu’il chassa Adam; et il mit à l’orient du jardin d’Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

A proposito : Qual è il peccato di Adamo nell’Eden?

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 18:30

                                    arbre18.gif

Ad Adamo e Eva viene dato un comandamento, uno solo, una sorta di patto per la vita o la morte. Hanno trasgredito, la condanna a morte è stata prononciata e furono cacciati. Il lavoro è diventato faticante e doloroso e talvolta infruttuoso ed inutile. 

(Genesi 3:1 a 24) Non dobbiamo incentrare tutto il nostro interesse sulla natura dell’animale (il serpente), ma sulle sue parole.

Egli inizia il suo discorso – che è un capolavoro di sfumature, di finezza, di introspezione psicologica – « Dio ha detto veramente … ? »

 

Alla riposta della donna, il serpente afferma: « No, non morirete affatto; « ma Iddio sa che nel giorno che ne mangerete, gli occhi vostri s‘apriranno, e sarete come Dio, avendo la conoscenza del bene e del male ». iI diavolo dichiara di conoscere Dio meglio che la donna e la spinge verso la ribellione.

 

Bonhoeffer scrive: « L’uomo si atteggia a padrone di Dio allorché, con l’arma di un principio e di un’idea su Dio, contesta la parola di Dio ». La caduta, porta alla morte (alla separazione da Dio = morte).

 

La donna è con suo marito, l’uomo tace d’avanti all’affermazione che una trasgressione del comandamento, lungi dal trascinarlo alla morte, lo porterebbe ad essere pari a Dio, egli permette che gli si enunci simile tesi. È ormai chiaro che per lui sarebbe meglio l’indipendenza, piuttosto che l’obbedienza a Dio. 

La donna sta pensierosa d’avanti all’albero, ch’è “Appetibile da mangiarsi”: Lo stimolo dei sensi; “Seducente per gli occhi”: l’attrazione più fine, quella estetica; “Desiderabile per acquistare conoscenza” L’allettamento supremo e più insinuante: “La concupiscenza della carne, la concupiscenza degli occhi e la superbia della vita“ Poi il frutto viene staccato e mangiato da Eva e da Adamo.

Le parole del serpente si realizzano; davvero comincia per loro qualcosa di nuovo, ma essi non sono diventati come Dio. L’uomo non può restare nascosto a Dio. Dio non scende dal cielo, Egli é ancora sulla terra secondo la relazione paradisiaca stabilita da Dio stesso con l’uomo. « Hai tu mangiato del frutto? »

L’uomo viene a un confronto con la propria colpa ed ha l’audacia di stornarla da se cercando di gettarla verso Dio: “La donna che mi hai messo a fianco” suona come accusa verso Dio. Il peccato pur commesso insieme, lungi dall’unire gli uomini, li ha divisi, la donna non assume la sua responsabilità, « il serpente è il seduttore! »

Genesi – Capitolo 3

La caduta[1]Il serpente era la più astuta di tutte le bestie selvatiche fatte dal Signore Dio. Egli disse alla donna: «E’ vero che Dio ha detto: Non dovete mangiare di nessun albero del giardino?». [2]Rispose la donna al serpente: «Dei frutti degli alberi del giardino noi possiamo mangiare, [3]ma del frutto dell’albero che sta in mezzo al giardino Dio ha detto: Non ne dovete mangiare e non lo dovete toccare, altrimenti morirete». [4]Ma il serpente disse alla donna: «Non morirete affatto! [5]Anzi, Dio sa che quando voi ne mangiaste, si aprirebbero i vostri occhi e diventereste come Dio, conoscendo il bene e il male». [6]Allora la donna vide che l’albero era buono da mangiare, gradito agli occhi e desiderabile per acquistare saggezza; prese del suo frutto e ne mangiò, poi ne diede anche al marito, che era con lei, e anch’egli ne mangiò. [7]Allora si aprirono gli occhi di tutti e due e si accorsero di essere nudi; intrecciarono foglie di fico e se ne fecero cinture.

[8]Poi udirono il Signore Dio che passeggiava nel giardino alla brezza del giorno e l’uomo con sua moglie si nascosero dal Signore Dio, in mezzo agli alberi del giardino. [9]Ma il Signore Dio chiamò l’uomo e gli disse: «Dove sei?». [10]Rispose: «Ho udito il tuo passo nel giardino: ho avuto paura, perché sono nudo, e mi sono nascosto».

[11]Riprese: «Chi ti ha fatto sapere che eri nudo? Hai forse mangiato dell’albero di cui ti avevo comandato di non mangiare?».[12]Rispose l’uomo: «La donna che tu mi hai posta accanto mi ha dato dell’albero e io ne ho mangiato». [13]Il Signore Dio disse alla donna: «Che hai fatto?». Rispose la donna: «Il serpente mi ha ingannata e io ho mangiato».

[14]Allora il Signore Dio disse al serpente:«Poiché tu hai fatto questo,
sii tu maledetto più di tutto il bestiame
e più di tutte le bestie selvatiche;
sul tuo ventre camminerai
e polvere mangerai
per tutti i giorni della tua vita.
[15]Io porrò inimicizia tra te e la donna,
tra la tua stripe
e la sua stirpe:
questa ti schiaccerà la testa
e tu le insidierai il calcagno».

[16]Alla donna disse:«Moltiplicherò
i tuoi dolori e le tue gravidanze,
con dolore partorirai figli.
Verso tuo marito sarà il tuo istinto,
ma egli ti dominerà».

[17]All’uomo disse: «Poiché hai ascoltato la voce di tua moglie e hai mangiato dell’albero, di cui ti avevo comandato: Non ne devi mangiare,
maledetto sia il suolo per causa tua!
Con dolore ne trarrai il cibo
per tutti i giorni della tua vita.
[18]Spine e cardi produrrà per te
e mangerai l’erba campestre.
[19]Con il sudore del tuo volto mangerai il pane;
finchè tornerai alla terra,
perchè da essa sei stato tratto:
polvere tu sei e in polvere tornerai!».
[20]L’uomo chiamò la moglie Eva, perché essa fu la madre di tutti i viventi.

[21]Il Signore Dio fece all’uomo e alla donna tuniche di pelli e le vestì.[22]Il Signore Dio disse allora: «Ecco l’uomo è diventato come uno di noi, per la conoscenza del bene e del male. Ora, egli non stenda più la mano e non prenda anche dell’albero della vita, ne mangi e viva sempre!». [23]Il Signore Dio lo scacciò dal giardino di Eden, perché lavorasse il suolo da dove era stato tratto. [24]Scacciò l’uomo e pose ad oriente del giardino di Eden i cherubini e la fiamma della spada folgorante, per custodire la via all’albero della vita.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

La Fine del sanguinario Adriano 25 juillet, 2011

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 17:04
 

Il primo gennaio dell’anno 138  il figlio adottivo di Adriano, Elio Vero colui che doveva succedergli come imperatore, mentre si accingeva a presentare una sua relazione al Senato Romano, stramazzò al suolo morto, fulminato da una emorragia interna.

Adriano combatté per cinque mesi la sua malattia fra atroce sofferenze, e forse il tormento a causa delle carneficine causate soprattutto sugli ebrei di Giudea (880.000 uccisi ai quali vanno aggiunti quelli che morirono di FAME, dopo la distruzione di tutti i raccolti, che rimasero bruciati nei villaggi assediati e incendiati, e quelli che morirono dopo, in seguito alle epidemie che io stimo in ameno due a trecento mila persone).

Si trattò per Adriano, forse di una emorragia a causa di una idropsia pleurica che gli aveva fatto gonfiare tutto il corpo, che lo faceva sanguinare e lo distruggeva fisicamente e moralmente, ed il 10 Luglio del 138 morì.

Il suo biografo scrisse lapidario: « Odiato da tutti«  il « divino«  era morto come tutti i mortali. 

Morì senza potersi godere il suo magnifico Castello – Mausoleo (quello che oggi è il Castel-Sant’Angelo), progettato da lui stesso come sua tomba, il suo Mausoleo da lasciare ai posteri come avevano fatto i Faraoni egiziani.

Dal 132, gli architetti dopo aver lavorato per 5 anni,  nel 137 lintera opera era stata ultimata, si era a mettere le ultime pietre sulla sommità (dove oggi cè lAngelo) si preparava un basamento per appoggiare il colossale gruppo equestre in bronzo, una quadriglia di cavalli che scalpitano e con Adriano alla guida, il tutto proiettato verso il cielo che lo scultore alla fine del 138 gli ha fatto vedere in bozzetto, ma che con la sua morte non se ne fece nulla. 

 

Nel 139 gli succederà Antonino Pio che vivrà fino al 161, morì dopo aver vissuto 22 anni di regno in apparente pace.

Nel 140 in Palestina dopo la distruzione operata da Adriano delle città ebree, e dopo il suo editto – obbligo di non mettere più piede in quelle macerie e dove stava sorgendo la nuova città Aelia Capitolina, tutti gli scampati Ebrei e il Sinedrio (Supremo Consiglio di Governo Ebraico) si trasferirono a Usha, nel Libano.

Nel corso dell’anno  140 è consacrato a Roma Papa Pio I°, originario della provincia di Aquileia, manterrà il pontificato per 15 anni, fino all’anno 155. 

 

Accueil

 

/author/salvatorecomisi/

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

comprendere i due racconti della creazione dell’uomo e degli animali 23 juillet, 2011

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 18:41

 

                             323ctnwms9443170401.gif323ctnwms9443170401.gif323ctnwms9443170401.gif

Domanda: Perché nella Bibbia Nel primo racconto, Genesi 1, gli animali furono creati prima dell’Uomo, e uomo e donna furono creati simultaneamente ……… mentre nel secondo racconto, Genesi 2, gli animali furono creati dopo l’uomo, e la donna fu creata da una costola di Adamo successivamente?

La riposta puo’ essere trovata con lo studio, la ricerca sulla redazione dei libri sacri della Bibbia, e sulla convinzione certa che l’amorevole comunicazione e l’intervento di Dio verso gli uomini in tutte le età, dall’Eden ai giorni nostri sia stata sempre presente.

Sin dal giardino di Eden DIO ha parlato agli uomini in diverse forme e in diverse maniere. Non bisogna credere che Dio abbia cominciato a parlare con gli uomini solo da Mosé in poi. E tutti i millenni passati ?

La Storia, cioè l’accumulo di dati sull’Umanità comprovata da documenti, ha un inizio a partire da 4000 anni avanti Gesù Cristo. Quattromila anni (seimila da noi) sembrano pochissimi se paragonate alle teorie che ipotizzano l’esistenza dell’Uomo sulla Terra a milioni, e forse ad almeno a centinaia di migliaia di anni fa.

In Genesi 1:1 a 2:4a e 2:4b a 25 troviamo due racconti sulla creazione dell’uomo e degli animali che sembrano in contraddizione, ma che in realtà, dopo accurata riflessione, possiamo vedere che questi due racconti contengono due diversi messaggi. 

E’ anche importante sapere che la suddivisione dei libri della Bibbia in capitoli ed in versetti NON esisteva all’origine ma è una cosa che è stata fatta nel XVI° secolo dopo la scoperta della stampa.

Vediamo ora cosa ci dice la Bibbia sui rapporti di Dio con l’uomo.

La Bibbia dice che dopo aver creato Adamo ed Eva, Dio si intratteneva con la Sua créatura nel giardino in cui l’aveva posto. Dopo La caduta Dio continua a parlare : «Chi ti ha fatto sapere che eri nudo? » E in Genesi 4 : 6]Il Signore disse allora a Caino: «Perché sei irritato e perché è abbattuto il tuo volto? «Dov’è Abele, tuo fratello?».

« Genesi 6 :13]Allora Dio disse a Noè: «E’ venuta per me la fine di ogni uomo, »

« Genesi 12 : 1]Il Signore disse ad Abram: ….. »

« Genesi 26 : 24]E in quella notte gli apparve il Signore (a Isacco) e disse:«Io sono il Dio di Abramo, tuo padre; non temere perché io sono con te. » « Genesi 28 : 10]Giacobbe E poi Giuseppe e tutti gli altri profeti.

Non bisogna pensare che Dio si rivelava e parlava solo alle persone citate nella Bibbia, perche tutta l’umanità riceveva il suo attento e paterno soccorso a salvezza, perche tutta l’umanità era a pari figliolanza, la progenie della Sua primigenita créature umana.

Quando Dio si scelse un popolo, non lo fece perché quel popolo era il migliore fra tutti gli altri (perché Abramo veniva da un popolo che era pagano come tutti gli altri popoli) lo fece per educare un popolo alla volontà di DIO « L’Eterno » affinché potesse essere il SUO messaggero (costantemente istruito direttamente da Dio), dato che nel mondo si erano storpiate le leggi divine con il proliferare delle religioni politeiste e pagane.

Quanto detto sopra è per significare che al tempo in cui fu scritta la Bibbia esisteva in tutti i popoli, ed in quelli mesopotamici, la tradizione orale che veniva dalla preistoria, cioé di quando non c’era ancora la scrittura per attestarne la veridicità. Di questa tradizionale serie di racconti su Dio ne erano a conoscenza gli scrittori sacri che li avevano assimilati da tempo, perché ne furono istruiti sin dalla più tenera età.

Bisogna sottolineare che la redazione della Bibbia (incominciata con Mosè nel deserto) NON è il risultato di una DETTATURA di DIO ma degli uomini consacrati furono ISPIRATI da Dio a scrivere, spesso avevano delle visioni dove Dio era direttamente Il Maestro che insegnava le Sue leggi che erano descritte secondo la mentalità, gli usi ed i costumi dell’epoca in cui vivevano affiche potessero essere capite da tutti, e questi scrivevano lasciando anche l‘impronta della loro personalità e servendosi di quanto aveva loro trasmesso la tradizione orale su Dio quando questa concordava con l‘ispirazione.

Cio’ che viene dato in Genesi 1:1 a 2:4a e da 2:4b a 25 è il risultatato di due fonti diverse, provenienti dalla preistoria. L’autore sacro lascio’, l’uno accanto all’altro i due racconti, perché contengono due diversi messaggi.

Chi si mette a studiare la Bibbia come se fosse un libro di storia pretende che essa segua le regole della cultura di oggi; l’idea che ci siano due racconti, che possono sembrare diversi, della creazione dell’uomo e degli animali, deriva proprio dal non capire come scrivevano gli antichi; perche in realtà, si tratta dello stesso racconto, fatto in due modi e tempi diversi perché i rispettivi autori originari puntano a trasmettere dei messaggi con significati diversi.

Chi vede nei primi capitoli della Genesi solo il resoconto della creazione e due racconti differenti non può capire cosa avesse in mente l’autore sacro e quale era il suo messaggio. Egli ha voluto scrivere in particolare alle popolazioni rurali o pastorali dell‘epoca dando sopratutto degli insegnamenti comprensibili per tutte le persone del suo tempo.

Quello che incontriamo che ci sembra incoerente nei due racconti non puo’ essere spiegato dall’analisi letteraria per il fatto che non è sorto a motivo di una ’combinazione’ letteraria, ma attraverso una simbiosi di molteplici tradizioni antichissime provenienti da molto prima della compilazione della Genesi. Accanto alla critica letteraria deve dunque agire la critica del materiale utilizzato dallo scrittore.

Il testo di Genesi 2:4a e seguenti porla di un racconto che non è una trattazione doctrinale ma una storia, è pacifico che qui’ si vuol presentare una relazione di fatti che ognuno (di quel tempo) conosce e la cui realtà nessuno puo’ mettere in dubbio.

Certo contiene anche elementi dottrinali ma in maniera molto più indiretta che in Genesi 1. Ed è qui che bisogna sia ravvisata la causa di molte interpretazioni errate. Bisogna inoltre tener conto che, circa la félicita tello stato primitivo, nel pensiero cristiano si sono introdotte insensibilmente anche idee mitiche extrabibliche.

Il racconto inizia con un percorso un po pesante, vedi Genesi 2:4b a 7 che pero’ non è sconnesso o addirittura mutilo dell’inizio. Si tratta piuttosto di qualcosa che risente di una forma stilistica tradizionale (da confrontare con il poema babilonese della creazione de mondo). Per la mentalità ingenua degli antichi è cosa naturalissima dare una idea tello stato primitivo con un procedimento negativo. ([5]nessun cespuglio ….. e nessuno lavorava il suolo …….

« 4b]Quando il Signore Dio fece la terra e il cielo, [5]nessun cespuglio campestre era sulla terra, nessuna erba campestre era spuntata – perché il Signore Dio non aveva fatto piovere sulla terra e nessuno lavorava il suolo [6]e faceva salire dalla terra l’acqua dei canali per irrigare tutto il suolo -; [7]allora il Signore Dio plasmò l’uomo con polvere del suolo e soffiò nelle sue narici un alito di vita e l’uomo divenne un essere vivente. »

Dove incomincia, nel periodo, la proposizione principale ? (Al vers. 6 la comparsa della prima irrigazione: « 6]e faceva salire dalla terra l’acqua dei canali per irrigare tutto il suolo » da il senso che solo l’acqua primordiale saliva.Al versetto 7:

[7]allora il Signore Dio plasmò l’uomo con polvere del suolo e soffiò nelle sue narici un alito di vita e l’uomo divenne un essere vivente. »

Qui’ NON si parla di una différente creazione dell’uomo ma della spiegazione di COME è stato creato e della cura che Dio si prende di lui. Lo stato primitivo (come un deserto) è descritto in opposizione alla terra coltivata che è il mondo ambiente dell’uomo, il mondo della sua vita – la terra coltivata, il giardino, gli animali, la donna – quel che Dio costruisce in seguito attorno all’uomo.

Questo racconto ha un’angolatura totalmente antropocentrica, tutto gira attorno all’uomo che è la prima créatura, la più importante. « Mentre nel capitolo 1 l’uomo è il vertice di una piramide, nel cap. 2 è il centro di un cerchio »

Genesi 2:19 « Allora il Signore Dio plasmò dal suolo ogni sorta di bestie selvatiche e tutti gli uccelli del cielo e li condusse all’uomo, per vedere come li avrebbe chiamati: in qualunque modo l’uomo avesse chiamato ognuno degli esseri viventi, quello doveva essere il suo nome. [20]Così l’uomo impose nomi a tutto il bestiame, a tutti gli uccelli del cielo e a tutte le bestie selvatiche, ma l’uomo non trovò un aiuto che gli fosse simile. »

 

Cosi’ Dio formo’, « plasmo’ » gli animali e li conduce all’uomo che impone loro il nome. Qui’ non si tratta semplicemente del nome come vocabolo, riferita al linguaggio è un elemento generatore, plasmatore, interpretante. Questa imposition del nome, pertanto, è atto di creazione secondaria, abbiamo qui’ un accenno all’origine e all’essenza del linguaggio.

Si noti anche qui, come già in Genesi 1:24 e seguenti, la vicinanza che in ordine alla creazione lega tra loro l’uomo e l’animale. Anche l’animale è tratto dalla terra ed è all’uomo incorporato al suo ambito vitale come creatura a lui più prossima.

[21]Allora il Signore Dio fece scendere un torpore sull’uomo, che si addormentò; gli tolse una delle costole e rinchiuse la carne al suo posto. [22]Il Signore Dio plasmò con la costola, che aveva tolta all’uomo, una donna e la condusse all’uomo. [23]Allora l’uomo disse:

«Questa volta essa è carne dalla mia carne e osso dalle mie ossa.
La si chiamerà donna perché dall’uomo è stata tolta».

Sull’uomo cade un sonno ‘profondo’ una specie d’incanto che gli toglie completamente la coscienza. Il creare meraviglioso di Dio non tollera spettatori; l’uomo non puo’ vedere Dio in ’actu’ (nell’atto di creare). Ora Dio stesso conduce la donna all’uomo, il quale con grandissima gioia, vede subito nella nuova creatura cio’ che gli conviene pienamente.

«24]Per questo l’uomo abbandonerà suo padre e sua madre e si unirà a sua moglie e i due saranno una sola carne. [25]Ora tutti e due erano nudi, l’uomo e sua moglie, ma non ne provavano vergogna. »

Dalla retta comprensione del versetto 24 dipendono molte cose. Si deve dire che proprio in questa frase l’intera narrazione raggiunge il vertice verso cui era stata orientata fin dall’inizio. C’è da spiegare un dato di fatto: la potente attrazione dei sessi tra di loro. Donde proviene questo amore, ch’è forte come la morte (vedasi il Cantico dei Cantici 8:6), più forte del vincolo che lega ai genitori secondo la carne ?

Donde questo intimo attaccamento reciproco, quest.attrazione che non si placa finché non ci sia di nuovo una sola carne nel figlio ? Proviene dal fatto che Dio ha tratto la donna dall’uomo, che in origine essi formavano fra loro una sola carne; per questo motivo essi tendono a riunirsi nuovamente e sono votati a un destino comune.

Qui’ l’inter-relazione dei sessi (l’atto sessuale) è riconosciuta essere un ordinamento divino, conforme alla creazione nella soddisfazione reciproca. Non nella vergogna del peccato come certa chiesa ha insegnato, ma nell‘amore maritale. E’ chiaro che questo versetto 24 è una conclusione che sigilla tutta una serie di materiali a sé stante.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Comprendre les deux récits de la création de l’homme et des animaux 22 juillet, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 18:49

                                 liv12.gif

Question: Pourquoi dans le premier récit de la Bible, Genèse 1, les animaux ont été créés avant l’homme, et l’homme et la femme ont été créés simultanément … … … tandis que dans la seconde histoire, Genèse 2, les animaux ont été créés après l’homme, et La femme a été créée d’une côte d’Adam successivement ?

La réponse peut être trouvé avec l’étude, la recherche sur la préparation et rédaction des livres sacrés de la Bible, et la conviction certaines que la communications et l’intervention du Dieu d’amour en vers et pour les hommes de tous les âges de l‘histoire humaine, depuis l’Eden à nos jours a été toujours présent.

Depuis le jardin d’Eden donc, Dieu a parlé aux hommes dans les différentes formes et de différentes manières. Il ne faut pas croire que Dieu a commencé à parler à des hommes que à partir de Moïse. Et tous les millénaires passés ?

L’histoire, c. à d. l’accumulation de données sur l’Humanité prouvé par des documents, a un début de 4000 ans avant Jésus-Christ. Quatre mille ans (six mille pour nous) semblent être peu nombreux par rapport aux théories qui supposent l’existence de l’homme sur Terre à des millions, et probablement au moins des centaines de milliers d’années auparavant.

Dans Genèse 1:01 à 2:04a et 2:04b à 25, nous trouvons deux histoires sur la création de l’homme et les animaux qui semblent contradictoires mais qui en réalité, après mûre réflexion, nous pouvons voir que ces deux histoires contiennent deux messages différents.
Il est également important de savoir que la division des livres de la Bible en chapitres et versets n’existaient pas à l’origine mais c’est quelque chose qui a été faite dans le seizième siècle après l’invention de l’imprimerie.

Voyons maintenant ce que nous dit la Bible sur les rapports de Dieu avec l’homme sa créature.

La Bible dit que, après avoir crée Adam et Ève, Dieu avait des entretiens avec ses créatures, des rapports de père à fils, dans le jardin où il les avait placé, et après la chute Dieu continue à parler: «Qui t’a appris que tu étais nu? » Dans la Genèse 4: 6] Le Seigneur dit à Caïn: «Pourquoi es-tu irrité et pourquoi ton visage est-il abattu? «Où est ton frère Abel? ». » Genèse 6: 13] Et Dieu dit à Noé: » Et « la fin de chaque homme est arrivée».

« Genèse 12:1] Le Seigneur dit à Abram: … .. »
« Genèse 26: 24] Et ce soir-là le Seigneur lui apparut ( à Isaac) et dit: Je suis le Dieu d’Abraham, ton père:. N’aie pas peur, car je suis avec toi» Genèse 28: 10] Et Jacob, et Joseph et tous les autres prophètes.

Ne présumez pas que Dieu se révélait et ne parlait que avec les personnes mentionnées dans la Bible, parce que toute l’humanité as reçu sa paternelle aide, et les soins pour le salut, parce que toute l’humanité était, à égale filiation, la descendance, de Adam et Ève.

Quand Dieu a choisit un peuple, il ne l’a pas fait parce que ces gens était les meilleurs parmi tous les autres (parce que Abram venait d’un peuple idolâtre comme tout les autres), Dieu l’as fait pour éduquer des gens à la volonté de Dieu l‘Éternel. Le Seigneur a établi Israël comme son messager, afin qu’il puisse être constamment instruit directement par Dieu, puisque le monde avait oublié les lois de Dieu, avec la prolifération des religions polythéistes et païens.

Ce qui a été mentionné plus haut, c’est pour signifier que au temps que la Bible a été écrite, existait dans tous les peuples, et ceux de la Mésopotamie, la tradition orale qui est venue de la préhistoire, c. à d. de quand il n’y avait pas d’écriture pour en certifier la véracité. De cette traditionnelles série d’histoires au sujet de Dieu, en étaient à connaissance les écrivains sacrés, ils en avaient depuis longtemps assimilé, parce qu’ils ont été instruit dès leur plus jeune âge.

Il faut souligner que la rédaction de la Bible (commencée avec Moïse dans le désert) n’est pas le résultat de la dictée (mot à mot) de Dieu, mais des hommes consacrée ont été inspirés par Dieu à écrire, ils ont souvent eu des visions où Dieu était directement le Maître qui leur a enseigné ses lois, qui étaient décrites selon la mentalité de ce temps.

Ces livres donc ont été écrits en fonction, des uses et coutumes de l’époque dans laquelle ils vivaient de façon qu’il pouvait être compris par tous, et ils ont été aussi écrit avec le style propre à la personne, qui y laissait l’empreinte de leur personnalité avec, en certains cas, l’utilisation de la tradition orale transmise et apprise, quand elle était conforme a l’inspiration reçue au sujet de Dieu .

Ce qui est donné dans la Genèse 1:01-2:04a et 2:4b à 25 c’est le résultats des deux sources différentes venant de la tradition oral de la préhistoire, l’auteur sacré a laissés côte à côte les deux histoires, car ils contiennent deux messages différents.

Ceux qui se mettent à étudier la Bible comme un livre d’histoire ont la prétention qu’elle doit suivre les règles de la culture d’aujourd’hui, l’idée qu’il y ai deux histoires qui peuvent paraître différents, de la création de l’homme et des animaux, provient du fait de ne pas comprendre comment les Anciens écrivait, car en réalité, il s’agit de la même histoire, faite de deux façons, à différents moments, parce que leurs auteurs originaux respectifs ont eu pour but de transmettre des messages avec des significations différentes.

Ceux qui voient dans les premiers chapitres de la Genèse seulement le compte-rendu de la création, et deux récit différents, ne peuvent pas comprendre ce que l’auteur sacré avait à l’esprit, et quel était son message. Au fait il souhaitait écrire en particulier pour toutes les populations rurales et pastorale en donnant des enseignement compréhensible pour toutes les personnes de son temps.

Ce que nous rencontrons qui peut sembler comme incohérent dans les deux comptes ne peut pas être expliqué par l’analyse littéraire, à cause qu’il n’as pas été conçu en raison d’une «combinaison» littéraire, mais à travers une symbiose de nombreuses traditions anciennes venant de beaucoup avant la compilation de la Genèse. En plus et à coté de la critique littéraire doit donc agir aussi la critiques du matériel.

Le texte de Genèse 2:4 et suivants parle di quelques chose qui n’est pas une tractation doctrinale, mais d’une histoire dont il est claire et incontestable que ici on veut présenter une relation, de faits que chaque un de ce temps-la connais et dont de la réalité personne ne peut contester ni mettre en doute.

Bien sûr, il contient également des éléments doctrinaux, mais de façon beaucoup plus indirecte que en Genèse 1. Et c’est ici qu’il faut voire la cause de nombreuses erreurs d’interprétations. Il faut également prendre en compte que, sur ce qui concerne la félicité de l’état primitif, avec le temps dans la pensée chrétienne ont été introduit progressivement même des idées mythiques extrabiblique.

L’histoire commence avec un parcours un peu lourd, voir Genèse 2:4 b à 7 Qui n’est pas décousu ou même mutilé du début. C’est plutôt quelque chose qui ressent d’une forme du style traditionnel (à comparer avec le poème babylonien de la création du monde). Pour la mentalité naïve des anciens c’est une chose très naturelle de donner une idée de l’état primitive avec un processus négatif. ([5] … .. pas de brousse et personne pour cultiver le sol … ….

4b « Lorsque l’Éternel Dieu fit une terre et des cieux, 5 aucun arbuste des champs n’était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car l’Éternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol.
6 Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol.
7 L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.

Par où commencer, dans la période, la proposition principale? (Dans le verset 6. L’apparition de la première irrigation « , « 6 Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol. » donne le sens que seulement l’eau primordiale montait.

Au verset 7 « L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. »

Ici on ne parle pas de une différente création de l’homme, mais d’une explication de COMMENT l’homme il a été créé et de comment DIEU IL prend soin de lui. L’état primitif (comme un désert) est décrit par opposition aux terres cultivées, qui est l’environnement normale dans le monde de la vie humaine de la terre cultivée au temps de la rédaction. Et puis il y a eu le jardin Eden, les animaux, la femme, c. à d. tout ce que Dieu construit autour de ‘homme.

Cette histoire a une angulation totalement anthropocentriques, tout tourne autour de l’homme qui est la première créature, la plus importante. «Alors que dans le chapitre 1 l’homme est le sommet d’une pyramide, au chap. 2 il est le centre d’un cercle. »

Genèse 2:19 « L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme.

20 Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui. »

Ainsi «Dieu a formé » , « plasmas » « les animaux et les conduit à l’homme qui impose leur un nom. Ici n’est pas question simplement du nom comme un mot, se référant au langage, ceci est un élément générateur « plasmateur » interprétant. Cette imposition du nom, est donc un acte de création secondaire, nous avons ici « une allusion à l’essence et à l’origine du langage.

 

A noter également ici, comme déjà dans Genèse 1:24 et suivants, la proximité qui dans l‘ordre à la création, lie entre eux l’homme et l’animal. Même l’animal est pris de la terre et il est à l’homme incorporé dans sa sphère de vie comme créature à lui proche.

 

Genèse 2:21. « Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.

22 L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme.

23 Et l’homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme ».

Sur l’homme tombe «un sommeil profond» (une sorte d’anesthésie ?), ou d’enchantement qui lui haute pleinement la conscience. Le créer merveilleux de Dieu ne tolère pas de spectateurs, l’homme ne peut pas voir Dieu dans « l’actu» (acte de création). Maintenant, Dieu lui-même conduit la femme à l’homme, qui avec une grande joie, il voit immédiatement dans la nouvelle créature ce qui lui convient parfaitement.

Genèse 2:24 « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.
25 L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. »

De la juste compréhension du verset 24 dépendent beaucoup de choses. Il faut dire que dans cette phrase tout le récit atteint le sommet vers lequel était orientée dès le début. Il y a certes à expliquer un fait: le puissant attrait des sexes entre eux. D’où vient cet amour, qui est fort comme la mort (voir le Cantique des Cantiques 8:6), plus fort que le lien qui unit les parents dans la chair?

D’où cet intime attachement réciproque, cette attraction de l’un à l’autre qui ne se plaque pas, jusqu’à ce qu’il y est de nouveau une seule chair dans le fils? Il vient du fait que Dieu a trait la femme de homme, qu’à l’origine ils formaient un seul corps, une seule chaire entre eux, ce qui explique pourquoi ils ont tendance à se réunir à nouveau et sont voues à un destin commun.

Ici l’interrelations des sexes, le rapports (l’acte) sexuels, est reconnue être une loi divine, en fonction de la création dans la satisfaction réciproque, et non dans la honte du péché comme une certaine église a enseigné, mais dans l‘amour maritale.

C’est clair que ce verset 24 est une conclusion qui scelle une gamme de matériaux dans son propre droit.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Yahoo Answers: Dio ha bisogno dei santi? 21 juillet, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 15:57

                       papillon9.gif      papillon9.gif         papillon9.gif 

Traduction de l’Italien

Domanda di: Fabry     Risposta di: Davide

La Bibbia non insegna mai, ai credenti in Cristo, a pregare qualcun altro che non sia Dio. La Bibbia NON incoraggia MAI i credenti a chiedere, alle persone in cielo, le loro preghiere, e nemmeno menziona credenti che lo facciano. « C’è un solo Dio e anche un solo mediatore fra Dio e gli uomini, Cristo Gesù uomo » (1 Timoteo 2:5) Non c’è nessun altro che possa mediare fra Dio e noi.

La dottrina cattolica sostiene che pregare Maria o i santi non è diverso dal chiedere a qualcuno qui sulla terra di pregare per noi. Esaminiamo tale affermazione.

(1) L’apostolo Paolo chiede ad altri cristiani di pregare per lui in Efesini 6:19. Molte Scritture descrivono i credenti che pregano gli uni per gli altri (2 Corinzi 1:11; Efesini 1:16; Filippesi 1:19; 2 Timoteo 1:3). La Bibbia non menziona mai qualcuno che chieda ad un’anima in cielo di pregare per lui. La Bibbia non descrive mai nessuno in cielo che preghi per qualcuno sulla terra.

2) La Bibbia non dà assolutamente alcuna indicazione sul fatto che Maria o i santi possano ascoltare le nostre preghiere. Maria e i santi non sono onirocritique solo Dio lo è. Ogniqualvolta la Bibbia menzioni il fatto di pregare o di parlare con i morti, è nel contesto della magia, della stregoneria, della negromanzia e della divinazione.

Queste sono tutte attività che la Bibbia condanna severamente (Levitico 20:27; Deuteronomio 18:10-13). L’unico caso in cui si parli a un « santo » è quello di Samuele in 1 Samuele 28:7-19: ma Samuele (che in realtà NON era Samuele, ma un demone) non fu proprio così felice di essere stato disturbato.

La parola “santo” deriva dal termine greco hagios che significa “consacrato a Dio, santo, consacrato, pio ». Il concetto del termine “santo” è per una persona o un gruppo di persone messe da parte per il Signore e per il Suo regno. I “santi” biblicamente parlando, sono il corpo di Cristo, i cristiani, la chiesa. Tutti i cristiani sono considerati santi. Tutti i cristiani sono santi… e allo stesso tempo sono chiamati a essere santi.

1 Corinzi 1:2 ad esempio lo afferma chiaramente: “Alla chiesa di Dio che è in Corinto ai santificati in Gesù Cristo, chiamati ad essere santi…”. Le parole “santificati” e “santi” derivano dalla stessa radice greca come il termine tradotto comunemente “santi”. I cristiani sono santi in virtù della loro unione con Gesù Cristo. Questa è la descrizione biblica e la vocazione dei santi.

Nella pratica cattolica, i santi sono venerati e li si prega. Nella Bibbia, i santi sono sulla terra e sono chiamati a venerare, adorare e pregare soltanto Dio.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Dieu a-t-il besoin des saints ? 20 juillet, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 15:59

papillon6xv8j31nav3.gif 

 De Yahoo ANSWERS (Traduction de l’Italien)

Domanda di: Fabry     Risposta di: Davide

La Bible n’a jamais enseigné aux croyants dans le Christ de prier pour quelqu’un d’autre que Dieu. La Bible n’a jamais encourage les croyants de demander aux gens, qui sont dans le ciel, leurs prières, et ne mentionnent même pas qu‘il y ai eu des croyants qui l‘ai fait. « Il n’y a qu’un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme » (1 Timothée 2:5) Il n’y a personne d’autre qui peut servir de médiateur entre Dieu et nous.

l’enseignement catholique soutient que la prière à Marie et des saints n’est pas différent de demander à une personne sur la terre de prier pour nous. Examinons cette déclaration. (1) L’apôtre Paul demande à d’autres chrétiens de prier pour lui dans Éphésiens 6:19. Beaucoup d’Écritures décrivent les croyants qui prient les uns pour les l’autre (2 Corinthiens 1:11, Éphésiens 1:16, Philippiens 1:19, 2 Timothée 1:3).

1) La Bible ne mentionne jamais quelqu’un qui demande à une âme qui se trouve dans le ciel de prier pour lui. La Bible ne décrit jamais, nulle part, quelqu’un dans le ciel priant pour une ou des personnes sur la terre.

2) La Bible ne donne absolument aucune indication que Marie ou les saints peuvent entendre nos prières. Marie et les saints ne sont pas omniscients, seul DIEU est omniscient.

Chaque fois que la Bible mentionne le fait que l’on prie ou qu’on parle avec les morts, cela est toujours dans le contexte de la magie, la sorcellerie et la divination: Ceci sont toutes activités que la Bible condamne sévèrement (Lévitique 20:27, Deutéronome 18:10-13).

Le seul cas où on puisse croire de parler à un « saint » est celui de Samuel, dans 1 Samuel 28:7-19, mais Samuel (qui en réalité n’était pas Samuel, mais qui en fait était un démon), il ne fut vraiment tellement heureux d’avoir été dérangé.

Le mot «saint» vient de hagios, mot grec qui signifie « consacré à Dieu, saint, timoré de Dieu. « Le concept de «saint» est utilisé en se referant à un groupe de personnes mis à part pour le Seigneur et Son royaume. Les « saints » bibliquement parlant, sont le corps du Christ, les chrétiens, l’Église. Tous les chrétiens sont considérés comme saints. … Tous les chrétiens sont saints et en même temps, sont appelés à être saints.

1 Corinthiens 1:2 indique clairement comme « A l’église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux sanctifiés dans le Christ Jésus, appelés à être saints …. « Les mots «sanctifié» et « saint » proviennent de la même racine grecque que le mot communément traduit par « saints ». Les chrétiens sont saints en vertu de leur union avec Jésus-Christ. Ceci est la description biblique et la vocation des saints.

Dans la pratique catholique, les saints sont vénérés et on les prient. Dans la Bible, les saints ils sont sur la terre et sont appelés à célébrer, prier et adorer Dieu seul.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

L’homme, créature bipartite ou tripartite ? 18 juillet, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 15:39

 

       amiti34xf4hk1.gif

 

Ame, Esprit: Ces deux termes sont parfois synonymes dans le langage courant. L’esprit est immatériel associé au corps ou détaché de lui (Jean 4:24; «24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. »

(Luc 1:47 «47 Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, »).

L’âme est un esprit incarné; ou incorporel, comme les âmes des martyres (Apocalypse 6:9 « 9. Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. »).

Les deux principales opinions des Théologiens sont les suivantes:

1) L’homme créature tripartite possède un corps, une âme, un esprit (1 Thessaloniciens 5:23 « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ! »).

L’âme (hébraïque nephesch; grec psyché) est le principe vital. L’âme humaine est susceptible d’émotions que la mort détruit. L’esprit (hébreux ruah; grec pneuma) est la partie rationnelle et immortelle de l’homme, sa raison, sa volonté, sa conscience.

Dieu donne à l’homme un corps tiré de la matière lui insuffla la vie et la raison (Genèse 2:7 « L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. »).

Au moment de la mort, le corps retourne à la terre, et l’esprit, à Dieu qui l’a donné (Ecclésiaste 12:9 « avant que la poussière retourne à la terre, comme elle y était, et que l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné »).

L’âme de l’animal (nephesh hayyah, périt avec le corps, dont elle est le principe vital. Genèse 1:21, 24 « 21 Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.
22 Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre.
23 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour.
24. Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. »).

Mais l’âme de l’homme (Genèse 2:7 « 7 L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. ») est un principe supérieur rationnel, insufflé par Le Créateur. D’ordinaire, les écrivains bibliques ne différencient pas l’âme principe vital, mais inférieur (psyché), de l’âme supérieur, douée de raison (pneuma) parce que ces deux parties constituent un tout que se distingue du corps. Cette unité est appelée tantôt pneuma, tantôt psyché.

Pour les auteurs sacrés, l’homme se compose du corps et de l’âme, ou du corps et de l’esprit. Ils ne parlent pas de division tripartite en corps âme et esprit. Quant à Paul, la discussion le contraint de différencier ce qui est animal de ce qui est rationnel chez l’homme (1 Corentiens 15:44et45 « 44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.
45 C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. »).

L’apôtre établit nettement la division tripartite dans 1 Thessaloniciens 5:23 « 23. Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ! »), confronter Hébreux 4:12. « 12 Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. »

L’Église primitive enseignait que l’homme possède une nature triple. La plupart des théologiens de l’Église primitive considéraient que l’homme est un être composé de trois parties. Même encore à l’époque assez tardive de Saint Augustin (354-430), on considérait en général que l’homme était composé de trois parties : le corps, l’âme et l’esprit. Dans son ouvrage « Foi et Credo », Saint Augustin a écrit : « L’homme comprend trois parties : l’esprit, l’âme et le corps » (Foi et Credo, XX :23).

Mais lorsque la théologie de l’Église Catholique a commencé à prendre le contrôle de l’Église, la plupart des théologiens ont abandonné cette conception, pour commencer à affirmer que l’homme n’était composé que de deux parties : l’âme et le corps. L’esprit n’était plus qu’une autre manière de définir l’âme.

Cette conception a constitué l’opinion dominante pendant des siècles. Elle est toujours la conception communément admise dans l’Église Catholique Romaine, et dans la plupart des églises Protestantes issues de la Réforme, comme l’Église Réformée, l’Église Luthérienne, l’Église Épiscopalienne, l’Église Presbytérienne, etc. …

Il est intéressant de souligner que toutes ces églises ont aussi adopté une conception post-millénariste de l’eschatologie. Selon cette conception, l’Église doit conquérir le monde avant que Jésus-Christ puisse retourner sur la terre. Il est pourtant intéressant de noter que Martin Luther, le père de la Réforme, était un ardent partisan de la triple nature de l’homme.

2) Arguments catholique et protestant en faveur du dualisme

L’homme est formé de deux éléments essentiels: le corps tiré de la poussière de la terre et l’âme (Genèse 2:7) principe vital de la créature humaine et de la bête. L’âme est l’essence de toute vie physique, intellectuelle, morale, religieuse. Cette théorie dualiste ne fait pas de différence entre l’âme (sentiments, mémoire) et l’esprit (conscience de connaître de Dieu). L’esprit n’était plus qu’une autre manière de définir l’âme.

L’animal perçoit des sensations physiques; bien que susceptible d’avoir des perceptions intelligentes rudimentaires , il est dépourvu de raison et d’immortalité. Tout en étant analogue à l’âme de l’animal, l’âme humaine est d’un ordre supérieur; outre la sensibilité, la mémoire et l’instinct, elle a des facultés intellectuelles, morales, religieuses. De plus Dieu ne la voue pas à la mort.

 

123
 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux