SENTINELLE CHRETIENNE

Bienvenue sur mon blog: Homme 76 ans Retraité, Chrétien Évangélique, poète et écrivain publie sur blogs, n’aime pas la polémique ni la vulgarité, aime beaucoup les bonnes fructueuses échanges d’opinions. J’ai besoin de vos commentaires d’encouragement.

 

L’oeuvre achevée de Jesus Christ 26 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 17:25

IlFaitTouteChose

Tout est accompli

Dieu a accompli l’œuvre de la Rédemption dans la mort et la résurrection de Son Fils Jésus-Christ pour que l’être humain qui se repent de ses péchés et qui met sa confiance en Jésus, en jouisse pleinement. La Parole infaillible de Dieu nous dit : « Tout est à vous » (1 Corinthiens 3 : 21). Cette œuvre, Jésus  -Christ l’a résumée en trois mots : « tout est accompli » (Jean 19 : 30). L’apôtre Paul l’a résumée en un seul verset, mais combien riche : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ » (Éphésiens 1 : 3).
Dieu nous a tout donné en nous donnant son Fils Jésus. Le Père a mis en Jésus « toute la plénitude de la divinité » (Colossiens 2 : 9) et « il a voulu que toute plénitude habitât en Jésus » (Colossiens 1 : 19). Puis Dieu le Père a fait pour nous ses enfants le don extraordinaire et unique de son Fils Jésus avec toutes « les richesses insondables » (Éphésiens 3 : 8). « Comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui » (Colossiens 2 : 6).

L’apôtre Paul l’exprime dans de puissants petits mots : « Christ est tout et en tous » (Colossiens 3 : 11), « Christ remplit tout en tous » (Éphésiens 1 : 23), « Tout est à vous et vous êtes à Christ » (1 Corinthiens 3 : 21). Ce dernier point « vous êtes à Christ », Jésus Lui-même l’avait annoncé un peu différemment en insistant sur notre union à lui-même : « Vous êtes en moi et je suis en vous » (Jean 14 : 20).

« Dieu nous donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions » (1 Timothée 6 : 17). Tout a été accompli à la croix y compris nos bénédictions. Dieu nous a déjà tout donné en son Fils Jésus-Christ, et nous les recevons par la foi et en obéissant à la Parole de Dieu.
La Grâce de Dieu pourvoit non seulement au Salut, mais aussi à chaque besoin de notre vie. Il a déjà pourvu à TOUT selon sa volonté ! Dieu a anticipé tous les besoins que nous aurons et y a pourvu au travers de Jésus avant même que nous n’existions. C’est cela la Grâce de la Rédemption en Jésus-Christ. La foi est le moyen de recevoir le don gratuit de la Vie Éternelle que Dieu nous offre en son Fils Jésus-Christ.
L’auteur de l’épître aux Hébreux souligne que, par sa mort sacrificielle sur la croix, Jésus a pourvu de manière entière, parfaite et complète à chaque besoin de chaque être humain en tout temps et en tout lieu, et cela à jamais.

Proclamons que l’œuvre achevée de Jésus-Christ donne droit à toutes bénédictions.

Jésus-Christ est assis à la droite de Dieu et nous aussi

« Jésus, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu » (Hébreux 10 : 12).

Dieu nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ (Éphésiens 2 : 6)

Jésus s’est assis parce qu’Il a complètement et parfaitement accompli son œuvre, l’œuvre de Grâce de la rédemption. Jésus n’a plus rien à faire pour que nous puissions bénéficier des bénédictions découlant de la rédemption. Par amour et par grâce, Dieu le Père nous a fait asseoir avec Jésus à sa droite et dans les lieux célestes. Nous sommes maintenant « assis avec Jésus » au-dessus de toute autorité et de tout nom qui se puisse nommer.

Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ? Être assis avec Jésus dans les lieux célestes est une place de repos, une place d’autorité et une place de gloire. L’œuvre de Jésus-Christ a été complètement accomplie et durant l’éternité, nous ne cesserons de Le remercier et de Lui rendre gloire pour tout ce qu’Il a fait pour nous sauver parfaitement.
En Jésus-Christ, nous avons une place d’autorité car nous avons déjà vaincu le monde par notre foi en l’œuvre achevée de Jésus, achevée par Jésus pour nous. De plus à cette place, nous sommes conscients que Dieu est avec nous. Cette place, « assis dans les lieux célestes », c’est le repos dans la foi, et « la foi est la ferme assurance des choses qu’on espère » (Hébreux 11 : 1).

Nous avons une place de gloire, car Dieu nous a créés pour la gloire, nous sommes son héritage glorieux. Dieu nous transforme de gloire en gloire dit l’apôtre Paul. « Ceux qu’il a prédestinés… il les a aussi glorifiés » (Romains 8 : 30). « C’est à quoi il vous a appelés par notre évangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ » (2 Thessaloniciens 2 :14).

Nous n’avons pas « à faire des œuvres » pour bénéficier de cette œuvre de rédemption parfaitement accomplie par Jésus-Christ. Il a donné sa vie pour que quiconque croit soit sauvé. C’est une merveilleuse vérité. Il ne nous reste « rien » à faire, si ce n’est recevoir Jésus-Christ dans notre vie simplement par la foi et de vivre pour sa gloire.

Reposons-nous dans l’œuvre achevée de Christ : « pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos » (Hébreux 4 : 3). Pour cela, nous arrêtons de dépendre de nos propres efforts pour gagner et mériter les bénédictions de Dieu dans notre vie. Nous faisons confiance à Jésus-Christ, notre parfait Sauveur. Jésus nous dit : « sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Jean 15 : 5). Toutefois, pour nous êtres humains, nous reposer entièrement sur l’œuvre rédemptrice de Jésus-Christ est tellement contraire à notre nature humaine, à notre éducation, à nos habitudes. C’est pourquoi, nous devons nous abandonner totalement à Jésus-Christ et mettre toute notre confiance en Lui.

 

 

Jesus Christ veut nous Rencontrer pour nous sauver 25 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:16

DieuPeut

En tant qu’êtres humains, rencontrer Jésus est une expérience personnelle que nous serons probablement amenés à faire ou que nous avons déjà fait pour être sauvés et avoir la Vie Éternelle. Si nous aspirons à trouver la vérité et à rencontrer le seul vrai Dieu, cela arrivera. « Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur. Je me laisserai trouver par vous, dit l’Éternel » (Jérémie 29. 13-14).
Cette rencontre nous mènera à faire un choix tout aussi personnel. Dieu souhaite être réconcilié avec chacun de nous êtres humains, et cela ne dépend alors plus que de nous.
La Bible explique clairement le choix auquel nous serons confrontés : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7. 13-14)
.
Jésus a dit : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux » (Matthieu 18. 3)
. Notre choix aura des conséquences éternelles et certaines.

Pour que 2 personnes soient réconciliées, chacune des 2 personnes a une part à faire. L’un demande pardon, l’autre pardonne. L’un s’excuse, l’autre accepte ces excuses. L’un répare son tort, l’autre accepte la réparation.
Mais dans ce cas précis de la réconciliation entre l’être humain et Dieu, le fonctionnement est le même, à quelques précisions près :
- C’est l’être humain – vous, moi – qui est le seul responsable de la séparation qui est né entre lui et Dieu, à cause des péchés qu’il a commis personnellement (Ésaïe 59. 2)
.
- C’est Jésus qui a payé entièrement et sûrement le prix de la réparation, en mourant à la place de l’être humain sur la croix. En effet, il aurait été juste que l’être humain meure pour ses propres péchés, car c’est la justice de Dieu :
« Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 6. 23). Jésus a pris, et de très loin, la plus grosse part.
Jésus attend, de chaque être humain qui ne l’a pas encore reçu dans sa vie, qu’il fasse sa part pour retrouver une relation intime, une relation d’amour avec Lui. « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi » (Apocalypse 3. 20)
. Jésus attend patiemment durant notre vie sur terre, mais un jour lorsque la mort frappera quiconque n’est pas encore sauvé par Jésus, il sera trop tard pour lui de recevoir Jésus comme Seigneur et Sauveur. Jésus attend sans forcer notre volonté. « Oh ! Si vous pouviez écouter aujourd’hui sa voix ! N’endurcissez pas votre cœur » (Psaumes 95 :7c-8a).

Quand Paul rencontra Jésus, ce fut pour lui un vrai choc, car cela a remis en cause toute sa vie, et tout ce à quoi il avait travaillé. Sa conversion est racontée dans Actes 9 :1-22. Il raconte à un autre moment combien cette rencontre a bousculé ses raisonnements, tout ce qui avait dirigé sa vie jusque là : « Moi aussi, cependant, j’aurais sujet de mettre ma confiance en la chair. Si quelque autre croit pouvoir se confier en la chair, je le puis bien davantage, moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux ; quant à la loi, pharisien ; quant au zèle, persécuteur de l’Église ; irréprochable, à l’égard de la justice de la loi. Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ » (Philippiens 3. 4-8). Ce qui faisait sa fierté s’est écroulé en un instant, parce qu’aux yeux de Dieu, ce n’était qu’un « vêtement souillé » (Ésaïe 64. 5).
D’autres conversions sont racontées dans la Bible, par exemple celle d’un geôlier
(Actes 16. 25-34). Il est dit qu’ »il se réjouit avec toute sa famille de ce qu’il avait cru en Dieu ». Vous pourrez aussi voir par exemple la conversion de Zachée (Luc 19. 1-10), ou d’une femme samaritaine (Jean 4:5-42).

La Bible nous relate d’autres rencontres. Par exemple celle-ci, ou Jésus rencontre un homme qui ne fera finalement pas le bon choix. Lire Marc 10 :7-22. Cet homme était riche, mais il n’avait pas l’essentiel. Il n’avait pas la vie éternelle ; il n’était pas réconcilié avec Dieu ; il n’était pas sûr de son salut ! L’argent avait une place trop importante dans sa vie. C’était sa fierté, c’était son but ! Chacun a ses propres richesses, ses propres talents, sa propre fierté. Mais ces richesses peuvent nous boucher la vue, et nous empêcher de voir que le bonheur est tout proche ! Elles peuvent nous empêcher de voir la réalité des choses, et nous détourner de l’essentiel. Avant sa conversion, la richesse de Paul, c’était son CV : une belle carrière de chef religieux en vue, une droiture exemplaire, etc … Mais il a su finalement faire le bon choix.

C’est formidable de devenir enfant de Dieu, et d’être enfin réconcilié avec Dieu ! Mais il faut le rester ! Le diable cherchera à détruire tout ce que vous viendrez de vivre : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera » (1 Pierre 5 : 8).
Après cette démarche, vous aurez alors tout intérêt à vous joindre à une église, où vous pourrez vous épanouir dans votre nouvelle foi. Au milieu des croyants, vous serez fortifié dans votre foi, et vous apprendrez à connaître Dieu de mieux en mieux.


Quelle espérance ! Quelle simplicité !

 

 

Être sauvés de tous nos péchés 24 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 12:16

Golgota

Être sauvé, c’est être délivré d’une menace ou d’un problème qui nous confronte. Mais si nous nous trompons de problème, nous nous trompons aussi de solution. Le problème fondamental de l’être humain n’est pas la punition que mérite le péché, mais bien le péché lui-même. Par nos péchés, nous refusons l’autorité du seul vrai Dieu trois fois Saint. De ce fait, nous nous excluons nous-mêmes d’une relation avec Dieu notre Créateur. Par le péché, nous refusons de nous laisser diriger par le Dieu d’amour – le résultat,

c’est tout le mal que nous nous faisons les uns aux autres. Malgré toutes nos tentatives les plus vaillantes, nous n’arrivons jamais à corriger réellement ce problème. Le Salut dont nous avons besoin, c’est d’être délivré de notre état de péché lui-même. Nous avons besoin de retrouver une relation vivante et personnelle avec le seul vrai Dieu qui s’est révélé à nous en son Fils Jésus-Christ, de Le reconnaître comme Seigneur et Sauveur dans nos vies, de nous laisser transformer par Lui. Et c’est exactement cela que la Bible nous propose : · « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17. 3). · « Il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, sans défaut et sans reproche » (Colossiens 1. 21-22). Accepter le salut que Dieu nous offre, c’est donc répondre : « Oui ! » à cette proposition de retrouver une relation vivante et personnelle avec Dieu, de nous laisser diriger par Dieu, et de vivre avec Dieu dans la sainteté pour l’éternité.

 

 

On Va à Dieu Par Jésus Christ

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 12:08

JCleRoi

Jésus-Christ seul nous amène à Dieu Le Père

Pourquoi Jésus-Christ était-il mort sur la croix ? Pourquoi avait-t-il tant souffert ? – Pour nous amener à Dieu. C’était le but suprême de sa Venue sur la terre. Mais quel était l’obstacle qui a fallu cela ? Nos péchés, bien sûr. Notre égoïsme, notre impureté, notre haine, notre cupidité, notre mesquinerie, notre orgueil, et toutes les autres fautes qui entachent nos vies. Ces péchés s’élevaient comme un grand mur entre nous et Dieu. Nous ne pouvions voir de l’autre côté.

Nous n’étions pas même sûrs qu’il y ait un autre côté, et qu’il y ait quelqu’un de cet autre côté. Mais Jésus a souffert sur la croix pour abattre ce mur de péchés. Jésus y est parvenu en acceptant que le mur tombe sur Lui. Lui, le Juste, a pris notre place, à nous les injustes ; Il a payé nos dettes, porté notre fardeau, purgé notre peine. Jésus l’a fait pour que nous puissions être pleinement pardonnés par Dieu, sans que rien ne porte atteinte à sa Justice, Justice qui ne pouvait pas passer sur nos péchés sans les punir.

Jésus-Christ nous a-t-il aimé personnellement et aimé chaque être humain ? Oui, sa croix le prouve. Comme Paul, le rebelle devenu disciple et apôtre, nous pouvons désormais nous écrier : “Le Fils de Dieu… m’a aimé et… s’est livré lui-même pour moi” (Galates 2. 20). Nous pouvons être sûr que, chacun de nous qui avons reçu Jésus-Christ dans notre vie et qui avons cru à son sacrifice parfait sur la croix, nous sommes pardonnés de tous nos péchés. Cela s’est décidé une fois pour toutes sur cette croix cruelle, et pourtant infiniment glorieuse, car c’est à la croix que brille tout l’Amour de Dieu pour vous et pour moi.

Comme un agneau, tu te laissas meurtrir
Pour nos péchés, toi, le Sauveur du monde.
Ô tendre Amour, ô charité profonde !
Pour nous sauver, Jésus, tu vins mourir.

 

 

CRONOLOGIA DELLA COMPOSIZIONE DEI LIBRI BIBLICI 23 janvier, 2017

Classé dans : Religione — Sentinelle Chrétienne @ 12:27

CRONOLOGIA DELLA COMPOSIZIONE DEI LIBRI BIBLICI

 

Da 1300 prima di Cristo a 125-135 dopo Cristo

CRONOLOGIA DELLA COMPOSIZIONE DEI LIBRI BIBLICI

1300 1299 aC: battaglia di Kadesh Cantico di Myriam (Es 15:21)

1200 1197: Ramses III respinge i popoli del mare

1184: caduta di Troia Il salmo 28 (?)

1100 Il codice dell’alleanza (Es 20:22-23:33)

1030: elezione a re di Saul, Origine dei Salmi e dei Proverbi ,

1000 930: morte di Salomone

900 La « successione al trono di Davide »

800 NASCONO LE TRADIZIONI JAHVISTA ED ELOHISTA

776: prima olimpiade

750 753: fondazione di Roma

700 722: distruzione di Samaria, Protoisaia, Michea

681: assassinio di Sennacherib

650 610: caduta diNinive, TRADIZIONE DEUTERONOMISTICA

600 Naum, Sofonia

587: distruzione del tempio, Abacuc, Abdia, Baruc, Geremia

575 Deuteroisaia, Ezechiele, Lamentazioni

563: nascita di Buddha

550 551: nascita di Confucio,TRADIZIONE SACERDOTALE

525 538: editto di Ciro, Giosuè, Giudici, I e II Samuele

510: il tempio riconsacrato, Aggeo, Tritoisaia, Zaccaria

500 509: la repubblica a Roma

475 480: battaglia alle Termopili

450 457: editto di Artaserse, I e II dei Re

431: comincia la guerra del Peloponneso, Giobbe,Gioele, Malachia

425 Cantico dei Cantici, I e II Cronache 400 404: Sparta sconfigge Atene

390: i Galli Senoni assediano Roma, Rut, Esdra, Neemia

375 362: battaglia di Mantinea

350 REDAZIONE PENTATEUCO

333: Alessandro Magno in Palestina

325- 323: morte di Alessandro Magno Redazione definitiva di Salmi e Proverbi

300- 295: battaglia di Sentino, Giona, Ester

275- 280: Pirro sbarca in Italia, * Giuditta, Qoelet

250 264-241: prima guerra punica LA TRADUZIONE DEI « SETTANTA »

225- 218: Annibale varca le Alpi ,

202: battaglia di Zama, Daniele, Tobia

200 197: Antioco III occupa la Palestina,

189: battaglia di Magnesia

175- 167: inizio rivolta maccabeica, * il libro di Enoc

150 146: distruzione di Cartagine, * Siracide

142: inizia il principato asmoneo

125- 133: battaglia di Numanzia, * lettera di Aristea * II Maccabei

100- 111-105: guerra giugurtina, * libro dei Giubilei

91-86: guerra sociale, * I Maccabei

75- 73-71: rivolta di Spartaco

63: Pompeo conquista Gerusalemme

50- 44: assassinio di Cesare, * salmi di Salomone

37: Erode il Grande sale al trono, Sapienza

25- 27: Ottaviano Augusto imperatore  

7 a.C.: nascita di Gesù, * testamento dei 12 patriarchi

06 d.C.: la Giudea provincia romana * libro dei segreti di Enoc

25- 30: morte in croce di Gesù, * assunzione di Mosè

50- 49: concilio di Gerusalemme, Vangelo di Marco, Lettere Paoline

64: incendio di Roma, Matteo e Luca, Lettere Deuteropaoline

75- 66-70: guerra giudaica, Atti, Vangelo di Giovanni

73: cade Masada , Apocalisse di Giovanni

100 * IV libro di Esdra,

117: morte di Traiano

125- 135: Adriano rade al suolo Gerusalemme * Protovangelo di Giacomo (?)

(L’asterisco * designa i libri apocrifi)

 

 

L’importance du sacrifice de Jésus pour notre Salut 22 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 16:36

NeCreinsPas

La Bible affirme de manière claire, « L’âme qui pèche, c’es celle qui mourra, » et « le salaire du péché, c’est la mort » (Ézéchiel 18 : 20 ; Romains 6 : 23). Dans le gouvernement moral de Dieu, Il a ordonné que la mort physique et éternel soit la peine appropriée pour le péché. Des gens peuvent réagir contre ce décret de Dieu, estimant qu’il soit injuste ou extrême, mais leurs protestations ne servent qu’à démontrer à quel point le péché les a aveuglés à la vraie nature du péché. Le fait que Dieu exige une peine si radicale devrait leur apprendre, non la brutalité de Dieu, mais l’horreur du péché. Pourtant Dieu, dans son amour insondable pour l’être humain pécheur, a aussi ordonné que la peine pour le péché puisse être payée par un substitut, et que ce principe soit basé sur le système de sacrifice que nous trouvons dans L’Ancien Testament. « Car la vie de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur l’autel afin qu’il vous serve d’expiation pour votre vie, car c’est par la vie que le sang fait l’expiation. » (Lévitique 17. 11).
Même si un être humain voulait le faire, il ne pouvait s’offrir lui-même en paiement pour ses péchés, car son péché l’avait disqualifié d’être un sacrifice acceptable. Par conséquent, l’Ancien Testament permettait d’offrir certains animaux choisis dont le sang était versé pour se substituer aux péchés de ceux qui se repentaient et mettaient leur confiance en la révélation de Dieu.

Tous les animaux innocents et sans tache qui sont devenus des sacrifices dans l’Ancien Testament anticipaient le grand Sacrifice, celui accompli par Jésus-Christ sur la croix du calvaire. Jean-Baptiste le présenta en disant, « Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde » (Jean 1. 29). La peine imposée par Dieu sur le péché est à la fois juste et aimante, car Dieu Lui-même, en la personne du Fils, paya ce prix pour tous ceux qui l’accepteront comme leur substitut.
Dieu le Fils, revêtu de forme humaine, versa son sang pour le péché des humains, s’acquittant ainsi de toutes les exigences de la justice divine. Et par ce sang précieux, Dieu s’est révélé à la fois « juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus » (Romains 3. 26).

La Bible dépeint l’être humain non-croyant comme étant esclave du péché et elle parle de sa libération de la même manière que le rachat des esclaves du monde antique. En Christ, « nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Éphésiens 1. 7). « Ce n’est pas par des choses périssables – argent ou or – que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre … mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache » (1 Pierre 1 : 18-19).
En dehors de Jésus-Christ, tout le monde est séparé de Dieu. La rébellion du péché a créé un gouffre entre Dieu et les êtres humains qui sont humainement infranchissable. Pourtant, le sang de Christ a créé le pont entre Dieu et les êtres humains.

  »Mais maintenant, en Christ-Jésus, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang de Christ. » (Éphésiens 2. 13). « Mais en ceci Dieu prouve son amour envers nous; lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. A bien plus forte raison, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. » (Romains 5. 8-9).
Le péché de l’être humain produit une pollution du cœur que seule la grâce de Dieu puisse la purifier. Et cette grâce se manifeste dans l’efficacité du sacrifice de Christ. Ainsi l’apôtre Jean déclare, « le sang de Jésus son Fils, nous purifie de tout péché » (1 Jean 1. 7). S’il est vrai que Dieu ne peut regarder le péché, nous pouvons quand-même connaître son regard plein d’amour à cause du sang de Christ.

L’aperçu de l’avenir glorieux que nous fournit l’Apocalypse nous dit ceci: « Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu et lui rendent un culte jour et nuit dans son temple » (Apocalypse 7 : 14-15).
La Bible souligne le sang de Christ parce que c’est uniquement par son sacrifice que nous pouvons trouver le pardon, la purification, la réconciliation, le salut, et la gloire! « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3. 16).

Si la Bible affirme que “Dieu est amour” (1 Jean 4. 8, 16), elle ne présente pas l’amour comme unique attribut de Dieu. Partout les Écritures décrivent Dieu comme Saint par excellence (Psaume 99. 9 ; Ésaïe 5. 16) – saint dans son caractère (Psaume 22. 4 ; Jean 17. 11), saint dans son nom (Ésaïe 57. 15 ; Luc 1. 49), saint dans ses œuvres (Psaume 145. 17), saint dans son Royaume (Psaume 47. 9). La raison pour laquelle les chrétiens peuvent faire entièrement confiance aux promesses de Dieu, c’est parce que Dieu les a authentifiées par sa sainteté (Psaumes 89. 35).
La Sainteté de Dieu implique une séparation stricte de tout péché et une justice parfaite dans le traitement des péchés de ses créatures. Si Dieu violait cet attribut de base, alors son pardon ne vaudrait pas grand-chose. Quelle valeur peut-on accorder au pardon de quelqu’un qui ne cherche pas l’excellence ? Le concept même du salut devient réel dans la mesure où l’on commence avec la Sainteté de Dieu. Le péché, par conséquent, n’est pas une simple bagatelle, à être minimiser ou ignorer à notre convenance. L’existence du péché exigeait une réponse.
L’apôtre Paul a abordé ce problème dans Romains 3. 21-26, et il démontre comment Dieu pouvait être à la fois « juste tout en justifiant ceux qui ont la foi en Jésus » (3. 26). Puisque la Sainteté de Dieu demeure une partie immuable de son caractère, Il ne fermera pas les yeux à la rébellion contre Lui. Cela dit, la justice et la miséricorde fusionnent dans le plan de Dieu pour les êtres humains, afin de leur donner « la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient » (3. 22).
Afin de nous sauver, Jésus-Christ le Fils de Dieu a fournit « une expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang » (3. 25). (le terme grec employé est “propitiation” – l’explication suit !). “La propitiation” fait allusion à la satisfaction de la justice divine et provient de la pratique de l’onction avec le sang du sacrifice du propitiatoire sur L’Arche de l’Alliance de l’Ancien Testament. Cette aspersion du sang symbolisait la mort d’un substitut qui payait ainsi la peine d’avoir transgressé la loi de Dieu. Jésus-Christ est devenu notre substitut, « Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Christ-Jésus notre Seigneur » (Romains 6. 23).

Jésus a souffert sur la croix, et l’apôtre Paul explique cette souffrance, en disant, « C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice. Parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant au temps de sa patience » (Romains 3. 5). Dieu avait pardonné aux péchés des croyants de l’Ancien Testament sur la base du sacrifice futur de Christ, tout comme Il pardonne aujourd’hui sur la base de son sacrifice passé, accompli une fois pour toutes (Hébreux 10 :12). Et en tout cela, Dieu demeure Saint. Le cœur du message d’évangélisation de Paul à Thessalonique était que « Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts » (Actes 17. 3). La mort de Christ n’était pas facultative, car elle était au centre du plan de Dieu pour le Salut.
La Sainteté et la Justice de Dieu sont des traits immuables de son caractère. Dieu exerce donc son Jugement sur le péché comme étant Celui qui est Souverain dans son Saint Royaume. Pourtant, Dieu Lui-même a accompli la peine juste exigée en la personne de son Fils afin que, sans violer sa nature sainte, Il garantisse le pardon et la justification à tous ceux qui croient en son Fils Jésus-Christ.

 

 

Jésus-Christ est le parfait Sauveur du monde

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 16:23

Jesus2

La Parole de Dieu atteste que le Seigneur Jésus-Christ est le Chemin, et la Vérité, et la Vie, et que de plus, nul ne peut venir au Père que par Lui (Jean 14. 6). La Bible annonce de la manière la plus claire possible qu’il ne réside de Salut en aucun autre qu’en Jésus-Christ seul, le Sauveur du monde (1 Jean 4. 14). Il est écrit que c’est par la foi dans le Nom de Jésus-Christ le Fils de Dieu (Marc 1. 1), que le pardon de nos péchés nous est accordé (Actes 10. 43) ou encore qu’il n’y a aucun autre Nom sous le ciel qui ait été donné et par lequel l’être humain doit être sauvé (Actes 4. 12). Il nous est également attesté qu’il n’y a qu’un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, à savoir Jésus-Christ (1 Timothée 2. 5), ou encore que c’est Lui, Jésus-Christ, qui est notre Avocat auprès du Père (1 Jean 2. 1) et qui même nous donne la liberté d’entrer dans le sanctuaire du fait qu’Il nous a tracé un Chemin nouveau et vivant au prix de Son sang (Hébreux 10. 19-20) afin que nous puissions nous approcher du trône de la grâce (Hébreux 4. 16).

Il apparaît que tout ce que nous pouvons goûter de la Grâce de Dieu ne nous est accessible que si nous demeurons en Jésus-Christ (1 Corinthiens 1. 4), car il est écrit que nous avons toute plénitude en Lui (Colossiens 2. 10) et que de même, c’est en Lui que toutes les promesses de Dieu sont « Oui et Amen » (2 Corinthiens 1. 20). Les Saintes Écritures déclarent, en effet, que le Père exauce toujours Jésus Son Fils (Jean 11. 42) car le Seigneur Jésus-Christ fait toujours ce qui est agréable au Père (Jean 8. 29) et que Dieu prend plaisir en Lui (Luc 3. 22). Au contraire, la Bible révèle que tous les êtres humains, sans exception, sont pécheurs et se trouvent donc privés de la gloire de Dieu (Romains 3. 23) et sous le coup de Sa colère (Jean 3. 36). L’être humain est donc un être déchu et privé de toute justice propre dans son état naturel (Ésaïe 64. 6) l’empêchant de jouir d’une communion avec Son Créateur. Cette situation lui laisse comme unique perspective d’avenir les ténèbres de la mort éternelle dont Jésus veut le sauver (Luc 1. 79).

Cependant, Dieu ne désire pas la mort du méchant mais bien plutôt qu’il se détourne de sa voie et qu’il vive (Ézéchiel 33. 11). Ainsi est-il écrit que Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle (Jean 3. 16), en sorte que si par la Grâce de Dieu, un être humain est résolu à se repentir, à se détourner de ses péchés et à revenir à Son Créateur, la réconciliation (2 Corinthiens 5. 18) ainsi que le pardon des péchés (Actes 10. 43) puissent lui être accordés en vertu du parfait sacrifice de l’Agneau de Dieu (Jean 1. 36) par lequel la rançon de plusieurs a été acquittée (Marc 10. 45). C’est pourquoi, il est de la plus haute importance pour l’être humain d’obéir aux paroles du Seigneur Jésus-Christ (Jean 14. 23) et de placer son espérance en Son Nom (Matthieu 12 : 21). Car autant l’Amour et la Grâce de Dieu sont grands envers ceux qui appartiennent à Son Fils allant jusqu’à les élever à la dignité d’enfants de Dieu (Jean 1. 12), autant est ardente la Colère de Dieu qui demeure (Ésaïe 13. 9) sur ceux refusent ou négligent de croire en Jésus et qui sont dépourvus de la parfaite Justice de Jésus-Christ qui sauve (Romains 3. 22). Ainsi donc, pour chaque être humain qui n’a pas encore accepté le Salut en Jésus, le jour du salut (2 Corinthiens 6. 2) n’étant pas encore arrivé à son terme tant que l’on vit sur la terre, il est encore temps de chercher l’Éternel (Osée 10. 12) afin d’obtenir grâce et miséricorde et d’être au nombres des bienheureux qui ont part à l’aspersion du précieux sang de Jésus-Christ (1 Pierre 1. 2b) afin d’être purifiés et lavés de leurs péchés (Actes 22. 16).

Puisse le Seigneur, dans Sa grâce, nous donner de croître dans Sa grâce (2 Timothée 2. 1) et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ (2 Pierre 3. 18), afin que de jour en jour, notre foi gagne en stabilité en sorte que nous ne soyons plus emportés ça et là à tous vents de doctrines (Éphésiens 4. 14) mais qu’au contraire notre espérance en Jésus-Christ nous soit comme une ancre de l’âme, sûre et ferme (Hébreux 6. 19), afin que nous puissions toujours nous réjouir dans le Seigneur (Philippiens 3. 1) et marcher à Sa suite d’un pas assuré (Luc 9. 23) et cela pour la seule gloire de Dieu ! Amen !

 

 

Le Salut est le merveilleux DON de DIEU 21 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:38

LePardon

“C’est par la grâce de Dieu que vous avez été sauvés, au moyen de la foi. Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu ; il n’est pas le résultat de vos efforts …….. ” (Éphésiens 2. 8-9). Certains de ceux qui se disent être chrétiens semblent n’avoir pas vraiment assimilé la finalité absolue de l’œuvre de Jésus accomplie à la Croix. Ils vivent leur vie de chrétien en traînant derrière eux un fardeau de culpabilité, leur esprit traversé de doutes quant à leur position devant Dieu : “ma conduite est-elle adéquate à Ses yeux ? Suis-je un assez bon chrétien pour mériter Son approbation ?”. Ils ne sont jamais très sûrs d’être sauvés. De manière inconsciente, ils imaginent qu’ils ont encore pas mal de tâches d’accomplir et de rituels à observer pour être à la hauteur des exigences divines.
Un tel état d’esprit est terriblement négatif et orgueilleux pour ceux qui se disent être chrétiens. Car il risque de les priver de la liberté et de la paix parfaites que Dieu a prévues pour nous quand Il nous a fait le
cadeau du salut ; et aussi en cherchant à “améliorer” notre position face à Dieu, toutes les tâches que nous accomplissons, soi-disant pour plaire à notre Seigneur, sous-entendent que l’œuvre de Jésus à la Croix n’était pas suffisante. Ainsi, nous élevons donc une barrière d’orgueil entre Dieu et nous, Lui disant en quelque sorte : “mes péchés sont bien trop lourds et le sacrifice du sang de Christ ne saurait suffire à m’en purifier !”

La Bible, la Parole de Dieu, est pourtant claire comme de l’eau de roche : “c’est par la grâce de Dieu que vous avez été sauvés, au moyen de la foi. Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu ; il n’est pas le résultat de vos efforts…” (Éphésiens 2. 8-9). Le Salut est un cadeau gratuit. Point final. Nous ne pouvons pas l’obtenir par nos propres efforts, mais nous pouvons l’accepter et le recevoir par la foi dans l’humilité. Paul écrit : “Il n’y a pas de différence entre eux : tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu. Mais Dieu, dans sa bonté, les rend justes à Ses yeux, gratuitement, par Jésus-Christ qui les délivre du péché” (Romains 3. 22-23). Jésus nous affirme que notre part, essentielle et prioritaire, est de croire en Lui (Jean 6. 29). Les actes accomplis par les enfants de Dieu sont motivés par des cœurs transformés par l’Amour de Dieu. Ils sont la conséquence de l’Amour divin que Dieu a placé dans leurs cœurs et qui débordent sur les autres. Acceptons aujourd’hui la paix, l’assurance et la liberté extraordinaires qui accompagnent ce don merveilleux du salut, et exprimons simplement à Dieu toute notre reconnaissance.

“Apportez vite la plus belle robe et mettez-la lui…” (Luc 15. 22).
Un auteur chrétien a décrit le don du salut en se servant de l’illustration symbolique suivante. Le Cadeau inestimable de Dieu (le Salut) est constitué de trois éléments : une robe, une graine et une colombe.

- La robe, un vêtement rouge taillé sur mesure pour chaque croyant, nous rappelle que nous sommes justifiés et innocentés par Dieu. Nous portons cette “robe” tout au long de notre vie chrétienne. Elle nous couvre de la tête aux pieds, car elle représente le sang de Christ qui nous couvre et qui nous purifie de tous nos péchés (Matthieu 26. 28). Avec cette “robe”, nous avons reçu le pardon absolu de Dieu et nous pouvons nous tenir devant notre Dieu trois fois Saint sans crainte ni appréhension car nous avons été réconciliés avec Lui.

- La graine représente la Parole de Dieu et la vie nouvelle qu’Il a plantée en chacun de nous qui sommes enfants de Dieu. C’est une graine incorruptible qui nous garantit la vie éternelle dans la présence divine, dans la Gloire de Dieu (1 Pierre 1. 23 ; Marc 4. 1-9 ; 13-20). La déclaration de Jésus à Nicodème “tu dois naître de nouveau” (voir Jean 3. 3) est liée à l’implantation surnaturelle de la Parole de Dieu dans notre cœur : “accueillez avec douceur la Parole, qui a été plantée en vous et qui peut vous sauver” (Jacques 1. 21).

- La colombe représente le Saint-Esprit, présence de Dieu venant établir Sa demeure en nous (Jean 1. 32). Paul affirme : “votre corps est le temple du Saint-Esprit. Cet Esprit est en vous…” (1 Corinthiens 6. 19). Le Saint-Esprit demeure en nous pour le reste de notre vie, communiquant avec notre esprit, le guidant, lui procurant Ses enseignements, Son réconfort et l’amenant à la vérité.

La robe, la graine et la colombe forment un ensemble indissociable rempli du tendre Amour de Dieu. En acceptant Jésus-Christ comme notre Seigneur et Sauveur, nous recevons l’ensemble de ce cadeau si merveilleux. Célébrons Dieu chaque jour en Le remerciant pour cet incroyable cadeau qu’est Son salut. Recevoir la robe, la graine et la colombe, c’est une autre manière d’expliquer la vérité éternelle du Message de l’Évangile !

 

 

Le Sauveur, notre Dieu, est Juste ! 20 janvier, 2017

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:28

joiepaix

« Il n’y a point de juste, pas même un seul » (Romains 3. 10)
« Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur »
(Romains 6. 23)

Dieu déclare que nous sommes tous semblables à un être humain justement condamné. Vous direz peut-être : “Mais je n’ai fait de mal à personne, et je peux passer la tête haute devant les juges.”

Oui, sans doute, devant la justice des êtres humains. Mais devant la Justice du seul vrai Dieu de l’Univers, nous sommes tous pécheurs. En effet, tous les jours, et plusieurs fois par jour, nous transgressons les lois de Dieu par un mensonge, un regard de convoitise, une pensée d’orgueil, sans parler de bien d’autres fautes plus graves. Par cela, le seul vrai Dieu trois fois Saint est offensé, et selon sa Justice, Il se doit à Lui-même de nous condamner.

Cette condamnation est sans appel. Les bonnes oeuvres, l’argent, les sacrifices…, ne feront pas fléchir le Juge. Malgré toute sa bonne volonté, l’être humain ruiné par ses péchés ne peut absolument pas payer son amende. Personne ne peut payer pour effacer ses propres péchés ou les péchés de son fils ou de sa fille. “Précieux est le rachat de leur âme, et il faut qu’il y renonce à jamais” (Psaume 49. 8).

N’y a-t-il donc pas d’espoir pour les êtres humains pécheurs d’échapper au juste Jugement qu’ils méritent ? Du côté de l’être humain, non. Mais alors le seul vrai Dieu se révèle à nous comme le Dieu Sauveur. Son propre Fils, Jésus Christ, est venu sur la terre subir à notre place ce jugement terrible : “Christ, alors que nous étions encore sans force, au temps convenable, est mort pour des impies” (Romains 5. 6). C’est ainsi que Dieu, Celui qui condamne parce qu’Il est Saint et Juste, nous délivre et nous sauve complètement parce qu’Il nous aime d’un parfait Amour. Mais à la condition que nous acceptions à la fois son verdict et son salut. Et n’oublions jamais que le pardon que Dieu nous accorde a nécessité les souffrances et la mort de son Fils bien-aimé Jésus-Christ. Maintenant, Jésus-Christ est ressuscité trois jours après sa mort, et Il est prêt à sauver parfaitement ceux qui ont mis véritablement leur confiance en Lui et en son sacrifice parfait pour le pardon de leurs péchés.

 

 

Jésus Christ est le seul Nom qui sauve

Classé dans : religion — Sentinelle Chrétienne @ 11:21

repentevous

“Le salut ne se trouve en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.” (Actes 4. 12)

Toutes les options possibles d’accéder à Dieu, à la vie et au salut, en dehors de Jésus-Christ, sont exclues. C’est Dieu seul qui a établi le seul Chemin du salut. Les êtres humains ne peuvent espérer le Salut en aucun autre qu’en Jésus-Christ seul.

Dieu seul est capable de nous sauver parfaitement de tous nos péchés et nous donner la Vie Éternelle. Cela signifie qu’il est absolument nécessaire que nous mettions notre confiance en Jésus-Christ seul, Celui que Dieu nous a offert pour que nous soyons sauvés. Jésus-Christ est le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père que par lui (Jean 14 : 6).

Il n’y a qu’un seul Chemin qui nous permet d’entrer au Ciel, au Paradis. Il n’y a qu’un seul Nom, il n’y a qu’un seul Chemin et il n’y a qu’un seul Dieu qui est capable de sauver. C’est le Nom de Jésus-Christ.

Voilà le Message de l’Évangile, il n’existe aucun autre message pouvant procurer la Vie Éternelle et le Salut. Il n’existe pas d’autres messages de Salut que celui du Message de l’Évangile, car il n’y a pas d’autre Nom que Jésus par qui nous pouvons être sauvés. Seul le précieux Nom Jésus-Christ nous sauve parfaitement.

 

12345...118
 
 

koki |
EGLISE DE DIEU Agapè Intern... |
UNION DES EVANGELISTES INTE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bornagain
| وَلْ...
| articles religieux