SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

I tre pericoli in Matteo 5:21-22 28 février, 2011

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 11:56

Domanda di: lufa

Da quali tre pericoli mise in guardia Gesù in Matteo 5:21/22?

« [21]Avete inteso che fu detto agli antichi: Non uccidere; chi avrà ucciso sarà sottoposto a giudizio. [22]Ma io vi dico: chiunque si adira con il proprio fratello, sarà sottoposto a giudizio. Chi poi dice al fratello: stupido, sarà sottoposto al sinedrio; e chi gli dice: pazzo, sarà sottoposto al fuoco della Geenna. »Risposta di : sly

Prima di tutto Gesù disse che chi continua ad essere adirato con il suo fratello dovrà rendere conto al “tribunale”, cioè al tribunale locale. In base alla tradizione, questo tipo di tribunale era operante in città e villaggi con una popolazione maschile adulta di almeno 120 unità. (Matteo 10:17; Marco 13:9)

I giudici che componevano questi tribunali avevano l’autorità di giudicare anche i casi di omicidio. (Deuteronomio 16:18; 19:12; 21:1, 2) Quindi Gesù intendeva dire che se una persona serba rancore nei confronti del suo fratello commette un peccato grave.

Gesù aggiunse che una persona che “si rivolge al suo fratello con un’indicibile parola di disprezzo dovrà rendere conto al Tribunale Supremo”. La parola greca rhakà (nota in calce) resa “un’indicibile parola di disprezzo” significa “vuoto” o “testa vuota”. Secondo un lessico neotestamentario era “una parola ingiuriosa usata dagli ebrei al tempo di Cristo”. (The New Thayer’s Greek-English Lexicon of the New Testament)

Perciò Gesù stava indicando quanto fosse grave esprimere odio nei riguardi di un fratello in termini offensivi e dispregiativi.

Era come se Gesù dicesse che chi si esprimeva così doveva essere giudicato non dal tribunale locale, ma dal Tribunale Supremo al gran completo, il Sinedrio, cioè l’organo giudiziario con sede a Gerusalemme e composto dal sommo sacerdote e da 70 anziani e scribi. — Marco 15:1.

Infine Gesù spiegò che se uno dice a un altro: “Spregevole stolto!”, sarà soggetto alla Geenna ardente. La parola “Geenna” viene dall’espressione ebraica geh hinnòm, che significa “valle di Innom”, la quale si trova a ovest e a sud dell’antica Gerusalemme. Al tempo di Gesù la valle era il luogo di scarico in cui si bruciavano i rifiuti.

Vi erano gettati anche i cadaveri dei criminali giustiziati, considerati immeritevoli di una degna sepoltura. Appropriatamente quindi la parola “Geenna” era simbolo di distruzione completa.
Ma cosa si intende con l’espressione “spregevole stolto”?

La parola usata qui da Gesù è affine a un termine ebraico che significa “ribelle”. Descrive una persona moralmente indegna, apostata e ribelle nei confronti di Dio.

Perciò apostrofare un fratello con l’espressione “spregevole stolto” equivarrebbe a dirgli che merita la punizione riservata a chi si ribella a Dio, la distruzione eterna.

Dal punto di vista di Dio, potrebbe essere proprio chi si esprime in questo modo a meritare tale grave condanna, la distruzione eterna. — Deuteronomio 19:17-19.

È quindi chiaro che Gesù stava stabilendo per i suoi seguaci una norma più elevata rispetto a quella contenuta nei princìpi che erano alla base della Legge mosaica.

Che un assassino dovesse “rendere conto al tribunale” era risaputo, ma Gesù andò oltre: insegnò che i suoi seguaci dovevano evitare perfino di nutrire animosità nei confronti dei fratelli. — Matteo 5:21, 22.

Sono d’accordo con la riposta di sly, Ricordiamoci che Gesù disse queste cose ai suoi discepoli dopo il « sermone sulla montagna » dove ha parlato in favore dei poveri di spirito; degli afflitti ; degli umili di cuore ;di tutti coloro che hanno fame e sete di giustizia ; dei misericordiosi; di coloro che hanno un cuore puro; dei procacciatori di pace ; dei perseguitati e gli oltraggiati; in somma di tutti coloro che soffrono a causa della cattiveria umana, dunque Gesù insega nel versetto 22 che anche la più piccola offensa fatta al prossimo è passibile di condamna

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

les trois dangers dans Matthieu 5:21 / 22 27 février, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:55

Question de: lufa

Quels sont les trois dangers des quels Jésus nous a averti dans Matthieu 5:21 / 22?

Matthieu 5: 21. « Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges.
22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges; que celui qui dira à son frère: Raca! mérite d’être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. »

Réponse de: sly

Tout d’abord, Jésus a dit que celui qui continue à être en colère contre son frère sera responsable devant en rendre compte au Tribunal, c. à d. le tribunal local. Selon la tradition, cette cour était opérant dans les villes et villages avec une population adulte de sexe masculin d’au moins 120 unités. (Matthieu, 10:17 ; Marc 13:9)

Les juges composant ces tribunaux avait le pouvoir de juger même les cas de assassinat. (Deutéronome 16:18, 19:12, 21:1, 2) Alors Jésus voulait dire que si quelqu’un porte une rancune contre son frère, il commet un péché grave.

Jésus ajoute, que si une personne « se tourne vers son frère avec un mot de mépris indicible sera responsable devant la Cour suprême. » Le mot grec rhakà rendu par: « mot de mépris indicible » signifie « vide » ou « tête vide ». Selon un lexique nouveau Testamentaire était « un mot insultant utilisé par les Juifs au temps du Christ. »

Par conséquent, Jésus montrait ce qui était grave d’exprimer de la haine envers un frère en des termes offensant et méprisant. C’était comme si Jésus a disait que ceux qui s’exprimait ainsi il devait être jugé non pas par le tribunal local, mais la Cour suprême dans toute sa force, le Sanhédrin, qui est l’instance judiciaire basée à Jérusalem composée par le grand prêtre, 70 anciens et les scribes. – Marc 15:1.

Enfin, Jésus a enseigné que si un homme dit à un autre: «sot méprisable », sera soumis à l’enfer de feu!. Le mot «Géhenne» vient de l’expression l’hébraïque geh-Hinnom, qui signifie «vallée de Hinnom», qui se trouve à l’ouest et au sud de l’ancienne Jérusalem. Au temps de Jésus, la vallée était un dépotoir où on brûlait les déchets de la ville.

On y jetait aussi les cadavres des criminels suppliciés, considéré comme indigne d’une sépulture décente. Est approprié donc, le mot «Géhenne» qui était un symbole de la destruction complète.

Mais qu’entend-on par le terme « fou méprisable »? Le mot utilisé ici par Jésus est semblable à un mot hébreu qui signifie « rebelle ». Décrit une personne moralement indigne, apostat et rebelle en vers Dieu.

Donc, apostropher un frère par les mots «fou méprisable » reviendrait à dire que il mérite le châtiment réservé à ceux qui se sont rebellés contre Dieu, la destruction éternelle. Du point de vue de Dieu, pourrait bien être ceux qui s’expriment de cette manière à mériter une telle sanction sévère, la destruction éternelle. – selon Deutéronome 19:17-19.

Il est donc clair que Jésus établissait pour ses disciples et partisans une norme plus élevée que celle contenue dans les principes qui sont à la base de la loi mosaïque. Que un meurtrière devait « rendre compte devant le tribunal » était bien connu, mais Jésus est allé plus loin: il a enseigné que ses disciples devaient éviter même nourrir de l’animosité envers leurs frères. Matthieu 5:21, 22 .

Je suis d’accord avec la réponse de sly, n’oublions pas que Jésus dit ces choses à ses disciples après le «Sermon sur la montagne » où il a parlé en faveur des pauvres en esprit, les affligés, les humbles de cœur, de tous ceux qui ont faim et soif de justice, les miséricordieux, ceux qui ont un cœur pur, les courtiers de la paix, les persécutés et honni, en somme de tous ceux qui souffrent à cause de la méchanceté humaine, Jésus Enseigne au verset 22 que même la plus petite offense faite au prochain est de nature passible de condamne.

Traduction de l’italien

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Mon attitude envers Marie 26 février, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:51

Question: Pourquoi avez-vous changé d’attitude envers Marie, la mère de Jésus ?

Réponse: Quand j’étais un jeune Catholique, j’étais très consacré à la « Madone ». Le soir, quand je priais, je lui demandais tout particulièrement de garder mon âme. J’ai changé d’attitude envers Marie quand j’ai commencé à lire la Bible. J’ai été très surpris de voir que la Bible ne dit pas grand-chose sur Marie.

Les dernières paroles qui sont rapportées d’elles sont le sage conseil qu’elle a donné aux serviteurs, lors de la noce de Cana: « Faites tout ce qu’il vous dira ». La dernière mention de Marie dans la Bible se trouve dans Actes 2: elle priait dans la chambre haute avec les disciples, avant la venue du Saint-Esprit. Galates 4:4 la mentionne encore brièvement, sans la nommer: « Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme ».

Par la grâce de Dieu, Marie a reçu l’unique privilège de devenir la mère du Seigneur Jésus-Christ. Aucune autre personne n’a eu, et n’a pu avoir, le même privilège. Toutefois, nous ne devons pas attribuer à Marie un rôle que Dieu ne lui a pas donné. Elle n’est pas le sauveur. Seul Jésus est le Sauveur. Elle n’est pas notre médiatrice. Jésus est le seul médiateur (veuillez lire 1 Timothée 2:5).

J’avais l’habitude d’invoquer le nom de Jésus et celui de Marie pour mon salut, jusqu’à ce que je lise ce que l’apôtre Pierre a écrit concernant Christ: « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12).

A présent, j’invoque le nom de Jésus seul pour mon salut. Car Il est Dieu venu dans une chair semblable à la nôtre, pour mourir pour les péchés de Son peuple. En agissant ainsi, je respecte Marie bien plus que je ne le faisais quand j’étais Catholique.

Car, à présent, je suis son exemple, et j’accomplis le plus grand désir de son cœur: « Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur » (Luc 1:46-47).

Son désir était de ne pas s’exalter elle-même. Pourtant, beaucoup de gens l’ont exaltée depuis des siècles, contrairement à son désir explicite: « Mon âme exalte le Seigneur ».

En outre, Marie nous enseigne, à propos du salut, à nous confier en Dieu seul, car elle ne s’est pas confiée en elle-même, ni en quelque autre saint. Elle s’est confiée en Dieu seul. Elle a dit: « Mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur ».

Si vous respectez Marie, et je sais que vous le faites, exaltez le Seigneur comme elle l’a fait ; confiez-vous en Dieu pour votre salut, comme elle l’a fait.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Les apparitions de Marie sont-elles de Dieu ou de Satan ? 25 février, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 17:40

Les apparitions de Marie sont-elles de Dieu ou de Satan ? Question: Mes amis me disent que les apparitions de la Vierge Marie sont en réalité des manifestations du diable, qui se fait passer pour un ange de lumière. Si cela était vrai, pourquoi ces apparitions nous demandent-elles de nous convertir et de revenir à son Fils Jésus ? Il me semble que Satan ne voudrait surtout pas que nous le fassions ! Comment ces apparitions pourraient-elles venir du Malin ?

Réponse: Vos amis pourraient certainement avoir raison ! Voici l’avertissement que nous donne la Bible: « Satan lui-même se déguise en ange de lumière » (2 Cor. 11:14). Cela signifie qu’il peut apparaître comme un messager de Dieu. Il nous faut donc admettre que certaines apparitions attribuées à Marie, pour ne pas dire toutes, peuvent être des apparitions du diable, qui se déguise pour tromper et séduire.

L’Église Catholique elle-même ne reconnaît pas officiellement comme authentiques toutes les apparitions attribuées à la Vierge Marie. Le Vatican approuve certaines apparitions, mais pas d’autres. Souvent, il ne publie aucune directive officielle. Comment donc savoir avec certitude si telle apparition est bien une apparition de Marie ?

Pour le fidèle Catholique, la réponse est simple: il ne peut dépendre que de la décision du Vatican. Il doit donc faire confiance à la décision des autorités de l’Église, et non pas aux déclarations des apparitions. L’Église Catholique veut toujours garder ses fidèles dans la soumission à ce qu’elle décrète !

Beaucoup de Catholiques fervents attachent une grande importance aux apparitions de Marie. Il est donc d’autant plus important pour eux d’exercer leur discernement et de rester prudents, de peur d’être induits en erreur. Car le but du diable est de nous tromper et de nous induire en erreur.

Il est suffisamment intelligent pour nous donner un message qui semble venir de Dieu. Il n’est donc pas surprenant qu’il puisse demander « de se convertir » et de « revenir au Fils de Dieu » !

Par ailleurs, vous ne devriez avoir aucune difficulté à reconnaître le caractère mensonger de certains messages, si vous connaissez la Parole de Dieu! Par exemple, la prétendue Marie a donné un scapulaire lors d’une apparition. Sur ce scapulaire était écrit: « Tous ceux qui mourront en portant ce scapulaire ne connaîtront pas le feu éternel ». Qu’en pensez-vous ? Accepteriez-vous de confier votre destinée éternelle à un tel message ?

Croyez-vous vraiment que le fait de porter ce bout d’étoffe autour de votre cou vous garantisse le salut ? Ou préfèreriez-vous faire confiance à la Parole de Dieu, qui affirme que « Dieu a tant aimé le monde, qu’Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » ? (Jean 3:16).

Nous avons besoin d’un message qui vienne vraiment du Ciel. Nous avons besoin que Dieu réponde aux questions qui nous sont réellement vitales: « Que dois-je faire pour être sauvé ? Est-ce que Dieu nous a parlé ? Est-ce que Dieu nous a révélé ce que nous avons besoin de savoir ? Y a-t-il des informations importantes qui ne seraient pas dans la Bible ? » « Dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ » (2 Timothée 3:15).

Si la Bible nous suffit (et elle nous suffit !), nous n’avons besoin d’aucun autre message. Nous ne devons rien ajouter au saint message de la Bible. N’oublions pas les avertissements de la Bible concernant les ruses du Malin !

Je vous conseillerai donc fortement de vous en tenir à ce qui est écrit dans les Écritures. Elles sont pour nous un guide sûr pour le Ciel !

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Saint Pierre en RTT 24 février, 2011

Classé dans : Divers — Sentinelle Chrétienne @ 16:20

Après une longue maladie, une femme arrive au ciel.

Pendant qu’elle attend Saint Pierre, elle regarde par le trou de la serrure et voit ses parents, ses amis et tous ceux qui étaient morts avant elle et qu’elle aimait assis autour d’une table partageant un merveilleux banquet.

Quand Saint Pierre arriva, elle lui dit :

- Quel endroit merveilleux ! Comment puis-je entrer ?

Saint Pierre lui dit :

- Je vais te dire un mot. Si tu l’épelles correctement à la première fois, tu pourras entrer, sinon tu iras directement en enfer.

- Ok, quel est ce mot ?

- AMOUR, dit Saint Pierre.

Elle l’épela correctement et entra donc au ciel.

Un an après, Saint Pierre lui demanda de surveiller les portes du ciel. Et ce jour là, elle eût la surprise, de voir apparaître celui qui avait été son mari sur terre.

- Quelle surprise dit-elle, comment vas-tu ?

- Ah, très bien, après ta mort, je me suis remarié avec l’infirmière qui s’était si bien occupée de toi, j’ai gagné à la loterie plusieurs millions d’euros; alors j’ai vendu la maison où nous vivions et j’ai acheté le manoir qui te plaisait tant. J’ai voyagé avec ma nouvelle épouse en Afrique, en Asie, en Amérique, en Océanie… Nous étions en vacances dans les Alpes quand en faisant du ski, je suis tombé dans un ravin et c’est ainsi que je suis arrivé ici. Dis-moi, comment puis-je entrer au ciel, chérie ?

- Je vais te dire un mot, si tu l’épelles correctement à la première fois, tu pourras entrer, sinon tu iras directement en enfer.

- OK dit-il, et quel est ce mot ?

- SCHWARTZENEGGER

MORALE :

 » TU NE PEUX PAS DIRE TOUTE LA VERITE A UNE FEMME, CAR TU PRENDS LE RIQUE DE VIVRE UN ENFER TOUT LE RESTE DE TON EXISTENCE. »

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Domanda Yahoo: Gerusalemme nel periodo delle Crociate 23 février, 2011

Classé dans : Histoire de l'Eglise — Sentinelle Chrétienne @ 14:58

Domanda di: flacca96

Perchè era importante Gerusalemme alle 3 religioni:ai Cristiani, agli Ebrei, ed ai Musulmani (nel periodo delle Crociate)?

Risposta di: Erchemperto …

In realtà, Gerusalemme non era così importante per i musulmani come lo fu dopo le Crociate. I musulmani erano divisi, tra gli omayyadi d’Egitto, signori di damasco e califfi di Bagdad.

La conquista di Gerusalemme spinse i signori di Damasco, più interessati, ad intervenire. Il loro scopo era quello di servirsi della riconquista di Gerusalemme per proclamarsi califfi e guide dell’Islam.

Fino ad allora, i signori musulmani erano solo dei malik, dei re.
Fu proprio la Crociata e un signore pronto a tutto, a dare l’accento religioso della Crociata.

La guerra santa era un modo per descrivere lo zelo spirituale del fedele; con Saladino divenne la lotta contro i Frang, i Franchi, come erano chiamati gli occidentali.

Gerusalemme per i cristiani è luogo di pellegrinaggio ai luoghi santi. In fondo, le Crociate sono nate perché i musulmani incominciarono, a detta dei cristiani, a vessare i pellegrini.

Per gli islamici Gerusalemme era santa perché di là il profeta Maometto salì al cielo in una sua visione. Ma il loro pellegrinaggio santo è sempre e solo stato alla Mecca.

Per gli ebrei, vi erano i resti del tempio di Salomone, in cui vi era stata la presenza di Dio. Quindi luogo più santo della terra…
Alla fine fu solo una grande avventura per persone disposte a cambiare vita e migliorarla, di persone sinceramente devote, di commercianti…

Molti dimenticano che anche gli abitanti di quelle terre conobbero un periodo di ricchezza per gli enormi ricavi commerciali. La riconquista di Saladino lasciò le aree costiere ai crociati, perché dei loro commerci non potevano farne a meno.

Per capire la situazione, basta sapere che Al-Kamil, uno tra i successori di Saladino, offrì Gerusalemme a Federico II senza combattere…

Solo l’avvento di una forte dinastia intransigente e poco interessata all’area, gli ottomani, eliminò la presenza dei cristiani nell’area. E con questo iniziò una forte decadenza per quell’area, che divenne periferica.

Quindi, al di là delle religioni, le relazioni commerciali e la cultura occidentale non poté non generare benessere nell’area, sebbene le guerre contribuissero alla morte di tanti innocenti.
Anche oggi, questa considerazione dovrebbe far riflettere i politici di quell’area, perché dall’accentuzione delle differenza religiose, non se ne ricava nulla di buono, se non una apparente e monolitica leadership politica.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Question Yahoo: Jérusalem dans la période des Croisés 22 février, 2011

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 14:56

Quéstion de: flacca96

Pourquoi c’est importante Jérusalem pour les 3 religions: Les Chrétiens, les hébreux, et pour les Musulmans dans la période des croisés ?

Réponse de: Erchemperto …

En fait, Jérusalem n’était pas si important pour les musulmans comme elle était devenue après les croisades. Les musulmans ils était répartis entre les Omeyyades de l’Égypte, les seigneurs de Damas et les califes de Bagdad.

La conquête de Jérusalem a conduit les seigneurs dirigeants de Damas, les plus intéressée, à intervenir. Leur but était de se servir de la récupération de Jérusalem pour se autoproclamer calife et guides de l’islam.

Jusque-là, les seigneurs musulmans étaient seulement des Malik, des rois. Ce fus donc la croisade et un homme, un seigneur prêt à tout, à donner l’accent religieux à la de croisade.

La guerre sainte était une façon pour décrire la ferveur spirituelle des fidèles, avec Saladin est devenu la lutte contre les Francs, comme on les appelait les l’Occidentaux.

Jérusalem pour les Chrétiens est un lieu de pèlerinage aux lieux saints. Après tout, les croisades sont nés parce que les musulmans ont commencé, selon les chrétiens, à harceler les pèlerins.

Jérusalem est sacré pour les musulmans parce que le prophète Mahomet est monté delà, au ciel dans sa vision. Cependant, leur lieu saint de pèlerinage a toujours été, et seulement, la Mecque.

Pour les Juifs, il y avait les restes du temple de Salomon, où il y avait été la présence de Dieu, donc, le lieu le plus sacré sur la terre …
En fin de compte c’était juste une grande aventure pour les personnes désireuses de changer leur vie et l’améliorer, des personnes sincèrement pieuses, des commerçants …

Beaucoup de gens oublient que même les habitants du pays ont connus une période de grande richesse pour les énormes recettes commerciales. La reconquête de Saladin a laissé les zones côtières aux croisés, parce que de leurs commerce ne pouvait pas s’en passer.

Pour comprendre la situation, il suffit de savoir que Al-Kamil, un des successeurs de Saladin, a offert à Frédéric II la ville de Jérusalem sans combattre …

Seul l’avènement d’une forte dynastie intransigeante et très peu intéressée de ces lieux, les Ottomans, a éliminé la présence des chrétiens dans la région. Et ainsi a commencé avec eux une forte décadence pour cette région, qui est devenu périphériques.

Ainsi, au-delà de la religion, les relations commerciales et la culture occidentale ne pouvait ne pas générer de la richesse dans la région, bien que la guerre a contribué à la mort de nombreux innocents.

Même aujourd’hui, cette considération devrait faire réfléchir les politiciens de cette région, parce que par l’accentuation des différences religieuses, personne n’en gagne rien de bon, si non que une monolithique leadership politique qui porte à une guerre sans issue.

Traduction de l’italien

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

A question idiote, réponse idiote 21 février, 2011

Classé dans : Divers — Sentinelle Chrétienne @ 11:34

Christian était à Carrefour en train d’acheter un grand sac de croquettes Fido pour son chien Freddy. Il était dans la queue pour payer quand une femme derrière lui, lui dit :

- Vous avez un chien ?

Christian était un peu dans les vapes, et sur une impulsion irraisonnée, il lui répond :

- Non, je recommence mon régime Fido. Encore que je ne devrais pas, vu que la dernière fois, j’ai terminé à l’hôpital. Mais j’ai perdu 25 kilos avant de me réveiller aux soins intensifs avec des tubes partout et une perfusion dans chaque bras.

Et il a continué avec son invention de régime, la femme avait totalement gobé le truc.

Il lui dit encore :

- C’est facile et pas cher, il suffit de remplir ses poches avec les croquettes, et d’en manger une ou deux chaque fois que la faim se fait trop sentir.

A cet instant, tout le monde dans la file était fasciné par son  histoire, et Christian continua :

- L’emballage dit que cette nourriture est complète, donc je vais encore essayer…

Horrifiée, la femme lui demanda :

- Quelque chose vous a intoxiqué dans cette nourriture, et c’est pour ça que vous avez terminé à l’hôpital ?

Et Christian de répondre :

- Ah non !… Non ! J’étais assis au milieu de la rue en train de me lécher  quand une voiture m’a percuté.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Ma come, Dio puo’ cambiare idéa ? 20 février, 2011

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 18:36

Domanda: « Dio cambia idea? »

Risposta: Malachia 3:6 dichiara « Poiché io, il Signore, non cambio; perciò voi, o figli di Giacobbe, non siete ancora consumati.” Similmente, Giacomo 1:7 di dice che “Ogni cosa buona e ogni dono perfetto vengono dall’alto e discendono dal Padre degli astri luminosi presso il quale non c’è variazione né ombra di mutamento”.

Anche il senso di Numeri 23:19 è fin troppo chiaro: “Dio non è un uomo, da poter mentire, né un figlio d’uomo, da doversi pentire. Quando ha detto una cosa non la farà? O quando ha parlato non manterrà la parola?” No, Dio non cambia idea. Questi versetti fanno capire che Dio è immutato e immutabile.

Allora come si spiegano versetti come Genesi 6:6: “Il Signore si pentì d’aver fatto l’uomo sulla terra, e se ne addolorò in cuor suo”? Anche Giona 3:10 afferma che: “Dio vide ciò che facevano, vide che si convertivano dalla loro malvagità, e si pentì del male che aveva minacciato di far loro; e non lo fece.”

E similmente Esodo 32:14 proclama che: “Il Signore si pentì del male che aveva detto di fare al suo popolo.” Tutti questi versetti parlano del Signore che “si pente” di qualcosa e ci sembra contraddire la dottrina dell’immutabilità di Dio. Tuttavia, un esame più attento di questo brani rivela che non son veramente indicazioni del fatto che Dio può cambiare.

Nella lingua originale, la parola tradotta con “pentire” è infatti l’espressione Ebraica “essere rammaricato / dispiaciuto per”. Dispiacersi per qualcosa non significa che c’è stato un cambiamento di pensiero, ma significa che si prova rammarico per una cosa che è successa.

Consideriamo Genesi 6:6, “Il Signore si pentì d’aver fatto l’uomo sulla terra, e se ne addolorò in cuor suo”. Questo versetto aggiunge che il cuore di Dio fu “addolorato”. Questo versetto dichiara che Dio si rammarica di aver creato l’uomo. Tuttavia, è evidente che Dio non ha rovesciato la sua decisione di crearlo.

Anzi, attraverso Noè, ha permesso all’uomo di continuare ad esistere. Il fatto che oggi siamo ancora vivi, è prova tangibile del fatto che Dio non ha cambiato idea sulla creazione dell’uomo.

Inoltre, il contesto di questo brano è una descrizione della condizione peccaminosa nella quale l’uomo stava vivendo, ed è il peccato dell’uomo che ha suscitato il dolore di Dio e non l’esistenza dell’uomo.

Consideriamo Giona 3:10, “Dio… si pentì del male che aveva minacciato di far loro; e non lo fece.” Ancora una volta viene usata la stessa parola Ebraica tradotta con “essere rammaricato / dispiaciuto per”. Perché Dio si è dispiaciuto per ciò che aveva progettato per i Niniviti?

Perché il loro cuore era cambiato e come risultato avevano scelto di obbedire piuttosto che di disobbedire. Dio è completamente coerente. Dio stava per giudicare Ninive per il suo male. Ma Ninive si è pentita e ha cambiato le sue vie.

E, come risultato, Dio ha avuto misericordia di Ninive, il che è in completa armonia con il Suo carattere.Romani 3:23 ci insegna che tutti gli uomini peccano e che non sono all’altezza degli standard di Dio. Romani 6:23 afferma che la conseguenza di ciò è la morte (spirituale e fisica).

Quindi le persone di Ninive meritavano la punizione. Tutti noi affrontiamo questa stessa situazione ed è la scelta umana di peccare che ci separa da Dio.

L’uomo non può ritenere Dio responsabile per il suo dilemma. Quindi, se avessero continuato a peccare, non punire i Niniviti sarebbe contrario al carattere di Dio. Ma le persone di Ninive hanno scelto l’obbedienza e per questo il Signore ha scelto di non punirli come previsto.

Il cambiamento da parte dei Niniviti ha forse obbligato Dio a regolarsi di conseguenza? Certo che no! Dio non può mai essere obbligato a fare alcunché dagli uomini.

Dio è buono e giusto ed Egli ha scelto di non punire i Niniviti come risultato del cambiamento del loro cuore. Semmai, questo brano indica che Dio è immutabile, in quanto se Dio avesse punito i Niniviti pentiti ciò sarebbe stato in opposizione al Suo carattere. 

 

http://www.gotquestions.org/Italiano/Dio…

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

Une souris qui a du chien 19 février, 2011

Classé dans : Divers — Sentinelle Chrétienne @ 17:21

C’est la nuit, une mère souris et ses enfants se délectent des restes du dîner sur la grande table qui n’a pas été débarrassée. Soudain, le matou de la maison surgit à l’autre bout de la table. Les souriceaux paniquent et cherchent à se sauver mais la mère les pousse derrière le compotier puis se retourne, marche vers le chat et fait :

- « Grrrr… Ouahf ! Ouahf ! »

Le chat affolé saute de la table et détale. La mère se tourne vers les petites souris qui la regardent d’un air ébahi :

- « Vous voyez comme c’est utile de parler une autre langue ? »

 

123
 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux